Contrôle de l’action gouvernementale: La 8e législature décidée à améliorer ses performances

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Contrôle de l’action gouvernementale: La 8e législature décidée à améliorer ses performances


Considéré comme le talon d’Achille du Parlement, le contrôle de l’action gouvernementale constitue l’une des grandes priorités de la huitième législature. Cette dernière semble tenir le bon bout en consacrant ses deux premières séances plénières de cette année à cette question.

LIRE AUSSI:  Les Biscuits de La Nation


La huitième législature est déterminée à améliorer ses performances en matière de contrôle de l’action gouvernementale. Les députés ont pris le taureau par les cornes en consacrant dorénavant et systématiquement la journée du jeudi à cette activité, seconde mission du Parlement après le vote des lois. Une séance plénière s’ouvre à cet effet ce jeudi 16 janvier sur deux points, tous des questions orales avec débat posées par des députés. La première question concerne la mise en service des stations photovoltaïques. Ce dossier interpelle au plus haut niveau le ministre de l’Energie, Jean-Claude Houssou. Il doit apporter des éléments de réponses pour éclairer la lanterne des députés. Le second point a rapport à la situation de la Société industrielle de textile (Sitex) au Bénin. Cette question concerne la ministre de l’Industrie et du Commerce, Sadiya
Assouman. Celle-ci avait déjà fait le même exercice, jeudi 9 janvier dernier, devant la Représentation nationale. Elle y était pour s’expliquer sur le fonctionnement de la Société nationale de commercialisation des produits pétroliers (Sonacop) avec à la clé la flambée des prix des produits pétroliers. La ministre de l’Industrie et du Commerce avait à ses côtés son collègue chargé des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou. Ce dernier avait été invité à apporter des éléments de réponses sur quatre questions orales avec débat. Lesquelles sont relatives au fonctionnement des Ecoles normales d’instituteurs (Eni) face à la pénurie d’enseignants dans les écoles, à la situation des enseignants reversés de 2008 recalés aux évaluations et la gestion comptable des écoles à partir de la rentrée scolaire 2019-2020, à la mise en œuvre de la nouvelle architecture du système éducatif, à l’insuffisance de salles de classe et au déficit d’enseignants dans les écoles primaires. En moins d’une semaine, Sadiya Assouman retourne devant les députés pour répondre d’un autre pan non moins important de sa gestion.

LIRE AUSSI:  Les Biscuits de La Nation

Corriger le tir

Le rythme de programmation des questions au gouvernement témoigne de la détermination de la huitième législature à se rattraper par rapport à sa performance lors de la première session ordinaire de l’année 2019 au cours de laquelle aucun dossier n’a été abordé en matière de contrôle de l’action gouvernementale. La huitième législature qui a pris cette session ordinaire au vol s’est inscrite dans une logique de corriger le tir en consacrant les deux premières séances plénières de l’année 2020 aux questions au gouvernement. Le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou, avait annoncé les couleurs lors de son message de vœux à la nation. Il a souligné avec insistance qu’il accorderait une attention particulière au contrôle de l’action gouvernementale cette année. La huitième législature est en train de tenir promesse. En tout cas, pour les deux premières semaines de l’année 2020. Vivement que Louis Vlavonou et ses collègues maintiennent le cap tout au long de leur mandat. Car c’est à ce prix qu’ils pourront confondre leurs détracteurs qui les taxent d’être une législature à la solde du gouvernement.