Conditionnement d’eau de table: Les producteurs dans la dynamique d’assainissement du secteur

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Conditionnement d’eau de table: Les producteurs dans la dynamique d’assainissement du secteur


A l’initiative du ministère de l’Industrie et du Commerce, les producteurs d’eau conditionnée ont été sensibilisés à la réglementation en vigueur au Bénin. Et pour préserver la santé des populations en cette période de pandémie à coronavirus, un assainissement du secteur s’impose.

LIRE AUSSI:  Procès de fraude douanière et de violences sur des agents de police: Le juge rejette la demande d’Atao de se soigner à l’extérieur (Le procès reprend le 9 octobre prochain)

La production d’eau conditionnée en cette période de pandémie nécessite le respect des normes sanitaires. En cela, les autorités béninoises, depuis quelques jours, organisent des séances de sensibilisation des acteurs spécialisés dans la production d’eau de table. Cette initiative saluée par ces derniers ne manque pas d’intérêt aux yeux de certains. « La séance de sensibilisation organisée par le ministère de l’Industrie et du Commerce est une bonne initiative. Elle a un bon écho. Il nous revient de prendre le taureau par les cornes et de montrer notre sérieux pour assainir le milieu », a indiqué Coffi Zossoungbo, un des acteurs membres de l’Union nationale des producteurs d’eau conditionnée. Il estime que leur union et le ministère optent pour un même combat. Et dans ce contexte de pandémie, il y a lieu de revoir les choses. « Notre sérieux et notre rigueur peuvent aider à assainir notre milieu », pense-t-il. En plus de la séance à leur intention, Coffi Zossoungbo souhaite que l’État vienne à leur secours. Notamment en ce qui concerne l’accès aux sachets biodégradables et aux prêts bancaires pour asseoir une véritable entreprise. Ce faisant, les producteurs peuvent parvenir à quitter l’informel et payer leurs impôts et autres taxes. « Si l’État peut nous appuyer à faire des prêts pour assainir notre milieu, nous sommes prêts à payer les impôts et les taxes pour nous conformer à la loi », a indiqué le producteur Coffi Zossoungbo. À l’endroit de ses collègues, il suggère l’uniformisation des prix et le respect des textes en vigueur. L’essentiel, selon lui, est de bien aménager les centres de production pour éviter des problèmes de santé aux consommateurs. Toutefois, ces derniers ne doivent pas craindre pour leur santé en cette période de pandémie du coronavirus, d’après lui. Car, il y a des dispositions prises à cet effet, même si dans le lot, certains font fi des obligations sanitaires. Pour améliorer la production et assainir le secteur, pense pour sa part Edgard Boko, les acteurs doivent accepter de se faire enregistrer pour être connus des autorités. « Je demande à tous les producteurs d’eau conditionnée de se faire enregistrer selon la réglementation pour être connus de nos autorités. Parce que c’est de l’eau que nous servons à la population », lance-t-il.

LIRE AUSSI:  Learning Lab: Les capacités des étudiants en informatique renforcées

L’Etat sollicité

Edgard Boko salue la démarche du ministère de l’Industrie et du Commerce et de ses structures en cette période de crise sanitaire. Il a aussi rassuré que le consommateur ne doit pas s’inquiéter, car un effort considérable est fait au niveau de certaines unités de production, pour le respect scrupuleux des mesures. « C’est la machine qui conditionne tout. Celui qui est sur la machine porte des gants ; il y a des lave-pieds et des lave-mains. Le producteur fait tout ça avant d’entrer dans la salle de production pour faire face à la machine », explique-t-il. Selon lui, il est aussi organisé des visites médicales pour voir si les producteurs ne souffrent pas de maladies telles que l’hépatite. Malgré toutes les précautions à prendre pour assurer une qualité de service à la population, il fait remarquer que des brebis galeuses ne manquent pas dans ce milieu où diverses qualités d’eau foisonnent sur le marché. L’intervention de l’État est la seule solution pour mettre un terme à la tricherie au mépris de la santé des consommateurs.

LIRE AUSSI:  Parakou :Caravane des zémidjans pour le port obligatoire du casque