Conseil des ministres: Les préfectures à nouveau à plein régime

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Conseil des ministres: Les préfectures à nouveau à plein régime

Marie Atrokpossou

Plus d’intérim à la tête des préfectures au Bénin. Le Conseil des ministres du mercredi 2 juin a confirmé des préfets dans leurs fonctions et procédé au remplacement d’anciens occupants décédés ou relevés de leurs fonctions. La particularité de ces nominations tient à l’entrée d’une deuxième femme dans la fonction. Lydie Déré Chabi Nah, préfet de l’Atacora et seule femme de l’écurie préfectorale a désormais du renfort. La nomination de Marie Akpotrossou en remplacement de l’ancien préfet de l’Ouémé Joachim Apity porte à deux le nombre de femmes dans cette fonction. Elle porte également à deux le nombre de femmes préfets à la tête de ce département après le passage de Inès Aboh Houessou.
Autre nouvelle recrue dans la fonction, l’ancien ministre de la Communication et de la Poste, Alain Sourou Orounla. Il vient ainsi mettre un terme au long intérim qu’assurait Jean-Claude Codjia depuis le départ de Modeste Toboula qui, on se souvient, avait été relevé de ses fonctions dans une affaire de mal gouvernance portant notamment sur le foncier. Jean-Claude Codjia demeure néanmoins préfet du département de l’Atlantique. Djibril Mama Cissé Moussa du Borgou, Christophe H. Mègbédji du Couffo, Daniel Valère Setonnougbo du Plateau, Aimé Firmin Kouton des Collines ont été également maintenus dans leurs fonctions par le ministre en charge de la Décentralisation. Le nouveau préfet du Mono a pour nom Dêdêgnon Bienvenu Milohin.

LIRE AUSSI:  Audiences du président de l’Assemblée nationale : Me Adrien Houngbédji reçoit quatre délégations
Réforme structurelle du secteur de la décentralisation.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

La décentralisation, effective depuis bientôt 20 ans, connaît des faiblesses qui impactent négativement le développement des communes. Les contre-performances relevées sont dues à plusieurs facteurs structurels dont la forte politisation des nominations aux fonctions techniques et administratives des mairies. Ce qui entrave la promotion d’une culture administrative moderne et professionnelle, relève le Conseil des ministres. Dans le même temps, les recrutements de personnels ne tiennent pas souvent compte de la compétence ni des besoins réels des mairies. Ainsi, en général, les communes ne disposent pas de cadres ayant des compétences en adéquation avec les exigences techniques des postes qu’ils occupent. Aussi, les communes rencontrent-elles des difficultés dans la mobilisation de ressources propres et connaissent, pour la plupart, des insuffisances dans la planification budgétaire. Autant de choses qui ont obligé l’Exécutif à penser une réforme structurelle du secteur de la décentralisation. Objectif, améliorer la gouvernance communale afin de créer une dynamique de valorisation des potentialités dont recèlent les communes.

LIRE AUSSI:  Reconstitution d’actes de naissance sans souches: L’enregistrement des requérants démarre le 2 juillet prochain