Coopération Bénin – Guinée-Bissau: Sous le signe de la convivialité et du développement

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Coopération Bénin – Guinée-Bissau: Sous le signe de la convivialité et du développement


Dans le cadre de la consolidation des relations bilatérales entre le Bénin et la Guinée-Bissau, la ministre bissau-guinéenne des Affaires étrangères, Suzi Carla Barboza, a rendu visite à son homologue du Bénin, Aurélien Agbénonci.

LIRE AUSSI:  Commune de Ouaké: Mathurin Tomtokoum prend désormais les commandes de la mairie

A sa sortie d’audience, la ministre bissau-guinéenne des Affaires étrangères affirme que c’est un honneur pour elle d’être reçue par son homologue béninois. Suzi Carla Barboza note qu’étant tous membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao), il est important qu’ils se connaissent à travers les réalités de chaque pays. « J’ai demandé au cours de cette visite à mon homologue de venir en Guinée- Bissau pour connaitre notre culture et notre particularité. C’est en agissant de la sorte qu’on pourra s’aider », a-t-elle souligné. La ministre bissau-guinéenne des Affaires étrangères a également informé que le dimanche 24 novembre prochain, aura lieu l’élection présidentielle dans son pays. Elle note que le Bénin, en tant que membre de la Cedeao, a le plein droit d’être informé sur ce qui se passe actuellement dans le cadre de l’organisation de ce scrutin.
Dans son intervention, Aurélien
Agbénonci, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, indique que les relations entre le Bénin et la Guinée-Bissau sont de très bonne qualité. « Vous connaissez l’attachement du président Patrice Talon à l’intégration régionale, même si cette intégration est de temps en temps mise à rude épreuve. Nos relations sont excellentes et nous essayons en ce moment de faire en sorte que nos frères de la Guinée-Bissau puissent conduire le processus électoral en cours, dans de bonnes conditions », a-t-il précisé. Il informe que dès que le processus électoral prendra fin, l’autre étape sera de voir quels sont les domaines dans lesquels les deux pays peuvent engager des actions concrètes de coopération. « Notre souhait pour le moment est que l’élection se déroule dans la paix et que cette transition puisse prendre fin afin que ce pays renoue avec le fonctionnement harmonieux de ses institutions et en même temps enclenche son développement pour le bonheur des populations », a-t-il conclu.

LIRE AUSSI:  Pascal Tawès, colonel retraité : « Quand on est au dehors, on est intoxiqué »