Coups et blessures volontaires ayant entraîné une infirmité permanente: Le tribunal acquitte Baniguigui Sassimè

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Coups et blessures volontaires ayant entraîné une infirmité permanente: Le tribunal acquitte Baniguigui Sassimè


Vendredi 13 décembre dernier, Baniguigui Sassimè a été relaxé au bénéfice du doute pour les faits de coups et blessures volontaires pour lesquels il était poursuivi devant le tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou statuant en matière criminelle.

LIRE AUSSI:  Incendie dans un marché autogéré à Nikki : Près de six tonnes de coton parties en fumée

Acquittement des fins de la poursuite et les frais à la charge du trésor public. C’est le verdict qui a sanctionné l’examen du 15e dossier inscrit au rôle de la session criminelle du tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou.
Les débats n’ont pas abouti à la reconnaissance de la culpabilité de l’accusé. Il a clamé son innocence au cours de l’instruction à la barre. Selon le ministère public, les éléments constitutifs du crime de coups et blessures volontaires font défaut. C’est pourquoi il a relevé qu’il subsiste un doute à ce sujet. Il déclare que le doute devrait toujours profiter à l’accusé.
Le terrain était tout balisé pour la défense représentée par Me Paul Avlessi qui n’a pas manqué de saluer l’honnêteté intellectuelle et juridique du représentant de la société, le ministère public, son contradicteur. Il a rappelé que le juge d’instruction avait déjà conclu à la relaxe de l’accusé, de même que la non reconnaissance de sa responsabilté à toutes les étapes de la procédure. Il a plaidé l’acquittement pur et simple au principal, puis l’acquittement au bénéfice du doute au subsidiaire. Le tribunal délibère et acquitte Baniguigui Sassimè qui a recouvré aussitot sa liberté.

LIRE AUSSI:  Pour l’autonomisation des peuples du monde:La 1ère école de l’alphabet «Gbékoun» ouvre ses portes

Les faits

Le lundi 11 janvier 2016, le bouvier Saïbou Amadou s’est rendu au pâturage. Ce jour-là, alors qu’il faisait paître ses boeufs, l’une des bêtes s’est échappée du troupeau pour se retrouver dans le champ de Mora Saka et Baniguigui Sassimè. L’animal a été chassé sans ménagement. Mécontent, le bouvier s’en est pris à Mora Saka. Alertés par ses cris de détresse, ses proches amis Boni Oroubou et Baniguigui Sassimè accoururent armés de lance-pierres. Avec cette arme, ils infligèrent des blessures irréversibles à l’infortuné Saïbou Amadou. Il devint en effet borgne suite à cette agression.

Composition du tribunal

Président: Wilfrid Guèdègbé
1er assesseur: Arlène Dossa Avocè
2e assesseur: Francis
Bodjrènou
3e assesseur: Marius Houndji
4e assesseur: Hervé Comlan Houdégbé
Ministère public: Robert Tito
Greffier: Arnaud Sokou.