Conseil municipal de Parakou: Le collectif budgétaire 2018 passe de 6,9 à 5,165 milliards de francs

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Conseil municipal de Parakou: Le collectif budgétaire 2018 passe de 6,9 à 5,165 milliards de francs


Charles Toko et deux des adjoints au maire

 Le Conseil municipal de Parakou a tenu sa session, vendredi 28 septembre dernier. Au cours de leurs travaux, ses membres ont revu leur collectif budgétaire à la baisse. Estimé à plus de 6,9 milliards de francs CFA au départ, il est passé à environ 5,6 milliards.

LIRE AUSSI:  Pour une meilleure insertion des personnes handicapées dans la société: Le Plan d’actions de la politique nationale de protection et d’intégration validé

Introduit par le maire, Charles Toko, et soumis à l’appréciation des 25 membres du Conseil municipal, vendredi 28 septembre dernier, le collectif budgétaire de Parakou a subi un abattement de 18,30 %. Il a recueilli 21 voix pour, zéro contre et 4 abstentions.

Au cours de leur session extraordinaire du 29 juin dernier, les conseillers avaient adopté le compte administratif 2017 de la commune qui présentait 2 089 204 126 francs CFA comme recette globale et 2 664 096 688 francs CFA au niveau de la dépense globale, avec un déficit budgétaire de 574 892 562 francs CFA. Le budget primitif de la commune adopté pour l’exercice 2018 se chiffre à 6 930 442 901 francs. Ce que le présent collectif a ramené à 5 661 909 664 francs, soit une demande d’abattement de 1 268 533 237 francs. Mais, entre-temps, a expliqué le troisième adjoint au maire et président de la Commission des affaires économiques et financières, Judicaël Houndin, les réalisations des huit premiers mois sur les 12 que compte l’année 2018, toutes catégories confondues, s’élèvent à 1 992 672 020 francs, soit 37,85 % des prévisions de l’exercice.
Le collectif budgétaire adopté parait, selon le maire Charles Toko, bien raisonnable. « Il nous est apparu la nécessité de revoir nos ambitions au regard de certaines contraintes apparues en cours d’exécution », a-t-il justifié. Entre autres raisons, il fait l’état des lieux avant les travaux de génie civil, qui est tel que les actions annoncées au titre du programme Omi Delta ne pourront pas démarrer en 2018. «Ainsi, la somme de plus de 500 millions de francs CFA prévue pour leur réalisation gonfle inutilement le budget actuel », a fait remarquer le maire.
Une évaluation au niveau de l’Association pour le développement des communes du Borgou (Adécob) révèle que la plupart d’entre elles accusent des retards importants dans la consommation des ressources allouées. C’est la raison pour laquelle, informe le maire, il a été décidé que les actions prévues au titre de la subvention de 2018 soient exécutées par l’association en maîtrise d’ouvrage délégué. « Il ne sert à rien de maintenir dans notre budget la subvention de cette association pour le compte de cette année», a insisté Charles Toko.
Tous les 25 conseillers municipaux ont participé à cette session ordinaire. Issao Naro Mama Imorou, le suppléant de Mohamadou Nonsou qui a tiré sa révérence, il y a quelques mois, a été présenté à l’assistance, puis installé par le maire.

LIRE AUSSI:  Construction des marchés urbains: Un soulagement pour les femmes