Construction de l’échangeur de Vèdoko et alimentation en eau potable : Le Bénin et le Japon posent un grand pas

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Non classé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Construction de l’échangeur de Vèdoko et alimentation en eau potable : Le Bénin et le Japon posent un grand pas


Le Bénin et le Japon ont signé, ce mardi 26 janvier, les notes et accords de don relatifs à la construction de l’échangeur du carrefour Vèdoko à Cotonou et à l’étude détaillée du projet de renforcement des systèmes d’alimentation en eau potable dans les départements du Couffo et du Plateau.

LIRE AUSSI:  Sur la « Route des Tatas » : Odyssée au cœur d’un patrimoine d’exception

Le démarrage des travaux de construction de l’échangeur de Vèdoko n’est désormais qu’une question de jours. Le Bénin et le Japon en ont donné les signaux forts, ce mardi, à la faveur de la signature des notes et accords de don.
La signature des documents marque la volonté de la Jica d’accompagner le Bénin dans sa marche résolue vers le développement.
D’un coût global d’environ dix-huit milliards de Fcfa, cet ouvrage va faciliter la circulation des personnes et des biens dans la ville de Cotonou. « Il consiste à construire un passage supérieur d’une fois deux voies de l’Est à l’Ouest et à aménager les voies passant sous le passage supérieur du sud vers l’ouest », explique Kojiro Fujino, représentant régional de la Jica.
Le projet est salvateur pour toute la population béninoise. «Il permettra d’abord la diminution sensible du temps d’attente des véhicules à ce carrefour qui pourrait passer de 14 min actuellement à 3 min à la fin du projet. Ensuite, la diminution du nombre d’accidents routiers en réduisant les risques liés à la complexité de la circulation entre véhicules, motocyclistes et piétons ainsi que la réduction du coût du transport des marchandises », fait-il savoir.
Selon Aurélien Agbénonci, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, le coup de pouce du Japon en faveur de la concrétisation de ce projet booste le développement du Bénin. « Le gouvernement du Bénin est particulièrement sensible à cet acte et à l’attention que le Japon porte à nos priorités de développement. Réaliser l’échangeur de Vèdoko, c’est développer la route pour accélérer notre développement», se réjouit-il.
Tout en saluant l’avènement de ce projet qui profitera à Cotonou et à l’ensemble du pays, Takahisa Tsugawa, ambassadeur du Japon près le Bénin, relève l’importance de la route dans un pays : « Les infrastructures routières jouent un rôle prépondérant dans le développement socio-économique et leur manque constitue une contrainte majeure à la croissance et à la compétitivité économique d’un pays ».

LIRE AUSSI:  Cep 2020 dans un contexte de Covid-19: Les épreuves lancées à Bantè sous de bons auspices

De l’eau potable aux populations

La signature des accords de don apporte également du baume au cœur des populations des départements du Couffo et du Plateau. Elles pourront bientôt s’alimenter en eau potable. Le projet de renforcement des systèmes d’alimentation en eau permettra au gouvernement de combler cette attente. Les communes de Sakété dans le département du Plateau, d’Azovè, d’Aplahoué, de Djakotomey et de Dogbo dans le Couffo en sont bénéficiaires. Il vise à desservir environ vingt-quatre mille quatre cent quarante-huit personnes dans le Plateau et cent sept mille trois cent vingt-cinq dans le Couffo. « Sa mise en œuvre facilitera l’amélioration de l’hygiène et la réduction du nombre de patients souffrant de maladies hydriques ou d’infections dans ces communes. Mieux, il réduira la corvée d’eau et améliorera la qualité des services d’eau aux abonnés dans sa zone de mise en œuvre », apprécie Kojiro Fujino.
Les deux projets, objet de la signature des accords de don, apportent de la vie au Bénin. « Lorsqu’on développe la route, on peut avoir soif. Lorsque dans les campagnes, on travaille à fournir la matière première entrant dans le cadre du bitumage de voies, pour le développement de la route, on a soif. On a besoin de l’eau pour nos populations sur toute l’étendue du territoire national», relève Aurélien Agbénonci. C’est d’ailleurs l’une des priorités du chef de l’Etat auxquelles le Japon a été attentif.