Construction d’infrastructures au profit des universités: Les parties prenantes échangent sur la procédure de la Badea

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Construction d’infrastructures au profit des universités: Les parties prenantes échangent sur la procédure de la Badea


Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’appui à l’Université nationale d’agriculture (Una) et à l’Université nationale des sciences, technologies, ingénieries et mathématiques (Unstim), un atelier technique réunit les parties prenantes sur la procédure de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (Badea) à Cotonou du 18 au 19 mars. Les travaux lancés par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique mobilisent une délégation de la Badea, des recteurs des universités et autres partenaires techniques et financiers.

LIRE AUSSI:  Authentification des abonnés des opérateurs Gsm: Les acteurs échangent autour de la feuille de route du projet

Le projet d’appui à l’Université nationale d’agriculture (Una) et à l’Université nationale des sciences, technologies, ingénieries et mathématiques (Unstim) aborde sa phase de mise en œuvre avec un atelier technique des parties prenantes démarré ce jeudi 18 mars à Cotonou. Adam Pinto, directeur général de l’Agence pour la construction des infrastructures du secteur de l’éducation (Acise), souligne que l’atelier revêt une importance capitale puisqu’il permettra de faciliter le respect des procédures de la Badea en matière de gestion financière et de passation des marchés puis de cerner les rôles des différents acteurs lors de la mise en œuvre des activités. L’atelier va consacrer le lancement du projet d’appui à l’Una à Porto-Novo et à l’Unstim à Abomey, projet dont le montant global est d’environ 26 milliards de francs Cfa, a informé Adam Pinto.
Il est cofinancé par la Banque arabe pour le développement économique en Afrique à près de 88 % et par l’État béninois. Le gouvernement du Bénin a également financé sur fonds propres les travaux techniques de l’Unstim et les premiers travaux sont prévus pour démarrer au cours de cette année 2021, précise le directeur général de l’Acise, qui salue l’implication de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et toute son équipe dont la dynamique constituera un facteur de réussite dudit projet. Ce dernier vise à augmenter la capacité d’accueil des étudiants au niveau de ces deux universités thématiques, améliorer la qualité de l’enseignement de façon à augmenter les taux de réussite des étudiants et à faciliter leur insertion sur le marché de l’emploi, améliorer le cadre de vie des étudiants, promouvoir la recherche scientifique dans les domaines de l’ingénierie et de l’agronomie et améliorer les conditions de gestion de ces deux universités thématiques puis promouvoir leur rayonnement à l’échelle nationale et internationale. « Il convient de souligner que dans la mesure où ce projet constitue un maillon important dans la chaine des investissements visant le développement des formations techniques et professionnelles en assurant une cohérence renforcée entre l’enseignement technique secondaire et l’enseignement supérieur, son succès est impératif », a insisté Adam Pinto.

LIRE AUSSI:  Sur les questions des OMD-ODD: Le ministère concerné outille les journalistes

La Badea, partenaire stratégique

Zul-Kifl Salami, chargé de mission du chef de l’État, et la délégation de la Banque arabe pour le développement de l’Afrique ont respectivement apprécié les ambitions du Bénin pour le développement du secteur de l’éducation. Le partenariat entre la Badea et le Bénin a commencé dans les années 1975 avec des axes d’intervention qui portent sur le développement durable, selon le chargé de mission du chef de l’État.

La Badea intervient dans la mise en route de ce projet, précise-t-il, pour soutenir la vision du chef de l’État. Elle a assuré le financement de cinq projets d’éducation au Bénin, à en croire Abdelakbir Oumali, chef de la délégation de la Badea, notamment à Lokossa avec la construction de l’École supérieure de l’enseignement technique, à Parakou avec la construction de la résidence universitaire, à Dangbo avec l’extension de l’Institut de mathématique et des sciences physiques de Dangbo… La banque a répondu à l’appel du gouvernement pour le projet à hauteur de 40 millions de dollars Us, représentant 88 % de son coût global.

LIRE AUSSI:  1er anniversaire du Club Press le Leader:Causerie-débat autour de l’accès aux sources d’information

Selon lui, depuis le démarrage de ses activités au Bénin, la Badea a investi 199 millions de dollars Us pour le financement de quarante-quatre opérations liées à trente-trois projets de développement dans divers secteurs et onze opérations d’assistance technique sous forme de don.
« Quand la banque est là, il y a un indicateur de performance pour le pays. Un pays qui reçoit le financement de la banque un certain nombre de fois, est un pays qui est crédible. Nous le devons au leadership du chef de l’État Patrice Talon et au dynamisme de Zul-Kifl Salami », témoigne Eléonore Yayi Ladékan, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. « Dans le Programme d’action du gouvernement, indique la ministre, il est prévu d’agir à la base au niveau des structures qui forment les ressources humaines afin de les doter des moyens utiles pour produire les ressources humaines de qualité », affirme Eléonore Yayi Ladékan. Ce projet, d’après la ministre, donnera corps à une importante vision du chef de l’État qui consiste à fournir à l’économie béninoise des ressources humaines qualifiées et des résultats de recherche adaptés au développement de l’économie.

LIRE AUSSI:  Edito: Injuste pour Talon