Cyber sécurité : la détection des talents encouragée

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Cyber sécurité : la détection des talents encouragée

Cyber sécurité

Pour pallier les problèmes de sécurité afin de protéger les systèmes d’information de l’Etat, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) a organisé du 10 au 12 novembre dernier à Parakou, HackerLab 2021. Compétition ayant pour but de détecter les talents en cyber sécurité, l’évènement est à sa quatrième édition, après avoir été initié en 2017.

LIRE AUSSI:  Droits des enfants et des jeunes : les assurances du préfet du Borgou

InspiV est le grand gagnant de HackerLab 2021, organisé du 10 au 12 novembre dernier à Parakou par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi). Cette équipe en était à sa troisième participation. Outre le chèque de 600 000 F Cfa qu’elle a enlevé, ses quatre membres sont rentrés chacun avec un portatif et d’autres gadgets offerts par les partenaires de l’Anssi dans l’organisation de ladite compétition. Arrivées en deuxième et troisième positions, EXC4L!BUR et H4WK3Y3 remportent respectivement 500 000 et 400 000 F Cfa, avec également des gadgets pour chacun de leurs membres. Quant à GuruSecuritylabs constitué de trois filles sur ses quatre membres, elle a été sacrée équipe révélation avec un chèque de 300 000 F Cfa.
« Après trois éditions de HackerLab, son véritable objectif commence par être mieux appréhendé. Chaque année, le niveau ne cesse de s’améliorer et d’être élevé », se réjouit le directeur général de l’Anssi, Ouanilo Fagla Médégan, procédant à la clôture de l’évènement, vendredi 12 novembre dernier. Il a saisi l’occasion pour remercier les partenaires pour leur accompagnement.
En effet, c’est par une phase de pré qualification que tout avait commencé le 20 août dernier, pour une durée d’un mois. L’objectif était d’avoir 25 équipes qualifiées. Mais il en a eu 18, sans oublier qu’à Parakou, la possibilité a été accordée à huit jeunes, soit deux équipes de quatre personnes, d’être de la partie. « Défendre l’empereur Séro de Nikki contre le cyber envahisseur », telle est l’épreuve à laquelle les 20 équipes participantes ont été soumises.

LIRE AUSSI:  Atteinte des OMD dans le domaine de l’alimentation en eau potable: Fruit d’une vision, d’une stratégie et d’une politique mise en place

Pour un espace numérique plus sécurisé

Quant à la compétition proprement dite, elle a typiquement commencé à midi, pour 48 heures d’affilée. Tout s’est déroulé en mode militaire avec l’esprit Hacker qui exige de ne jamais abandonner, tant que l’on n’a pas résolu une épreuve.
« La compétition s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’un des axes de l’agence, le développement des compétences et de la culture en cyber sécurité », a précisé Gueric Goncalves, analyste senior à l’Anssi. C’est à partir des difficultés pour trouver des personnes compétentes en sécurité informatique au Bénin qu’est, explique-t-il, née l’initiative de l’organiser. «La particularité au cours de cette année, c’est qu’on a décidé de délocaliser la compétition en l’organisant à Parakou. Toutes les précédentes éditions se sont déroulées à Cotonou », insiste-t-il. L’occasion a également permis de faire la promotion du genre avec la plus jeune fille au niveau de l’équipe révélation qui s’est vue offrir une bourse d’étude en master aux Etats-Unis
d’Amérique.
C’est à travers la Stratégie nationale de sécurité (Sns) que le rôle de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) s’apprécie. Elle fait office de sa feuille de route avec quatre grandes axes. Il s’agit de la protection des infrastructures critiques de l’Etat et de la nation, de la coopération nationale et internationale en matière de sécurité et insécurité informatique, du développement des capacités et des compétences, puis de la culture en sécurité numérique et enfin, de la lutte contre la cybercriminalité. L’agence intervient également dans la gestion des incidents de sécurité informatique et le volet sécurisation des systèmes informatiques de l’Etat.

LIRE AUSSI:  Numérique en bref: Facebook : 18 millions de fake news sur le Covid-19 supprimées