Conseil des ministres: 16 milliards de subvention pour l’électricité à moindre coût

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Non classé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Conseil des ministres: 16 milliards de subvention pour l’électricité à moindre coût


C’est une bonne nouvelle pour les populations. Le gouvernement est dans la logique de leur amoindrir les difficultés liées à la disponibilité de l’énergie électrique, et surtout de faire en sorte qu’elles ne ressentent pas les surcoûts. Pour rappel, le Millennium Challenge Account, conclu en 2015, prévoit l’accompagnement du Bénin pour opérer des réformes dans le sous-secteur de l’électricité, en particulier celles visant l’amélioration de sa gouvernance et de ses performances par la mise en place de politiques ainsi que d’outils et méthodes appropriés. Les études menées à ce propos ont conclu à une revue à la hausse du prix de l’électricité afin de garantir l’équilibre financier de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee). Ce réajustement est jugé nécessaire du fait de la situation financière de ladite société. Et c’est bien là, l’une des raisons pour lesquelles le chef de l’Etat et son gouvernement ont fait l’option d’une gestion déléguée, pour rentabiliser l’entreprise et parvenir avec l’expertise extérieure à optimiser ses rendements. L’objectif étant par ailleurs de soulager les peines des consommateurs en rendant disponible l’énergie électrique à moindre coût. Au total, seize milliards de francs Cfa sont mobilisés par le gouvernement pour la prise en charge de l’augmentation induite. Le gouvernement espère ainsi, selon les explications du ministre Alain Orounla, au cours de son traditionnel point de presse, qu’à moyen terme, la société recouvre sa bonne santé financière pour, dès lors, contenter les attentes des populations qui rêvent d’énergie à moindre coût.
Le compte rendu du Conseil renseigne d’ailleurs que les différentes études menées pour l’amélioration de la gouvernance du sous-secteur de l’électricité, de ses performances par la mise en place des politiques ainsi que des outils et méthodes appropriés, ont abouti à la nécessité d’une réforme tarifaire pour garantir l’équilibre financier de la Sbee afin de lui permettre de fournir à ses clients de l’énergie en qualité et de façon continue. La société s’est donc engagée à mettre en œuvre un plan tarifaire qui se traduit par le maintien du statu quo en 2018, une augmentation de 5 % à opérer en 2019-2020 d’une part, et une autre de 10 % en 2020-2021. Soucieux de soulager les populations, le Conseil a, en approuvant ce nouveau plan tarifaire, décidé de mettre en place une subvention à leur profit en payant pour elles la différence de prix née dudit plan. Dans le même temps, la société devra œuvrer à la réduction de ses pertes techniques et commerciales afin de parvenir, à terme, à la disponibilité de l’énergie de qualité et à bon prix.

LIRE AUSSI:  Alain Orounla, ministre de la Communication et de la Poste: «Le Bénin se construit pour le bien-être du plus grand nombre»

Du social à fond

Cette exigence est accompagnée d’autres mesures. Ainsi, la société doit procéder à la diminution du coût des branchements pour tous les niveaux de tension au profit des populations. Elle doit également, tout en assurant l’amélioration de la qualité de ses services, maintenir sans changement le tarif de la première tranche domestique soit les vingt premiers kilowatts, réviser à la baisse les devis d’extension établis au profit des consommateurs, réduire de moitié le coût de cession de matériel aux clients, soit 15 % de majoration contre 30 % actuellement. La Sbee doit aussi ramener le prix facturé de ses prestations pour la réalisation des travaux au profit des clients à 20% du montant des matériels cédés contre 35 %
actuellement pratiqués, procéder à une baisse substantielle de ses tarifs forfaitaires de branchement et accorder une facilité de paiement aux consommateurs ayant souscrit à un branchement dont l’intensité ne dépasse pas cinq ampères. Ainsi, ceux-ci auront la possibilité de verser 25 % du montant en paiement initial et d’étaler le reste sur 12 mensualités maximum.
A travers cette décision de haute portée sociale, le gouvernement s’inscrit dans la logique d’éviter aux populations des désagréments, tout en disposant de l’énergie de qualité et à moindre coût n