Crise dans le secteur de la pharmacie : Le gouvernement retire l’agrément à la Came

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Crise dans le secteur de la pharmacie : Le gouvernement retire l’agrément à la Came


La convention de partenariat liant le gouvernement béninois et la Centrale d’achat des médicaments essentiels et consommables médicaux (Came) perd toute existence légale. Le gouvernement vient en effet de retirer sa confiance à cette structure.

LIRE AUSSI:  Appui de l’ambassade du Japon à l’Enseignement primaire: 220 classes à construire dans 37 écoles de l’Atlantique

Par décret n° 2018-253 du 20 juin portant retrait de l’agrément accordé à la Centrale d’achat des médicaments essentiels et consommables médicaux signé par le chef de l’Etat et certains de ses ministres, ledit agrément accordé est retiré. C’est l’article 1er dudit décret qui le stipule. « Le ministre de la Santé est autorisé à dénoncer la convention en date du 29 septembre 2010 », précise le même décret. Par ailleurs, il est dans un délai de huit jours, donc le 28 juin prochain, la tenue d’une assemblée générale « en vue de dispositions urgentes à prendre ».
Cette mesure prise par le gouvernement, pourrait-on dire, ouvre un nouvel épisode dans la crise qui secoue le secteur pharmaceutique au Bénin et qui, depuis plusieurs mois, a porté un coup dur à plusieurs acteurs du secteur pharmaceutique. Faut-il rappeler, il y a quelques mois, une action policière contre les faux médicaments a conduit à de nombreuses révélations et exposé au grand jour, de nombreux dysfonctionnements dans le secteur. Lesquels ont donné lieu à un procès avec pour conséquence, la mise sous mandat de dépôt et plus tard la condamnation de tous les répartiteurs grossistes. Le député Atao Hinnouho Mohamed a été, lui aussi interpellé puis mis sous mandat de dépôt toujours dans le cadre des affaires liées au secteur pharmaceutique.
Poursuivant l’assainissement du secteur, un comité de pilotage des réformes dans le secteur de la pharmacie, du médicament et des explorations diagnostiques a été mis en place pour proposer un nouveau cadre juridique et institutionnel et d’accompagner le gouvernement dans la gestion de la période subséquente à la suspension du bureau de l’Ordre des pharmaciens. Un comité de 15 membres qui dispose de 90 jours à compter de son installation pour accomplir sa mission. Une commission, chargée des réformes dans le secteur a été aussi mise en place. Elle est assistée par un comité technique de trois membres.

LIRE AUSSI:  Divers Ordres nationaux: 33 anciens parlementaires reçus