Dématérialisation de l’examen du permis de conduire: Le eCode Permis pour garantir fluidité et transparence

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Dématérialisation de l’examen du permis de conduire: Le eCode Permis pour garantir fluidité et transparence


Suspendu il y a peu, l’examen du permis de conduire a repris, lundi 29 mars dernier, sous un nouveau format, notamment avec la dématérialisation de l’épreuve du code. Mise en place pour simplifier la procédure, garantir la transparence et lutter efficacement contre les fraudes, cette réforme est saluée par les candidats et les promoteurs d’auto-écoles.

LIRE AUSSI:  Journée d’amitié entre les Forces armées du Mono-Couffo: Sous le signe de l’unité et de la paix

Le vent des réformes a soufflé sur l’organisation de l’examen du permis de conduire au Bénin. Deux mois après sa prise de fonction, Alain Hinkati, directeur général par intérim de l’Agence nationale des Transports terrestres, a fait mettre en place une application web qui permet la composition dématérialisée dans l’épreuve du code. Plus de feuilles ni de stylos à trainer.
Les candidats composent, depuis lundi dernier, sur des smartphones. Une fois identifiés sur la plateforme dédiée à l’examen, les candidats cliquent sur Démarrer pour avoir accès à la page digitale de composition.

Pour chaque question, les choix de réponses sont alignés de sorte que le candidat coche avec son doigt les réponses qu’il estime fondées. Il appuie sur Suivant pour passer d’une question à l’autre. En moins de vingt minutes, l’épreuve est finie et les candidats voient aussitôt leurs notes s’afficher à l’écran du smartphone. Ceux qui ont une note supérieure ou égale à 14 voient leurs résultats en vert et sont déclarés admissibles. Ceux dont les notes sont au rouge sont invités à poursuivre les révisions pour la prochaine session.
Le nouveau format de composition semble convenir aux candidats qui s’en réjouissent.
« L’épreuve s’est bien passée, c’était fluide. Je pense que cette nouvelle formule est la meilleure. Car elle nous évite le stress. Dès qu’on finit la composition, on est fixé déjà sur notre statut, si on est admissible ou pas », fait savoir la candidate Gilcarth Attolou, admissible au terme de l’épreuve du code de l’examen du permis de conduire. La dématérialisation est également saluée par les candidats recalés: « Je tiens à féliciter les responsables de l’Anatt pour ce nouveau dispositif. Pour ma part, je pense que c’est très bien et très simple. C’est vrai que j’ai fait des erreurs qui ne m’ont pas permis d’obtenir la note 14. Ces erreurs ne sont pas dues à la plateforme », a témoigné le candidat Romuald Azon.
A en croire Fallilou Olaonikpèkoun, secrétaire général de l’association des promoteurs d’auto-écoles agréées du Bénin (Apaab), c’est une innovation à laquelle les promoteurs d’auto-écoles ont été initiés et pour laquelle les candidats ont été préparés.
« Quand on nous appelait le 12 février dernier pour nous dire que les examens seront mis en quarantaine, le temps de mettre en place une réforme ; nous n’y croyions pas. Mais au bout d’un mois sinon trois semaines, l’équipe de l’Anatt a fait un travail remarquable. Nous étions ici d’abord pour la présentation, ensuite nous avons été appelés pour la formation. C’est cette formation qui nous a permis d’initier les candidats et de les préparer pour qu’ils ne soient pas dépaysés par rapport au nouveau dispositif », a confié Fallilou Olaonikpèkoun. Il invite les candidats à rester confiants : « Au début de toutes réformes, il y a toujours de petits dysfonctionnements. Le premier jour, l’application n’était pas si rapide, il y a eu des réajustements, ce mardi tout s’est bien passé et demain ce sera encore amélioré. Je demande à nos candidats de rester sereins. Ceux qui ont appris n’ont rien à craindre. C’est ce qu’ils ont appris dans les auto-écoles qui s’affichera», a-t-il conseillé.
Dorénavant, les examens de permis de conduire auront lieu en plusieurs vagues tous les jours. La phase pilote de la composition dématérialisée de l’épreuve du code de l’examen du permis de conduire a démarré dans les départements du Littoral et de l’Atlantique et va s’étendre d’ici fin avril à tous les départements.

LIRE AUSSI:  Création du compte satellite du tourisme: « La statistique du tourisme du Bénin est dans une situation embryonnaire »

De l’origine à l’aboutissement de la réforme

« Depuis ma prise de fonction, le 18 janvier dernier, j’ai noté quelques défaillances dans l’organisation de l’examen du permis de conduire. Ces défaillances concernent, entre autres, la base de données des questions, le dispositif administratif d’organisation de l’examen, en l’occurrence au niveau du secrétariat et de la correction des copies… Bref, l’examen du permis de conduire au Bénin n’avait pas une bonne réputation », a relevé Alain Hinkati, directeur général par intérim de l’Anatt. Selon lui, c’est au regard de ces défaillances qu’il a décidé de suspendre momentanément l’organisation de l’examen, le temps de mettre en place une nouvelle organisation. La réforme s’est traduite en la dématérialisation de l’examen du code. Ainsi, la composition du code pour l’examen du permis de conduire se fait de façon électronique sur une plateforme accessible via smartphone et les candidats n’ont accès à la plateforme que le jour de la composition. Ce nouveau dispositif présente des avantages pour les trois acteurs en présence. Pour les candidats à l’épreuve du code de la route, la réforme introduit deux innovations majeures. D’une part, la feuille de composition et le stylo à bille sont remplacés par le smartphone et le doigt du candidat ; et d’autre part, la correction des copies se fait de façon automatique et le candidat voit sa note s’afficher sur le smartphone quelques secondes après la fin de sa composition.
« Il n’y a plus de stress par rapport à l’admissibilité des candidats. Les résultats sont automatiques, de sorte que c’est le candidat qui appelle aujourd’hui l’auto-école pour l’informer de son résultat alors que par le passé, il fallait veiller pour avoir les résultats tardivement dans la nuit », fait observer Fallilou Olaonikpèkoun, secrétaire général de l’association des promoteurs d’auto-écoles agréées du Bénin. Pour les promoteurs d’auto-écoles, les formalités et tracasseries administratives sont simplifiées. Ils ont la possibilité de soumettre en ligne les dossiers des candidats et de payer les frais de façon électronique.
Pour l’administration de l’Anatt, le nouveau dispositif optimise et modernise le processus de gestion de l’opération et sécurise la collecte des recettes publiques. Toutes choses qui permettent, selon Alain Hinkati, de crédibiliser davantage l’organisation de l’examen du permis de conduire au Bénin et dont la finalité est de garantir la sécurité des usagers de la route qui sont les plus exposés aux risques que représentent les candidats frauduleusement admis. Le directeur général par intérim de l’Anatt n’entend pas s’arrêter en si bon chemin.
Il annonce que des améliorations seront intégrées au niveau de l’examen pratique de conduite avec le renforcement du contrôle. Les promoteurs d’auto-écoles sont prêts à accompagner la dynamique. « C’est l’occasion de dire que l’ensemble des promoteurs d’auto-écoles avaient longtemps souhaité une réforme. On ne peut alors qu’applaudir et encourager les responsables de l’Anatt et l’Etat devant l’effectivité de cette réforme aujourd’hui. Il faut que la dynamique continue et l’Anatt peut compter sur le professionnalisme des promoteurs d’auto-écoles », a soutenu Fallilou Olaonikpèkoun.

LIRE AUSSI:  Journée d’amitié entre les Forces armées du Mono-Couffo: Sous le signe de l’unité et de la paix