Conseil des ministres: La Sbin S.a obtient sa licence d’exploitation, le Fonds routier et la Cobenam dissous

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Conseil des ministres: La Sbin S.a obtient sa licence d’exploitation, le Fonds routier et la Cobenam dissous



Le décret portant attribution d’une licence d’établissement et d’exploitation d’un réseau de communications électroniques mobiles à la Société béninoise d’infrastructures numériques (Sbin S.a) a été pris. Pour rappel, le Conseil des ministres du mercredi 30 juin avait déjà statué sur le résultat de l’appel à concurrence pour l’attribution d’une troisième licence d’établissement et d’exploitation d’un réseau de communications électroniques mobiles au Bénin. Il avait, à l’occasion, décidé qu’à l’issue de la procédure conduite par l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste, la Société béninoise d’Infrastructures numériques (Sbin) S.a remplit tous les critères pour être attributaire de la troisième licence mise en jeu.
Autre décision importante issue de ce conclave hebdomadaire des membres du gouvernement, la dissolution du Fonds routier et de la Compagnie béninoise de navigation maritime (Cobenam S.a). En effet, la Société des infrastructures routières du Bénin (Sirb S.a), créée en 2018 a, entre autres attributions, la gestion, le développement, l’entretien et l’amélioration de la qualité des infrastructures routières et autoroutières. Elle veille aussi à accroître et à sécuriser les ressources issues de l’exploitation du réseau routier à travers les péages et les services connexes. Dès lors, le maintien du Fonds routier ne se justifie plus, car ses attributions fondamentales sont désormais dévolues à la Sirb, renseigne le Conseil des ministres.
S’agissant de la Cobenam S.a, elle se trouve dépourvue de tout engin de navigation depuis 1990. De même, la disparition progressive des armements de la sous-région avec lesquels elle nouait des partenariats fait qu’elle a définitivement cessé d’exercer l’activité de transport maritime à partir des années 2000. De même, les activités subsidiaires de consignation et de transit qu’elle mène sont devenues résiduelles. Au total, l’objet social de la compagnie est vidé de sa substance et son maintien en activité se révèle non pertinent.
C’est pourquoi le Conseil a acté la dissolution de ces deux entités puis procédé à la nomination des liquidateurs.

LIRE AUSSI:  Action contre la faim: Les cantines scolaires citées en exemple