Convention internationale 2017 de l’église Pentécôte de la Foi à Azovè: Les fidèles célèbrent leur réconciliation

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Convention internationale 2017 de l’église Pentécôte de la Foi à Azovè: Les fidèles célèbrent leur réconciliation


Sortis d’une crise de scission qui a duré dix années, les fidèles de l’Eglise pentecôte de la foi du Bénin se sont retrouvés, du 23 au 24 décembre dernier à Azovè, dans le Couffo, pour célébrer leur réconciliation. C’était à l’occasion de la Convention annuelle de cette communauté religieuse qui a enregistré la présence, à ses côtés, d’une légion des « oints » venus de l’étranger et de plusieurs autorités politico-administratives du département, dont le préfet Christophe Mègbédji.

LIRE AUSSI:  Lancement du projet You can do it too: Faire de 950 jeunes béninois des leaders

La Convention internationale édition 2017 de l’Eglise de pentecôte de la foi du Bénin a connu son apothéose, dimanche 24 décembre dernier, veille de la Nativité, à l’école centre d’Azovè. L’évènement a été marqué par deux moments forts consacrant l’unité retrouvée, qui a fait l’objet d’un accord signé le 2 novembre 2017, entre les branches antagonistes de cette communauté religieuse.
Le premier moment fut la présentation des membres devant animer les organes dirigeants de la période transitoire qui prendra fin en mai 2018 par la mise en place d’un bureau définitif.
Pour le compte de la transition, de six mois en cours, les fidèles réunis en assemblée à Azovè ont découvert non seulement les visages des membres de la commission des finances et ceux des membres du comité de suivi et de régulation, composé de cinq sages de la communauté, mais surtout le bureau exécutif national.
Porté à la tête de ce dernier, l’apôtre Antoine Jakou a décliné les missions assignées à son équipe. A l’en croire, il s’agit, entre autres, de la réorganisation du fonctionnement de l’église, à travers l’état des lieux de sa gestion financière, le point sur la carrière du corps pastoral et la mise en place d’un comité de relecture des textes fondamentaux. La relance des activités pour ce nouveau départ, souligne-t-il, doit se faire à travers de nouveaux statuts et règlements intérieurs. L’apôtre Antoine Jakou retient que leurs principales actions permettront à l’église de renouer avec une ambiance de fraternité.

LIRE AUSSI:  Pose de fétiches au Ceg Doutou: Trois élèves présumés auteurs interpellés

Ensemble

« En ce jour où nous célébrons ensemble, sur la terre d’Azovè, notre convention après dix ans de séparation, nous devons nous réjouir et glorifier le Seigneur », prêche l’apôtre. Car, selon son rappel, il est écrit dans Psaume 133 qu’il est agréable et doux pour des frères de demeurer ensemble, puisque c’est là que, poursuit-il, l’Eternel envoie sa bénédiction, la vie pour l’éternité ». Pour conjurer définitivement la crise de division qui, à l’en croire, a causé la perdition de nombreux fidèles, la mésintelligence entre dirigeants des églises, la haine et la méfiance entre des pasteurs et entre les épouses de ceux-ci, sans oublier des tracasseries judiciaires, il a été lancé un appel à l’accompagnement des instances de transition. « Le bureau exécutif que je préside invite tous, en l’occurrence, les anciens de la communauté, les cadres, les hommes d’affaires et les partenaires internationaux à ne pas nous marchander leur disponibilité afin que soient relevés les défis du développement spirituel et socioéconomique », a exhorté l’apôtre Antoine Jakou.
L’apôtre et le collège des oints de Dieu ont, par ailleurs, consacré, à travers une cérémonie dite d’apostolat, l’admission dans leurs rangs de cinq nouveaux apôtres. Second moment fort, cette cérémonie est faite de prières et de l’imposition de mains sur chacun des nouveaux apôtres et leurs épouses respectives. Aux dires de leurs devanciers dans le pastorat, les nouveaux apôtres ne doivent pas sacrifier leurs familles biologiques. « Votre première église est votre famille », ont-ils enseigné tout en insistant sur la responsabilité de l’apôtre qui, selon eux, est le garant de la doctrine de l’église.
Rappelons que l’union célébrée au sein de la communauté n’a pas été obtenue sans les concessions des leaders des deux camps antagonistes. Notamment, l’apôtre Jean-Paul Kohoundo qui a dû écourter d’un an son mandat de président. Lui aussi a confirmé à l’assemblée que la page de la crise est tournée. « Je puis vous dire que la réconciliation est effective et l’espoir est permis et nous devons aller de l’avant », a-t-il déclaré. « Je ne me retire pas pour vous abandonner, je ne me retire pas pour quitter l’église mais je me retire pour le bien-être socio-spirituel de tous les fidèles », a-t-il clarifié aux fidèles?