Décès de Théodule Houessou:L’Onip pleure un employé serviable

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Décès de Théodule Houessou:L’Onip pleure un employé serviable


La présentation des vœux du nouvel an à l’Office national d’imprimerie et de presse (Onip) n’avait pas, vendredi 29 janvier dernier, ses notes chaleureuses d’antan. La nouvelle de la disparition subite de Théodule Benoît Ayola Adétoutou Houessou a endeuillé l’ensemble du personnel qui, désormais, apprendra à poursuivre la vie sans un des siens dont les qualités d’employé modèle font l’unanimité.

LIRE AUSSI:  Noces d’or du quotidien national d’information: Des retraités de l’Onip honorés

S’il y a un élément sur lequel tout le monde s’accorde en parlant de Théodule Benoît Ayola Adétoutou Houessou, c’est son calme légendaire. Derrière son visage semi-fermé et ses airs sérieux, cet employé de l’Office national d’imprimerie et de presse est reconnu pour son sens du devoir, sa conscience professionnelle. Il vient de totaliser 22 ans
45 jours de service à l’Onip. Il y a été embauché le 15 décembre 1998, en qualité de distributeur de journaux, Théo comme aiment si bien l’appeler ses collègues, s’est appliqué à ce poste sans désemparer pendant longtemps avant de se voir affecté à d’autres tâches pour cause de maladie. Redéployé agent d’entretien depuis 2013, il s’est toujours montré un agent dévoué, témoigne-t-on à son égard. En dehors de l’entretien, il était aussi chargé de l’affichage des notes de service. Théo était le collègue apprécié.
La nouvelle de son décès, vendredi 29 janvier dernier, a été accueillie avec une profonde tristesse et ses collègues se regardaient sans savoir quoi dire. On ne pensait pas que l’insidieuse maladie qui l’a conduit à l’hôpital allait avoir raison de lui. On espérait qu’il s’en sortirait et une liste de souscription volontaire a même été ouverte pour le soutenir dans ses soins médicaux en dehors de la prise en charge dont il bénéficiait de la part de l’office.
A seulement quatre mois de ses 54 ans, Théodule Benoît Ayola Adétoutou Houessou, né le 12 mai 1967 à Abomey, part en laissant derrière lui une veuve et une orpheline. La petite Théodula, à peine trois mois six jours, grandira sans jamais connaître Théo, son père, si attaché à elle qu’il lui donne le féminin de son prénom.
Le directeur général de l’Onip, les directeurs techniques et tout le personnel à divers niveaux présentent à la famille éplorée leurs sincères condoléances et prient pour le repos de son âme.

LIRE AUSSI:  Noces d’or du quotidien national d’information: Des retraités de l’Onip honorés