Dénis Oba Chabi à propos des violences à Savè: « Il faut nécessairement installer une base militaire… »

Par Arnaud DOUMANHOUN,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Dénis Oba Chabi à propos des violences à Savè: « Il faut nécessairement installer une base militaire… »

Dénis Oba Chabimaire

La commune de Savè plus précisément l’arrondissement de Besse a été, courant fin juillet et début août, le théâtre de violents affrontements entre éleveurs et agriculteurs. Le maire de la commune, Dénis Oba Chabi fait un bilan sommaire et appelle à la prise de mesures pérennes contre un phénomène qui dure depuis plus d’une dizaine d’années.

LIRE AUSSI:  Incendie: Un train en feu hier à Savè


Mort d’homme dans le braquage d’une camionnette le 28 juillet, trois personnes égorgées à la lamelle de fer aiguisée, du 6 au 7 août, par des individus non identifiés, des cultures dévastées par des bœufs et des maisons cambriolées dans la nuit du 10 au 11 août. Une avalanche de violences qui a induit une réponse énergique du gouvernement, avec le détachement d’un fort contingent militaire pour suppléer la police des frontières. « C’est l’une des multiples frontières entre la commune de Savè et le Nigeria qui a été victime des atrocités. C’est l’arrondissement de Besse qui fait frontière avec la commune de Kétou et en même temps avec le Nigeria, et ce sont les hameaux de Kadjogbe et Gambiala qui ont été agressés, visités par les éleveurs », explique le maire de la commune, Dénis Oba Chabi.
A l’en croire, il y a de vieux conflits entre agriculteurs et éleveurs. Cette fois-ci, les éleveurs ont déclaré vouloir venger la mort de deux des leurs, en tuant trois paysans, parce que tenant les agriculteurs pour responsables de la perte de leurs proches. La suite, il a fallu l’intervention des forces de défense pour restaurer l’autorité de l’Etat. « La situation a été maitrisée. De telle sorte que sur le terrain aujourd’hui, la paix, la quiétude sont revenues, et les paysans vaquent à leurs occupations. Une délégation préfectorale était chez nous la semaine dernière et tout va bien», rassure le maire.
Toutefois, il formule le vœu de voir la question réglée de façon durable. Il déplore l’absence de réseau de téléphonie mobile dans l’arrondissement de Besse; ce qui rend difficiles les communications et handicape la promptitude d’action. « Aucun réseau ne couvre cette zone de sorte que la communication est très compliquée alors que c’est l’arrondissement qui jouxte le Nigeria et fait frontière avec la commune de Kétou », indique le maire de la commune de Savè. Il ajoute que la voie Kétou-Savè qui traverse cet arrondissement doit être également sécurisée, car en un laps de temps, des individus pourraient quitter le Nigeria, opérer et disparaitre dans la nature. « L’Etat central doit aller un peu plus en profondeur des actes à poser, car cela a trop duré. Ça fait près d’une dizaine d’années que dans cet arrondissement et particulièrement à Odji et Gambila, il y a toujours des problèmes suivis de mort d’hommes. Il faut installer nécessairement une base militaire. Notre doléance est presque prise en compte. Il y a une base présentement mais il faut qu’elle soit permanente pour que nous puissions avoir la paix», a-t-il conclu.

LIRE AUSSI:  Incendie: Un train en feu hier à Savè