COVID-19: Autotest, un nouvel outil de dépistage

Par LANATION,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur COVID-19: Autotest, un nouvel outil de dépistage


Moins invasif et désagréable que le test Pcr classique, l’autotest est un test antigénique dont le prélèvement et la lecture du résultat peuvent être réalisés seul, sans l’assistance d’un personnel de santé en moins d’une demi-heure. En France, il a été mis en vente uniquement en pharmacie à un prix limite de 6£. Un complément à l’arsenal de tests Covid-19, l’autotest est réalisable chez les adultes comme chez les enfants et se révèle comme étant un outil favorable à la lutte contre la propagation de la pandémie. « Les autotests sont complémentaires aux tests

Pcr réalisés par les professionnels de santé ; ils représentent en effet une opportunité de tester les publics qui le sont peu aujourd’hui. Un instrument d’auto-surveillance qui contribue à faire de chacun un acteur de la lutte contre l’épidémie au vu de leur facilité d’usage et de leur rapidité », a noté le ministère des Solidarités et Santé sur son site internet. Selon ses indications, pour réaliser le test, on introduit l’écouvillon dans la narine 2 à 3 cm sans forcer, ensuite on réalise un mouvement de rotation puis on suit les indications d’emploi pour la lecture des résultats ; si un trait apparait, le test est négatif ; si ce sont deux traits, le test est positif.

LIRE AUSSI:  Métier de sage-femme: Les accoucheuses au premier rang de toute vie

En cas de résultat positif, le ministère recommande de le confirmer par un second test Pcr, ceci pour plusieurs raisons, entre autres, permettre à l’assurance maladie de mettre en œuvre le contact tracing pour identifier les cas contact et ainsi casser les chaines de contamination. Il précise également que « L’autotest étant moins sensible et moins profond que le test Pcr, il est utile de s’autotester 1 à 2 fois par semaine pour augmenter les chances de détecter le virus au début de la maladie ; c’est-à-dire au moment où le virus est le plus présent et le plus facilement détectable, et surtout au moment où on est le plus contagieux. Et, même utilisés de manière itérative, les autotests ne viennent en aucun cas remplacer un diagnostic plus fiable par test antigénique ou Pcr. Les personnes symptomatiques et les personnes contacts doivent continuer à se faire tester par Pcr ou test antigénique et ne doivent pas recourir à l’autotest».

LIRE AUSSI:  Recrudescence des cas graves de Covid-19: Les manifestations culturelles et festives suspendues

Selon l’avis n°2021.0015/AC/Seap du 15 mars de la Has, l’utilisation des autotests est autorisée pour les personnes asymptomatiques dans le cadre privé, par exemple avant une rencontre avec des proches, et dans le cadre d’un dépistage itératif à large échelle, par exemple dans les écoles. Par ailleurs, la Has insiste sur l’importance pour les patients et les usagers de pouvoir disposer par tous les moyens d’une information complète et précise sur les modalités de réalisation de l’autotest puis sur la nécessité de maintenir les mesures barrières dont la distanciation sociale.
La condition définie par la Has pour la validation de l’autotest est la suivante: ‘’Une sensibilité clinique, c’est-à-dire la capacité à détecter le virus chez une personne malade, supérieure ou égale à 80 % ; et une spécificité clinique, c’est-à-dire la probabilité qu’une personne au test positif soit effectivement porteuse du virus, supérieure ou égale à 99 %’’ .

 

Par Shekinah ESENGO (Stag.)

LIRE AUSSI:  Lutte contre les grossesses précoces: Lancement du projet Santé et bien-être des adolescents