Cour d’appel de Parakou: Les défis et priorités du nouveau procureur général

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Cour d’appel de Parakou: Les défis et priorités du nouveau procureur général


L’ancien procureur général de la Cour d’appel de Parakou, Emmanuel Opita, appelé désormais à servir à Cotonou, a cédé son fauteuil à son remplaçant, Alexis Agboton Métahou, ce mardi 17 octobre. C’était au cours d’une cérémonie judiciaire empreinte de solennité.
Après la passation, le nouveau procureur général est revenu sur les défis qu’il compte relever avec son équipe. Considérant la charge qui vient de lui être confiée comme une promotion, Alexis Agboton Métahou signale que « Depuis près de dix ans, la Cour d’appel de Parakou n’a plus fonctionné correctement pour défaut du personnel magistrat ». « Ce n’est qu’à partir de l’année dernière qu’avec son président sortant et son procureur général sortant, elle a repris ses activités », a-t-il nuancé. Cela, poursuit-il, s’est fait remarquer cette année, par la tenue régulière de deux sessions de la cour d’assises qui avaient inscrit à leurs rôles des dossiers de 1985 et de 1989.
En ce qui le concerne, le nouveau procureur général a promis s’inscrire dans la même logique que son prédécesseur. Il entend poursuivre avec la tenue régulière des assises. Alexis Agboton Métahou entend donner une impulsion dans le sens de faire de la justice, un moteur de développement. Il est conscient des gros problèmes du département en termes de criminologie. Comptant sur l’appui des officiers de police judiciaire, des commandants des compagnies de gendarmerie, des directeurs départementaux de police et autres, il a réaffirmé sa détermination à attaquer le mal qui ne cesse de prendre de l’ampleur.
S’agissant des infractions économiques, son souci est d’atténuer les peines des délinquants qui s’en rendront coupables, s’ils arrivaient rapidement à rembourser ce qu’ils ont indûment pris. Aujourd’hui, l’objectif n’est plus de remplir les prisons. « Si certaines infractions exigent que l’on envoie leurs auteurs en prison, il faut les y convoyer », a-t-il insisté, précisant ses défis en matière de politique pénale?

LIRE AUSSI:  Criet/ Détournement de deniers publics: Le procès Mohamed Zakari renvoyé