Coups mortels (7e dossier): Plus de deux ans à passer encore en prison pour Issa Bio

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Coups mortels (7e dossier): Plus de deux ans à passer encore en prison pour Issa Bio


L’amour, la jalousie et le manque de patience sont les trois maux dont les manifestations n’ont pu empêcher la commission du drame pour lequel Issa Bio, né en 1991 à
Gogounou, était appelé à répondre, mercredi 2 août dernier, devant la cour d’assises de la cour d’appel de Parakou. A l’enquête préliminaire et devant le juge d’instruction, il a reconnu sans ambages les faits qui lui sont reprochés.Il ne les a également pas niés à la barre, sauf qu’il a estimé que le pire ne serait pas survenu, si la victime Hassane Bouraïma qui se trouve être son cousin, n’avait pas pris sa fiancée pour aller la confier à Mateloudo Bouraïma alias Kada Bouba.
Dans son réquisitoire, le ministère public représenté par Nourou-Dine Malick Bakary a balayé du revers de la main, le cas de légitime défense dont a voulu prétextait l’accusé. Il s’est alors employé à démontrer que les trois éléments constitutifs de l’infraction de coups mortels étaient réunis. Selon lui, il ne reste qu’à faire appliquer avec vigueur la loi. Au vu de l’article 309 du Code pénal, il demande à la cour de condamner Issa Bio à dix ans de réclusion criminelle.
Me Hippolyte Yèdé qui défendait l’accusé, fait remarquer que l’amour est un mal. Lorsqu’on en est victime, il ne permet pas de se maîtriser. En dépit de son jeune âge, fait-il observer, son client savait qu’il devait protéger sa fiancée. Selon Me Hippolyte Yèdé, Issa Bio n’avait aucune intention de donner la mort à Hassane Bouraïma. Il a expliqué que son client ne devrait pas être puni, sa fiancée déjà dotée l’attendant à la maison. Plaidant coupable, il implore alors la clémence de la cour, tout en l’invitant à condamner son client avec sursis ou au temps qu’il a déjà passé derrière les barreaux, soit trois ans.
Après avoir délibéré, la cour déclare Issa Bio coupable d’avoir commis une infraction de coups mortels. Elle l’a condamné à cinq ans de réclusion criminelle. Mis sous mandat de dépôt le 28 octobre 2014, Issa Bio, né vers 1991 à Tchoukouma, dans la commune de Gogounou, doit encore patienter plus de deux ans en prison, avant d’aller retrouver sa dulcinée.
La cour qui a examiné son dossier était présidée par Célestin Jean-Mathieu Zanouvi assisté de Jean-Pierre Yérima Bandé et Epiphane Yéyé. Nourou-Dine Malick Bakary était l’avocat général et Me Ambroise Alassane, le greffier. Zacari Abdou-Djabarou Bouraïma, Orou Kénou Troukassa, Alidou Adamou et Bio Takorou Korogoné Igari étaient les jurés tirés au sort.

LIRE AUSSI:  Affaire Bibe/Cnss au tribunal hier: Nouveau renvoi de la cause au 27 juin prochain