Contrôle de l’action gouvernementale au Parlement : Le dragage du lac Ahémé bouclé avant fin 2022

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Contrôle de l’action gouvernementale au Parlement : Le dragage du lac Ahémé bouclé avant fin 2022

Contrôle de l’action gouvernementale au ParlementMétéo Bénin annonce des risques d’inondations dans l’Alibori, le Mono et le Couffo

Le ministre en charge du Cadre de vie et du Développement durable, Didier Tonato, a rassuré, ce jeudi 16 juin, les députés que l’opération de dragage du lac Ahémé et ses chenaux en cours sera bouclée cette année. Il était en face devant la Représentation nationale dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale.

LIRE AUSSI:  Presse en ligne au Bénin : Liste des 59 organes autorisés par la Haac

Le dossier de dragage du lac Ahémé et ses chenaux était au cœur de la séance plénière de ce jeudi 16 juin, au Parlement. Il s’agit d’une question orale avec débat posée par le député Dakpè Sossou dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale. La réponse du gouvernement a été apportée par Didier Tonato, ministre du Cadre de Vie et du Développement durable.
Des explications fournies par l’autorité ministérielle, il ressort que la réhabilitation des plans d’eau est une priorité pour l’Exécutif qui a initié le Programme intercommunal de réhabilitation du lac Ahémé et ses chenaux et de création d’une zone de développement économique (Pira). Ce programme couvre les six communes riveraines du lac Ahémé que sont Bopa, Comé, Grand-Popo, Houéyogbé, Ouidah et Kpomassè. L’objectif principal du Pira, explique Didier Tonato, est de réhabiliter le complexe fluvio-lacustre du lac Ahémé et ses chenaux à travers des opérations de dragages sectoriels et partiels, dans un processus structurant qui s’inscrit dans la durée, et de réaliser une zone de développement économique et touristique par l’intercommunalité, afin d’améliorer les conditions de vie des communautés de la zone des plans d’eau (lac Ahémé, lac Toho, Rivière Sazué, lagune côtière de Ouidah, Grand-Popo) et autres sont reliés entre eux par des canaux jadis ouverts mais actuellement quasi bouchés et en phase d’assèchement. Le Pira a identifié tous ces plans d’eau pour être traités progressivement de façon appropriée, afin de récréer et de redonner vie à l’ensemble du vaste système d’eau du complexe fluvio-laguno-lacustre pour une amélioration de la production halieutique.

LIRE AUSSI:  Législatives 2023: Les agents électoraux s’affairent au colisage du matériel

21,2 milliards F Cfa pour la phase pilote

Ainsi après une longue période de préparation méthodique, à en croire le ministre, le programme est entré dans sa phase opérationnelle depuis le 27 janvier 2022, par le dragage pilote et prioritaire du carrefour des eaux de Djondji-Houncloun. Les travaux de ce dragage pilote, précise le ministre, sont évalués à 21,2 milliards F Cfa financés exclusivement sur budget national, pour une superficie de 208 hectares environ sur le plan d’eau, alors que le lac Ahémé, en dehors des chenaux et canaux y associés, fait une superficie de 85 à 100 km2, soit entre 8 500 et 10 000 hectares. Didier Tonato révèle que les sédiments dragués ont déjà atteint à la date du 3 mai 2022, un volume de 4 660 000 mètres cubes, soit 53,9% des prévisions. « Nous avons dû faire observer une pause durant le mois de mai aux fins de faire renforcer les mesures de protection de l’environnement à la suite de quelques plaintes et des contrôles effectués par les services techniques », a-t-il informé. Il précise que les travaux de cette phase pilote dureront douze mois et couvrent les communes de Ouidah et Grand-Popo. Selon lui, les dispositions sont prises pour accélérer cette phase et préparer l’extension aux autres plans d’eau du Mono.
Ainsi, après cette première phase du projet, la deuxième prendra en compte le Transect Nanzounmè dans le chenal Ahô jusqu’au niveau d’Akodéha-Ouèdèmè au sud du bassin principal du lac Ahémé. Et progressivement, tous les plans d’eau seront réhabilités, promet Didier Tonato. Selon lui, contrairement aux inquiétudes du député auteur de la question, il n’y a pas de ralentissement dans l’exécution des travaux qui ont démarré, en dehors de la pause observée en mai dernier pour des mesures de renforcement de la protection de l’environnement. Un programme similaire pour le lac Nokoué et la lagune de Porto-Novo est en phase de formulation, avec l’appui financier du Royaume des Pays-Bas, à travers l’Agence néerlandaise pour l’entreprise, a-t-il annoncé.

LIRE AUSSI:  Culte de la personnalité: Talon réaffirme son opposition à la pratique

————- Trois autres dossiers d’interpellation examinés ———–

Outre la question orale avec débat relative au dragage du lac Ahémé et ses chenaux, les députés ont examiné trois autres dossiers d’interpellation du gouvernement par l’Assemblée nationale. Les deux premiers concernent le dragage du sable à Togbin-Kpèvi dans la commune d’Abomey-Calavi et la pollution des eaux marines de la côte ouest de Grand-Popo. Les éléments de réponse du gouvernement ont été fournis également par le ministre du Cadre de Vie et du Développement durable, Didier Tonato.
La dernière question orale avec débat a trait à la situation de manque d’enseignants dans les écoles primaires. Les députés ont été entretenus sur cette préoccupation par le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou. Les parlementaires dont surtout les auteurs desdites questions ont été tous satisfaits des explications des deux ministres qu’ils invitent à maintenir le cap chacun dans son domaine de compétence n
Th. C. N.