Deux ans après son accession à la magistrature suprême: La foi du président Talon en un Bénin meilleur

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Deux ans après son accession à la magistrature suprême: La foi du président Talon en un Bénin meilleur


A l’occasion des deux ans de son accession à la Présidence de la République, le chef de l’Etat s’est livré, vendredi 6 avril dernier, à un exercice plutôt inédit. Sa tribune publiée dans le quotidien de service public, loin d’un bilan, vient exprimer la foi du premier des Béninois en un avenir plus radieux pour le pays.

Un chef de l’Etat qui publie une tribune en plein exercice. Le Bénin n’en avait pas coutume et loin des frontières nationales, on n’en a pas souvent entendu parler. C’est pourtant ce qu’a fait le 6 avril dernier, date anniversaire de sa prestation de serment en tant que président de la République, le chef de l’Etat Patrice Talon. L’acte n’est pas à saluer seulement sur sa forme. C’est d’ailleurs son fond qui épate. On y lit l’engagement, la foi, l’espérance et la confiance d’un chef de l’Etat qui croit dur comme fer que les trois années restantes de son mandat seront celles de la transformation de son pays.
« C’est le travail et le sérieux qui génèrent la richesse », exhorte le président dans sa tribune. « Notre mission d’aujourd’hui est de réparer le présent et semer pour demain, afin que notre quotidien proche s’améliore et que nos enfants vivent mieux, dans un pays où l’avenir d’un nouveau-né ne sera plus exclusivement déterminé par les conditions matérielles de ses parents, un pays où chacun peut disposer du minimum, s’instruire et se soigner quelle que soit sa catégorie sociale, un pays en confiance dont nous serons fiers d’avoir œuvré au développement durable et harmonieux », poursuit-il. Le chemin pour y arriver passera, selon lui, par l’effort requis, l’investissement obstiné et l’organisation rigoureuse. 
« Je sais que le temps qui passe sans être mis à profit aujourd’hui nous condamne à plus d’efforts encore demain, à plus de sacrifices », lit-on également dans la tribune publiée par le président Patrice Talon. Serait-ce la raison pour laquelle il y va à une vitesse de croisière ? « Non, je ne vais pas trop vite », répond-il. Et d’expliquer ensuite qu’il va « au rythme qu’imposent les urgences, les attentes, les exigences de notre pays, au rythme qu’impose notre droit en tant que peuple aux meilleures conditions possibles de vie ». Pour le président de la République, il faut à travers sa démarche depuis deux ans le rythme qu’impose le droit au bonheur « parce que nous sommes un grand peuple, un grand pays » et « nous voulons le meilleur pour tous et pour chacun ». Mais cela passera, implore-t-il par « un climat national serein et apaisé ».

« Je ne retiens pas ma passion à servir le pays »

Pour ce qui le concerne en personne, le chef de l’Etat invite à lui faire confiance et à croire une fois encore en lui, comme il a eu l’occasion de le réitérer maintes fois déjà. « J’aime mon pays, le Bénin, et ma foi en son avenir radieux est inébranlable. C’est pourquoi je ne retiens pas ma passion à le servir. Je ne ménage ni mon enthousiasme, ni mon énergie à contribuer à sa révélation à nous-mêmes et au monde… Nous méritons le meilleur. Ensemble continuons d’y travailler. Car nos efforts et sacrifices d’aujourd’hui construisent notre bonheur de demain », s’est-il à nouveau engagé dans cette tribune qui, loin de faire le bilan des 24 premiers mois de gestion du régime de la Rupture, s’apparente plutôt au renouvellement de l’engagement pris par Patrice Talon le 6 avril 2016 à Porto Novo. « Je m’emploierai chaque jour à faire de ce mandat un instrument de rupture et de transition devant aboutir à la mise en place des grandes réformes politiques institutionnelles … Je m’engage à promouvoir une justice indépendante, la même pour tous, accessible et efficace ainsi qu’à redynamiser et moderniser l’administration publique… le mandat qui s’ouvre augure d’heureuses perspectives que je m’engage à transformer en actions concrètes destinées à l’essor du Bénin, au bien-être et à l’épanouissement de nos populations », a-t-il déclaré.