[Conseils @visés] – Les violences basées sur le genre (Vbg) : quelques actions concrètes pour changer la donne

Par La Redaction,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur [Conseils @visés] – Les violences basées sur le genre (Vbg) : quelques actions concrètes pour changer la donne

Houètèhou_C._Franck_HounsaHouètèhou_C._Franck_Hounsa

Dans l’entretien précédent, nous avons reçu le directeur exécutif de l’Ong Divine Connexion Worldwide, Houètèhou C. Franck Hounsa, active dans la protection et la promotion des personnes atteintes d’albinisme, la théologie, la traduction Anglais-Français-Fon et la formation en Anglais et en Traduction. Au regard des interrogations précédentes, nous poursuivons le débat sur cette question :

LIRE AUSSI:  Infractions commises à raison du genre : le Bénin engagé à mener la vie dure aux auteurs

1°) Quelles actions concrètes faut-il mener pour venir à bout des VBG ?

Je salue le dynamisme du gouvernement qui a récemment pris des mesures plus drastiques envers les citoyens coupables de violences basées sur le genre. Ces mesures sont dissuasives et peuvent donc faire peur à certains. Mais à y voir de près, si la prison et les amendes réglaient la question, nos prisons seraient moins remplies.

Il nous faut retourner à nos valeurs :

Il faut que la famille revienne au cœur du mariage : tant que les jeunes se trouveront aux coins de la rue, règleront leurs affaires à deux clos et ne se présenteront aux parents qu’après la grossesse, l’harmonie dans les cellules familiales aura du mal à s’installer. A défaut de retourner aux pratiques de nos grands-parents où ce sont des familles qui se marient, il faut au moins que les jeunes associent leurs parents à leurs choix. Dans ce cas, ils pourront les aider d’abord à bien choisir leur conjoint. Les deux familles serviront aussi de remparts en cas de mésentente. Quand les conjoints savent que les parents de part et d’autre ont béni leur mariage, le respect mutuel prend une autre tournure car personne ne veut offenser les parents de son (sa) bien-aimé (e).

LIRE AUSSI:  « Le droit des personnes déplacées internes au Bénin »: Un guide pour mieux internaliser la Convention de Kampala

Il faut éduquer les garçons à devenir des hommes :

Aux parents, je demanderais humblement d’appliquer à leurs enfants (fille comme garçon) la même rigueur dans l’éducation. Je ne suis pas contre le fait que certaines tâches historiquement et traditionnellement dédiées aux filles soient traitées comme telles (désolé de heurter les sensibilités de nos amis féministes qui veulent renverser les traditions à coups de publications sur Facebook. Ce n’est pas demain la veille). Ce que je propose est que chaque parent prenne la responsabilité de l’éducation de ses enfants garçons comme on le fait pour les filles. S’il faut que le couple crée une formation intitulée « Comment devenir un homme et un père de foyer » au profit des garçons, ce serait génial. Mais qu’est-ce qu’il faut vraiment enseigner aux garçons ? L’amour sacrificiel (le don de soi), la compassion, l’entraide, la tendresse, l’ardeur au travail, la franchise, l’intégrité, la protection de la famille sont quelques-unes des leçons à enseigner aux garçons pour les amener au statut d’homme accompli.

LIRE AUSSI:  Sûreté et sécurité au port de Cotonoun : Bénin Terminal et les acteurs portuaires renforcent les processus

Non à l’éducation par les matrones :

Quand mon épouse et moi nous nous préparions pour entrer dans le mariage, notre décision était claire. Pas de matrone chez nous. Elle est forte mais nous y restons très attachés. Pour nous, au cas où les enfants viendraient vite, même s’il faut que ce soit moi (l’homme) qui reste à la maison pour m’occuper des enfants pendant que madame fait les allers-retours, je le ferais à cœur joie. Si comme moi, vous affectionnez la Bible, vous savez qu’il ne s’y trouve pas une seule famille où l’homme et la femme détalent de la maison pour laisser les enfants à la charge des matrones. Lorsque Proverbes 31 parle de la femme vertueuse, il la présente comme un entrepreneur qui se lève tôt, va chercher de la laine … distribue des tâches à ses sujets … Pas comme quelqu’un qui travaille sous quelqu’un au détriment de sa famille. Avant six heures, les parents sont partis. Ils ne reviennent qu’après vingt-trois heures quand les enfants sont déjà au lit. Et les parents se surprennent que leurs enfants développent des comportements qu’ils n’auraient jamais imaginés. Je ne dis pas que les matrones sont mauvaises, mais elles ont reçu une éducation différente de celle des parents. L’autre risque des matrones est quand elles se mettent à tout faire dans la maison, elles finissent par prendre le contrôle de tout, y compris ce à quoi elles n’ont pas droit. Quand les plats de la matrone deviennent la norme et ceux de madame l’exception, elle ne tardera pas à servir plus que le manger.

LIRE AUSSI:  Conseils @visés : découvrir, entreprendre et accomplir son travail de destinée

 

La rubrique Conseils @visés se propose d’aller à la rencontre d’experts sur des questions liées au développement personnel appliqué à tous les domaines de la vie.

Une rubrique proposée et animée par Lhys DEGLA