Connaissances et innovations pour un développement durable: Bopa carrefour des chercheurs d’Afrique et d’Europe

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Connaissances et innovations pour un développement durable: Bopa carrefour des chercheurs d’Afrique et d’Europe

Quelques produits locaux

Une foire scientifique s’est tenue, du 28 au 30 septembre dernier à Bopa, autour du thème : « Connaissances et innovations pour un développement durable » avec l’appui du programme suisse R4d. La ville était devenue, le temps de cet évènement dédié à la sous-région ouest-africaine, le carrefour des chercheurs venus d’une douzaine de pays d’Afrique et d’Europe pour exposer et échanger autour des résultats de leurs travaux.

LIRE AUSSI:  Journée zéro dépotoir sauvage d’ordures:Amshart et ses brigadiers luttent pour la préservation du cadre de vie

Une soixantaine de stands ont été mis à la disposition des chercheurs pour présenter aux populations de Bopa et ses environs des solutions innovantes pouvant être immédiatement implémentées. Il s’agit de techniques de transformation de certains produits agricoles, des améliorations apportées au système d’épuration des polluants émergeant des eaux usées hospitalières et de la production qualitative des œufs de poules locales. Aussi, des solutions ont été proposées pour une meilleure gestion des conflits entre agriculteurs et éleveurs et ceux relatifs au foncier. Bopa peuplé majoritairement de pêcheurs a eu droit également à un dispositif moderne de fumage et de séchage des poissons qui permet, dit-on, de ne plus rendre malades les consommateurs. Entre autres études pour comprendre certaines crises qui secouent l’Afrique, il y a eu celles intitulées « Des freins au développement de l’entrepreneuriat des jeunes au Togo » et « Mobilisation ethnique et conflits sociaux en Côte d’Ivoire ».
Autant de résultats de recherches qui méritaient une visibilité avant la clôture du programme R4d qui a appuyé les chercheurs. « Après avoir travaillé dans nos laboratoires, c’est le moment de donner de la visibilité », confirme le président du comité local d’organisation de la foire scientifique, le professeur Guy Apollinaire Mensah. Pour lui, il s’agit d’une activité qui vise à convaincre de ce que « la recherche est au service du développement ».
« Nous avons travaillé dans tous les domaines, scientifique, technique, culturel, cultuel, sociologique anthropologique et de développement durable », développe l’universitaire. Mais au-delà de l’exposition des produits de leurs recherches, l’objectif est de faciliter les échanges en présentiel entre les chercheurs venus de plus de douze pays d’Afrique et d’Europe d’une part et d’établir des réseaux de partenariat avec les autres parties prenantes que sont les particuliers, les groupements professionnels ou des entreprises intéressés par les produits exposés d’autre part. Les documents relatifs aux produits sont également accessibles sur des plateformes numériques.
Faciliter l’accès aux solutions innovantes pour un développement durable semble être le credo du programme R4d. Sa coordonnatrice Claudia Zingerli souligne au lancement des activités de la foire que « Une collaboration transfrontalière, trans-sectorielle, transculturelle et transdisciplinaire est primordiale afin de mettre fin à la pauvreté puis protéger la planète et assurer le bien-être de tous ». Le programme R4d, insiste-t-elle, vise à mobiliser la communauté scientifique afin de soutenir cette entreprise globale grâce à leurs connaissances, leur curiosité, leur créativité, leur méthode et leur indépendance. Pour elle, « les chercheurs sont des partenaires essentiels afin d’identifier les causes de la pauvreté et celles des inégalités et développer des approches et des solutions novatrices, reproductives et partagées ». Le programme R4d est un grand programme de réseautage qui a financé plus de 57 projets de recherche dont 13 projets de transformation, d’accélération qui ont été implémentés. Pour ces projets, assure Mme Zingerli, il y a les tests de validation et tous les supports techniques ou de communication pour faciliter l’exploitation des résultats sur tous les plans à savoir local, national et international. Le maire de Bopa a salué cette approche en appelant les populations à ne pas se faire prier pour l’appropriation des produits mis à disposition.

LIRE AUSSI:  Remise de lots du jeu-tombola autour du transfert d’argent: Mtn Mobile Money offre huit semaines de cadeaux à ses clients

Le Bénin, un bon endroit

Le Bénin encore moins la commune de Bopa n’étaient éligibles pour abriter cette rencontre internationale des chercheurs et parties prenantes du monde scientifique. Mais les choses ont tourné en leur faveur à cause du diktat de la pandémie de la Covid-19. Face à cette situation, il fallait trouver une alternative que Dr Gilles Nago révèle au nom du comité d’organisation : « Il se trouve que compte tenu de la pandémie de la Covid-19 on n’a pas pu se retrouver en grand nombre en Suisse pour effectuer cette réunion, c’est pourquoi les réunions vont se faire en sous-groupes dans plusieurs sous-régions ». Et de confirmer que c’est la réunion du sous-groupe de la région Ouest-africaine que le Bénin a abrité. « On a pensé que le Bénin, c’est un bon endroit »
appuie la coordonnatrice du programme R4d, Claudia Zingerli. Relativement à la nécessité de tenir la présente foire, Dr Nago explique que cela réside dans la volonté de faire le point de ce qui a été fait depuis six ans que la Coopération suisse finance un certain nombre de projets de recherche dans la région Ouest-africaine. Aussi, le fait que le processus de financement de la coopération suisse tende vers sa fin en décembre prochain, poursuit Dr Gilles Nago, justifie davantage l’importance de faire le bilan des fonds dépensés ainsi que celui des résultats obtenus afin de projeter l’avenir après cette dernière année de vie du programme. Le Fonds national suisse de la recherche scientifique et la Direction du développement et de la coopération suisse financent conjointement le programme R4d.
A la foire scientifique, le Bénin a participé avec deux projets dont l’un relatif au social et l’autre portant sur l’aviculture. Mais beaucoup d’autres projets ayant eu des résultats satisfaisants ont été exposés au public.

LIRE AUSSI:  Réformes et innovations: Le nouveau visage de l’enseignement supérieur