Déploiement des e-services et plateformes numériques: Un coup d’accélérateur pour l’administration intelligente

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Déploiement des e-services et plateformes numériques: Un coup d’accélérateur pour l’administration intelligente


Fidèle à sa vision de dématérialiser l’administration publique, le gouvernement du président Patrice Talon s’est investi à mettre en place une plateforme nationale d’interopérabilité et un portail national des services publics. Depuis lors, les Béninois bénéficient de plusieurs e-services, gage d’une
administration intelligente.

LIRE AUSSI:  Finale de la CAN Orange Guinée Equatoriale 2015:Et de deux pour les Eléphants de la Côte d’Ivoire

Finies les tracasseries avant d’accéder à certains services publics au Bénin! La floraison des e-services déployés ces derniers mois témoigne de la volonté du gouvernement de doter le Bénin d’une administration intelligente. Du e-visa au e-casier judiciaire en passant par e-notaire, e-conseil des ministres, e-passeport, e-résultats et autres plateformes de services numériques disponibles, ces services numériques permettent d’avoir un point d’entrée unique vers les services publics. Avec le développement du Portail national des services publics accessible sur le site www.
service-public.bj, il est désormais possible d’avoir accès à plus de 250 e-services. Les usagers de l’administration publique peuvent entrer en possession des pièces importantes comme le casier
judiciaire, le permis de construire, le certificat de conformité environnementale, l’extrait de Registre de commerce et de crédit mobilier (Rccm), l’attestation d’affiliation au Fonds national des retraités du Bénin, l’attestation de jouissance de pension, l’attestation de prise en charge pour les retraités et le certificat de nationalité en ligne.Toutes choses qui permettent au Bénin de franchir non seulement un pas de plus dans la simplification des formalités administratives aux créateurs d’entreprises, mais aussi dans la facilitation des démarches aux retraités et autres usagers de l’administration publique. Les risques pour les populations de payer des faux frais lors de l’accomplissement des formalités d’établissement des passeports sont écartés depuis le 29 juillet dernier avec le lancement de l’e-service passeport. Les citoyens béninois résidents ou non au Bénin ont la possibilité de recourir aux services publics sans contact avec des personnes intermédiaires.

LIRE AUSSI:  Conseil des ministres : 351 000 paysans jouiront d’une assurance

Une course contre la montre

Les réalisations s’accélèrent dans le secteur du numérique depuis l’adoption du décret portant mise en place de la plateforme nationale d’interopérabilité et du portail national des services publics le 18 mars dernier.
Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Digitalisation veille à l’opérationnalisation des différents services et plateformes numériques en collaboration avec les agences sectoriels et les cadres des autres ministères. La modernisation de l’administration publique devient de plus en plus une réalité avec la facilitation des procédures et démarches administratives aux usagers, l’amélioration de la qualité des services fournis aux usagers par la mise en cohérence des services dématérialisés, la pérennisation des systèmes d’information publics par l’emploi des normes et standards internationaux ; la maîtrise et la réduction des coûts liés au développement et à la maintenance de solutions. Ce faisant, le gouvernement offre également des opportunités aux entreprises et investisseurs à travers des plateformes dédiées à l’amélioration du climat des affaires au Bénin. C’est le cas de la solution numérique monentreprise.bj qui a amélioré le temps de création d’une entreprise au Bénin. Deux à trois semaines avant 2016, il suffit d’un temps record d’une heure d’horloge pour créer son entreprise aujourd’hui avec comme avantages : une meilleure gestion du traitement des dossiers de formalisation, des données et des statistiques, l’amélioration des indices de notations du Bénin et la mise à disposition de l’usager de façon électronique et instantanée des documents administratifs et autres s’offrent dans le cadre de la formalisation en ligne via monentreprise.bj.
Dans le domaine de l’éducation, la mise en place de la plateforme e-learning https://etudiant.bj répond à la vision du gouvernement de moderniser les universités publiques en y instaurant la formation en ligne tandis que la plateforme e-résultats permet aux apprenants aux différents examens d’avoir leurs résultats et leur relevés de notes plus facilement. Différents types de services à savoir : accès aux ressources pédagogiques, messagerie électronique, service de visioconférence et d’assistance en ligne. A tout ceci s’ajoutent la plateforme du répertoire électronique des suretés relatives aux personnes physiques et morales et les initiatives privées possibles grâce aux différents allègements du gouvernement.

LIRE AUSSI:  Finale de la CAN Orange Guinée Equatoriale 2015:Et de deux pour les Eléphants de la Côte d’Ivoire

Encadré

Un cyberespace sécurisé

Le gouvernement facilite non seulement l’accès aux services numériques mais il veille également à la sécurisation de son cyberespace. C’est dans ce cadre que le Conseil des ministres a approuvé, le 6 mai dernier, la stratégie nationale de la sécurité numérique et de son plan d’action pour la période 2020-2022. Fidèle à sa vision, il a fait l’option d’accomplir des actions ciblées afin d’assurer la protection des systèmes d’information, des entreprises et des citoyens. L’Agence nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (Anssi) a élaboré avec la contribution d’autres structures, la Stratégie nationale de la Sécurité numérique assortie d’un plan d’action décliné en 47 projets autour de cinq axes stratégiques.
A terme, la réalisation de ces projets aura pour conséquence de renforcer la position du Bénin sur l’échiquier continental et mondial en matière de cyber sécurité. Abondant dans ce sens, le gouvernement du président Patrice Talon a adopté le 29 juillet dernier, le projet de décret transmettant à l’Assemblée nationale pour autorisation de ratification de la Convention de Budapest sur la cybercriminalité et son protocole additionnel relatif à l’incrimination d’actes de nature raciste et
xénophobe commis par le biais de systèmes informatiques.

LIRE AUSSI:  Relance des activités de la COBENAM: Ouverture d’une nouvelle ère de croissance pour l’armement national