Débordement du fleuve Mono: Au moins trois communes en proie aux inondations

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Débordement du fleuve Mono: Au moins trois communes en proie aux inondations

Fleuve Athiémé

Athiémé n’est plus la seule commune où le fleuve Mono déborde dans des concessions et exploitations agricoles. L’inondation touche aussi plusieurs autres communes telles que Grand-Popo dans le département du Mono et Dogbo dans le Couffo.

LIRE AUSSI:  Production et transformation du manioc en gari et dérivés: Acma 2, pour un regain de production


Dogbo et Grand-Popo rejoignent Athiémé sur la liste des communes touchées par le débordement du fleuve Mono. A Dogbo dans le département du Couffo, ce sont des villages de l’arrondissement de Dévé, notamment le village de Tchangba, qui sont en train de subir le diktat des eaux. Plusieurs exploitations agricoles et concessions y sont sous l’eau. Les populations sinistrées ont reçu, mardi dernier, la visite du maire de la commune, Magloire Agossou. Ce dernier est allé assister les populations sinistrées et faire le constat.
Par contre, dans le département du Mono, si le sinistre que provoque la sortie cyclique du fleuve de son lit à Athiémé défraie la chronique, il y a d’autres communes qui sont aussi touchées par les inondations. C’est le cas de Grand-Popo et de Comé dans une moindre mesure. A Grand-Popo, cinq arrondissements sur sept sont submergés. Il s’agit d’Adjaha, d’Avloh, de Djanglanmey, de Sazoué, et de Grand-Popo centre. Agoué et Gbéhoué sont les arrondissements épargnés pour le moment. Dans la commune, le fleuve a atteint, hier, 2,05 m de hauteur contre un seuil critique de 1,85 m relevé, samedi dernier, où le pluviomètre a marqué 7m au niveau d’Athiémé. Grand-Popo et Athiémé qui, ajoutées à Dogbo, portent à au moins trois les communes touchées par le débordement du fleuve Mono n’ont pas le même relief par rapport au lit d’écoulement du fleuve.
Relativement aux dégâts matériels, ils sont considérables à Grand-Popo comme à Athiémé, selon des témoins. Entre autres, dans la commune des bois blancs où le sinistre est criant, les activités économiques au niveau de la berge, encore appelée l’ancien port, sont suspendues, la berge étant fermée aux visiteurs à l’aide de chicanes. Sur le plan communal, les inondations ne se limitent plus aux exploitations agricoles. Les eaux fluviales entrent dans les habitations contraignant les occupants à vivre les pieds dans l’eau. Seulement que l’ampleur dans les milieux de vie ne serait pas ce qu’elle est si l’embouchure d’Avlo était maintenue fermée.

LIRE AUSSI:  Autorégulation des médias: L’Odem condamne Soleil Bénin Info