Défectuosité de la qualité des services des télécommunications mobiles: L’Arcep-Bénin interpelle les opérateurs GSM

Par Bruno SEWADE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Défectuosité de la qualité des services des télécommunications mobiles: L’Arcep-Bénin interpelle les opérateurs GSM


Les membres du Conseil de régulation de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste au Bénin (Arcep-Bénin) invitent les opérateurs de téléphonie mobile GSM à revoir la qualité de leurs services aux consommateurs. Cette qualité qui devient de plus en plus défectueuse était au menu d’une rencontre tenue, ce lundi 4 septembre au siège du Conseil à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Projet de budget exercice 2017: La CPFG dénoncent l’option du gouvernement

Qu’est-ce qui ne va pas au niveau de la qualité de plus en plus défectueuse de tous les réseaux GSM ? Qu’est-ce que les opérateurs peuvent faire pour remédier à cette situation que dénoncent les consommateurs tous les jours ? Ce sont là les questions posées par le président du Conseil de régulation de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste du Bénin (Arcep-Bénin) Flavien Bachabi, hier aux opérateurs GSM qui ont répondu présents à son appel. Car, pour lui, les plaintes des consommateurs commencent par être trop fréquentes.
Il y a trois décennies, sur 100 personnes, à peine une disposait de téléphone. Et le secteur était géré par l’Office des postes et télécommunications (Opt), seule société d’Etat dans le domaine. Avec l’évolution du temps, le secteur a connu une révolution. C’est ainsi que des opérateurs privés commencent à intervenir dans le domaine avec des services variés. Il y a alors une euphorie dans les rangs des consommateurs quant à la demande de ces services de tous les opérateurs. Pour ne pas laisser l’offre de ces services dans un désordre, il a été créé une structure de régulation qui a pris des initiatives dans le cadre de l’assainissement du milieu. C’est ainsi que des balises ont été posées. Mais, l’euphorie notée au niveau des consommateurs a commencé par s’estomper, puisque la qualité des services offerts devient de plus en plus défectueuse.
Pour le président de l’Arcep-Bénin, Flavien Bachabi, l’équipe qu’il préside aujourd’hui a hérité des acquis de ses prédécesseurs qu’il faut sauvegarder. A savoir la défense des droits des consommateurs et surtout la qualité des services. C’est dans cette logique que, dans le cadre des contrôles de routine, l’Arcep-Bénin a prononcé des sanctions il y a quelques mois. Ces sanctions, selon Flavien Bachabi, ne sont pas des pénalités. Car, l’objectif de sa structure c’est la qualité des services aux clients pour que les opérateurs eux-mêmes participent effectivement au développement du Bénin. Il regrette que rien de cela soit aujourd’hui. C’est pourquoi, il veut savoir auprès des opérateurs ce qu’ils peuvent faire pour remédier à la dégradation de la qualité des services.

LIRE AUSSI:  9e Forum ouest-africain sur la gouvernance Internet: La sécurité numérique pour le développement et la paix

La réaction des opérateurs

Pour le directeur technique de l’opérateur Moov-Bénin, Arthur Koukoubou, le constat est général. Il y a effectivement la dégradation de la qualité des services, reconnaît-il. Il situe cette dégradation à deux niveaux. D’abord, explique-t-il, il y a des facteurs internes aux réseaux. Au nombre de ces facteurs, la question de la maintenance des équipements, l’optimisation des réseaux, la question de l’accès aux réseaux, puis la sécurité des réseaux.
Quant aux facteurs externes, Arthur Koukoubou fait allusion au problème de l’énergie électrique qui est une question commune à tous les réseaux, la question relative à la fibre optique dont la gestion ne dépend pas des réseaux. Tout ceci implique des investissements lourds, souligne-t-il.
En dehors de ces problèmes posés par le représentant de Moov-Bénin, le directeur technique de Glo Mobile, Souleymane Konaté, a ajouté le problème satellitaire qui est spécial à son réseau. Il reconnaît aussi qu’il y a des zones dans lesquelles la qualité des services de son réseau est dégradée. Sans oublier aussi le problème de maintenance.
Pour Jean-Claude Akogbéto responsable régulation et conformité de Mtn-Bénin, le problème commun aux réseaux est celui de l’énergie. La dégradation de la qualité des services est une question qui interpelle tout le monde. Il a insisté sur le problème relatif à la fibre optique qui, ajouté aux autres problèmes, explique toutes les dégradations observées aujourd’hui. Mais il a fait remarquer que depuis le dernier contrôle périodique de l’Arcep-Bénin, son réseau a pris des dispositions en matière de maintenance et de disponibilité à des sites donnés. C’est ainsi que les plaintes à leur niveau a baissé aujourd’hui.
« Il n’y a aucun pays au monde où les opérateurs de téléphonie mobile ne rencontrent pas ces problèmes », a rétorqué le président de l’Arcep-Bénin qui estime que s’il écoute tous les opérateurs, c’est comme si rien ne dépend d’eux et que tout va bien. Pour Flavien Bachabi, il ne s’agit pas d’une dégradation momentanée, mais d’une dégradation continue de la qualité des services.
Le souhait du président de l’Arcep-Bénin est que les opérateurs donnent espoir aux consommateurs. Le problème de la qualité des services est très important pour non seulement les consommateurs, mais également pour les opérateurs, insiste-t-il.
« Les moyens de communication doivent permettre de booster le développement. Mais, ce qu’on observe aujourd’hui n’augure rien de cela », s’inquiète Flavien Bachabi qui invite les opérateurs à revoir la sécurisation de leurs réseaux, leur redimensionnement, en plus des efforts qu’ils fournissent actuellement pour être présents sur tout le territoire national?