Conseil des ministres: L’urgence de délocaliser Dantokpa

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Conseil des ministres: L’urgence de délocaliser Dantokpa


Marché Dantokpa

Le chronogramme mis en place dans le Programme de modernisation des marchés urbains et régionaux, et de la délocalisation du marché Dantokpa sera strictement respecté. Le Conseil des ministres de ce mercredi 18 avril, au regard du drame survenu lundi 16 avril au marché Dantokpa, voudrait tourner la page des flammes et autres incidents au marché.

LIRE AUSSI:  Anniversaire du roi des Pays-Bas: L’affaire Ppea II s’invite à la fête

Le gouvernement veut donner un coup d’accélérateur à son programme de modernisation des marchés urbains et régionaux, et de la délocalisation du marché Dantokpa. Le drame survenu dans ce dernier marché, lundi dernier, vient confirmer l’urgence de revoir le mode d’implantation des marchés et impose une refonte de leur gestion.
S’agissant du marché Dantokpa, le plus grand du pays, il déborde actuellement ses limites originelles (14 ha) et couvre désormais près de 20 hectares, ont constaté les membres du gouvernement. Cela induit, relève le Conseil des ministres, une saturation de l’espace, préjudiciable à l’image d’un centre-ville moderne et à son développement. On y note également « une accumulation de commerces étalés de part et d’autre d’un des axes de circulation majeurs de la ville, avec des nuisances de plus en plus importantes aux plans environnemental, de la mobilité, de l’hygiène et de la sécurité ». Ce diagnostic « peu reluisant rend impératif le déplacement du marché », conclut le Conseil des ministres.
Ainsi que l’avait annoncé, il y a quelques semaines, le chef de l’Etat aux commerçants et commerçantes, la délocalisation du marché se fera sur deux différents sites dont l’un à Akassato dans la commune d’Abomey-Calavi pour la construction d’un marché de gros qui va accueillir le commerce des produits vivriers, des marchandises manufacturées, de la logistique, des viandes, des poissons, etc., et l’autre à Kouhounou sur l’actuel emplacement de la piscine olypique du stade de l’Amitié général Kérékou pour la construction d’une galerie commerciale de 1000 boutiques qui accueilleront le commerce de cosmétiques, du textile, des bijoux…
« Les études pour la réalisation de ces projets en cours d’achèvement et la sélection des entreprises sera faite aussitôt après, en vue du démarrage des travaux en janvier 2019, pour une livraison des équipements au bout de vingt-quatre mois », a indiqué le ministre Joseph Djogbénou faisant le point du Conseil des ministres.
Par ailleurs, il est aussi envisagé un projet de modernisation des marchés urbains et régionaux, qui porte sur trente-six marchés avec une première phase de vingt marchés dont les travaux démarrent en juillet et septembre prochains.

Point de l’incendie survenu au marché Dantokpa

Le Conseil des ministres de ce mercredi 18 avril a pris connaissance du compte rendu de l’incendie qui a ravagé une partie du marché Dantokpa et décidé de certaines mesures urgentes. L’incendie survenu au petit matin du lundi 16 avril dernier autour de 3 h 30 a été circonscrit à un espace de 4000 m2 environ dans le secteur Kpodji, spécialisé dans la vente des produits vivriers. Il n’y a eu aucune perte en vie humaine mais d’importants dégâts matériels ont été enregistrés. Des sinistrés encore sous le choc n’ont pas pu se faire enregistrés.
Pour l’heure, 75 victimes recensées ont perdu des marchandises d’une valeur allant de 40 000 à 55 millions F Cfa. Les pertes cumulées sont estimées à 200 millions de francs Cfa.
Les causes exactes de l’incendie ne sont pas encore connues mais la direction générale de la Société de gestion des marchés autonomes (Sogema) évoque deux sources probables à savoir : section d’un fil conducteur de courant électrique au niveau de cette zone de céréales et/ou foyers individuels des vendeuses de nourriture dans le marché.
On note que la zone foyer de l’incendie est sans aération, non assainie, ne comporte que des hangars de stockage de céréales réalisés en matériaux précaires, donc une zone difficile d’accès pour les secours.
Suite à ce compte rendu, le gouvernement projette des diligences pour sécuriser les lieux et prendre des mesures pour accompagner les sinistrés. Une information judiciaire sera aussi ouverte pour déterminer les causes du sinistre.
Il faut noter qu’une forte délégation composée des ministres de l’Intérieur, de la Décentralisation et du Cadre de vie s’était déjà portée sur les lieux très tôt le matin du drame pour soutenir les sinistrés, mais aussi pour évaluer la situation. « Les sinistrés n’ont pas été abandonnés à leur sort », assure le gouvernement.

LIRE AUSSI:  Violences et voies de fait et meurtre (28e dossier): De l’acquittement pur et simple à la réclusion criminelle à 7 ans