Conseil des ministres : De meilleures prestations en vue pour les étudiants

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Conseil des ministres : De meilleures prestations en vue pour les étudiants


Le transport, l’hébergement, le logement et les soins de santé aux étudiants des universités publiques du Bénin se feront désormais avec l’appui des privés. Le Conseil des ministres de ce mercredi 13 juin a statué sur la question et décidé de recourir à la délégation des services pour la fourniture des prestations sus-citées aux étudiants dans les universités publiques.

Une révolution dans les œuvres universitaires sociales ! C’est ce que vient d’introduire dans le secteur des prestations aux étudiants, le gouvernement avec les mesures prises en Conseil des ministres de ce mercredi 13 juin, visant à offrir aux étudiants de meilleures conditions de vie et d’études. Le Conseil des ministres a en effet autorisé le recours à la délégation des services pour la fourniture des prestations aux étudiants dans les universités publiques en ce qui concerne le transport, l’hébergement, le logement et les soins de santé. Le gouvernement fait en effet le constat que le nombre d’apprenants dans l’enseignement supérieur public est, d’année en année, en nette augmentation. Chaque année, environ 3 milliards F Cfa sont dégagés par l’Etat pour les services fournis aux étudiants par les Centres d’œuvres sociales. Paradoxalement, « la qualité des prestations est insatisfaisante et l’effectif des étudiants ayant accès auxdits services reste en deçà de la moyenne ».
D’après le Conseil des ministres, ce constat découle des statistiques des cinq dernières années. En effet, 2394 étudiants sont hébergés en moyenne par année académique, sur un total moyen de 85 000 étudiants. Environ 3235 repas en moyenne sont seulement servis par jour et 273 483 voyages-étudiants (du campus vers les agglomérations de résidence et inversement) par année académique avec seulement sept bus de cinquante places opérationnels.
Une telle situation, a fait savoir le ministre Oswald Homeky, présentant le point du Conseil des ministres du mercredi 13 juin, « appelle une réforme qui permette d’assurer des services de qualité à la communauté estudiantine », surtout que « la plupart des prestations (transport, restauration, hébergement) sont, de fait, assurées par les opérateurs privés et ce, en l’absence d’un cadre de partenariat et sans la qualité attendue». D’où la décision du gouvernement de confier dorénavant aux privés « toutes les prestations sociales aux étudiants en veillant à la qualité des services et à la maîtrise des coûts qui doivent être compatibles avec le pouvoir d’achat du plus grand nombre». Dans cette perspective, le Centre des œuvres universitaires et sociales continuera de recevoir les subventions de l’Etat, avec délégation de certaines de ses attributions aux prestataires privés.

Réforme, innovation, rigueur…

Une telle réforme, comme on peut le constater, installera le confort dans la vie et le quotidien des étudiants et sera l’occasion de les mettre dans les meilleures conditions d’études. Le gouvernement y voit aussi de nombreux avantages. Pour le ministre Oswald Homeky, cela permettra de satisfaire les besoins quantitatifs et qualitatifs des services offerts aux étudiants par la délégation des niveaux de décision opérationnelle aux partenaires privés, tout en conservant au service public le niveau de décision stratégique. L’autre avantage, c’est de pouvoir optimiser les capacités d’accueil, améliorer les conditions minimales de confort à offrir aux étudiants et réduire les coûts supplémentaires induits par les améliorations attendues. Les partenaires privés appelés à la rescousse des œuvres universitaires ont ainsi la possibilité de faire valoir pleinement leur savoir-faire dans le domaine des services collectifs de restauration, d’hébergement, de transport et de couverture sanitaire.
Fini la pagaille dans la fourniture des œuvres universitaires aux étudiants et adieu les insatisfactions sur les campus publics, dira-t-on. D’ailleurs, rappelle le ministre Oswald Homeky, ces réformes ont été opérées à la demande des étudiants et après consultation de bien des acteurs des universités qui n’y ont trouvé aucune objection. Bien au contraire. Ils les ont appelés de tous leurs vœux, conscients que la qualité dans la fourniture des œuvres universitaires induira un meilleur rendement dans les facultés classiques et écoles spécialisées.
Le monde universitaire saluera aussi sans doute à la suite de cette décision le choix du gouvernement de conserver les pouvoirs régaliens de l’Etat en ce qui concerne les œuvres universitaires et le maintien de la subvention y accordée. Toutefois, fait remarquer le ministre Oswald Homeky, il sera mis un point d’honneur à la rigueur dans la gestion. Cette innovation qui n’est pas une invention béninoise ne saurait attendre et entre en vigueur dès la rentrée prochaine, a assuré le ministre.