Crise à Wémèxwé: Seule l’aile dissidente a signé le protocole d’accord

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Crise à Wémèxwé: Seule l’aile dissidente a signé le protocole d’accord


La fin de la crise autour de l’association Wémèxwé n’est pas apparemment pour demain. La réconciliation des deux camps en conflit entreprise par le médiateur de la République semble être un coup d’épée dans l’eau. Et pour cause !

LIRE AUSSI:  Médiateur de la République: Joseph Gnonlonfoun lance les audiences foraines à Pobè

Le consensus retrouvé jeudi 7 février dernier entre les deux ailes en conflit et devant conduire à la signature du protocole d’accord, après deux journées de médiation sous l’égide du médiateur de la République, est en passe de voler en éclats. Seule l’aile dissidente a répondu, vendredi 9 février dernier, au rendez-vous du médiateur de la République pour signer le document d’accord. Le camp de la coordination générale n’a pas effectué le déplacement. Il s’est fait jusque-là désirer alors que les deux ailes étaient toutes attendues pour ce vendredi 9 février à 10h pour la signature du protocole d’accord qui remet chaque camp en confiance. Le médiateur de la République qui a conduit les négociations ne désespère pas. A la faveur d’un point de presse qu’il a animé quelques instants après la signature du protocole d’accord par Wassi Yessoufou, président du collectif des dissidents, Joseph Gnonlonfoun dit garder l’espoir que l’aile de la coordination générale viendra, à son tour aussi, apposer sa signature au bas du document pour la résolution définitive de cette crise. « Pour moi le problème de la vallée de l’Ouémé est le problème du Bénin tout entier »,  souligne le médiateur de la République. Raison pour laquelle il a favorablement accueilli la requête d’un citoyen l’invitant à offrir ses bons offices pour réconcilier les deux parties. Et ceci, bien que cela ne fasse pas partie des attributions directes et institutionnelles du médiateur de la République. Selon Joseph Gnonlonfoun, les deux journées de négociations, des mardi 6 et jeudi 7 février auront été un succès. Elles ont permis d’aplanir les divergences et les sujets qui fâchent les uns et les autres. Des concessions ont été faites de part et d’autre pour un retour à la normale de la situation, souligne le médiateur de la République. Les questions de tissus de la fête, de relecture des textes de l’association, de reddition de compte, de dédommagement et de réparation de certains préjudices financiers subis par l’aile dissidente qui a imprimé, lors de l’édition 2017 de la fête, un tissu parallèle pour concurrencer celui de l’aile de la coordination générale ont été décortiquées avec succès. Les conclusions ont été retracées dans le protocole d’accord qui a sanctionné les travaux. Un comité a été mis sur pied pour faciliter la mise en œuvre des accords et organiser un congrès extraordinaire après la 9e édition de la fête prévue pour avoir lieu du 21 au 25 février prochain à Adjohoun. Ce comité est placé sous l’égide du médiateur de la République chargé de superviser l’exécution diligente du protocole d’accord qui reste toujours ouvert à l’aile d’Antoine Bonou dont la signature est attendue. Pour l’heure, tout le monde a les yeux rivés sur le camp de la coordination générale pour prouver sa bonne foi à voir finir cette crise qui aura trop duré. Que va-t-il se passer si cette dernière ne signe pas le protocole d’accord ? Le juge avisera pour la suite, alerte l’aile dissidente.

LIRE AUSSI:  La chronique de l'oncle AGBAYA: DADA GBAGUIDI, C’EST OUNKPO ?