Conventions de concession et contrats d’achat d’énergies renouvelables: Les acteurs du secteur de l’électricité en formation de quatre jours

Par Bruno SEWADE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Conventions de concession et contrats d’achat d’énergies renouvelables: Les acteurs du secteur de l’électricité en formation de quatre jours


Les conventions de concession et les contrats types d’achat d’énergies renouvelables sont au centre d’une formation de quatre jours dont les travaux ont été lancés, ce mardi 3 octobre à Cotonou, par le directeur adjoint de cabinet du ministre de l’Energie, de l’Eau et des Mines, Franck Tigri. Cette formation est organisée avec le soutien de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

LIRE AUSSI:  Audience à la Haac: Œuvrer pour le mieux-être des journalistes

Le Gouvernement béninois continue de rechercher des voies et moyens pour que le pays dispose d’énergie électrique en quantité, en qualité et à moindre coût dans le respect de l’environnement. Il s’est engagé à développer d’ici 2021, des centrales thermiques d’une capacité totale de 500 MW dont la phase initiale de 120 MW a été lancée, vendredi dernier. A côté de ces centrales thermiques, il est prévu la construction de centrales solaires d’environ 100 MW.
A l’ouverture des travaux de la formation des différents acteurs du secteur de l’énergie sur les conventions de concession et les contrats d’achat d’énergies renouvelables ce mardi, le président de l’Autorité de régulation de l’électricité au Bénin, Claude Gbêdonougbo Gbaguidi a rappelé que dans le cadre de la fourniture des 100 MW environ, sa structure a commandité une étude. C’est ainsi que certains promoteurs d’énergies renouvelables ont été sollicités pour l’élaboration des modèles de conventions de concession, de contrats d’achat et de raccordement. Ce sont des modèles qui seront au menu de la formation de quatre jours avec des experts allemands. Au cours des travaux, les différents acteurs de ce secteur auront à se familiariser avec les notions de contrat d’achat d’énergie et de convention de concession d’énergies renouvelables.
Pour l’expert Aurélien Agut de la Coopération allemande, le Programme d’action du Gouvernement (Pag) dans le domaine de l’énergie est un programme ambitieux. Il se dit fier d’être au Bénin dans le cadre de cette formation des acteurs de ce secteur. Le constat aujourd’hui en Afrique, explique-t-il, est qu’il y a des producteurs indépendants des énergies renouvelables. Il y a donc lieu d’organiser les conventions de concession et les contrats d’achat dans ce secteur qui connaît un développement ces dernières années.
Pour le directeur général de la Société béninoise d’énergie électrique Laurent Tossou, le Bénin présente un avantage réel en termes de superficie, de radiation solaire et réunit toutes les conditions pour le développement des énergies renouvelables, notamment solaires, à grande échelle. Le recours aux énergies renouvelables qui répond à des enjeux environnementaux et de diversification des sources d’énergie, selon lui, constitue avant tout un défi industriel pour le Bénin. « Notre programme Energies renouvelables, associé à un plan de formation, de capitalisation et de recherche et développement, vise à promouvoir et à stimuler une véritable industrie des énergies renouvelables axée principalement sur le solaire », rassure-t-il.
Laurent Tossou souligne que la formation qui réunit depuis ce mardi les cadres de sa société, les membres de l’Autorité de régulation de l’électricité et les cadres du ministère en charge de l’énergie, permettra d’échanger sur les contrats types d’achat d’énergies renouvelables.
En ouvrant les travaux, le directeur adjoint de cabinet du ministre en charge de l’Energie, Franck Tigri, a rappelé que le Pag comporte cinq projets phares relatifs à l’énergie électrique sur les 45 au total pour un budget de plus de 700 milliards de francs Cfa. Il crée surtout, ajoute-t-il, les bases d’un levier pour un développement durable du sous-secteur de l’électricité en y amenant les investissements privés et qui permettra de tutoyer les 100% de taux d’accès.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale : 51 députés lancent les travaux de la 1ère session extraordinaire de 2016