Développement agricole et accès au marché : Le logiciel Ruralinvest pour des plans d’affaires solides

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Education |   Commentaires: Commentaires fermés sur Développement agricole et accès au marché : Le logiciel Ruralinvest pour des plans d’affaires solides

Le représentant de la Fao au Bénin et le directeur de cabinet du ministre en charge de l’Agriculture.jpg

Le Projet d’appui au développement agricole et à l’accès au marché (Padaam) organise, depuis hier lundi 20 juin à Grand-Popo, un atelier de formation à l’utilisation du logiciel Ruralinvest. Les bénéficiaires de cette formation sont les principaux acteurs impliqués dans l’élaboration des plans d’affaires dans le cadre du projet.

LIRE AUSSI:  Pérennisation des métiers manuels: Les défis de l’apprenti, la relève de demain


Au terme de l’atelier qui se déroule à Grand-Popo, depuis hier, et dont la première phase s’étendra sur toute cette semaine, les différents acteurs impliqués dans l’élaboration des plans d’affaires dans le cadre du Projet d’appui au développement agricole et à l’accès au marché (Padaam) auront une maîtrise parfaite de l’utilisation du logiciel Ruralinvest développé par le Centre d’investissement de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao). Les bénéficiaires de cette formation sont des membres du Fonds national de développement agricole (Fnda), des Systèmes financiers décentralisés (Sfd) et des banques partenaires du projet.
« Ces institutions doivent maîtriser l’outil Ruralinvest, car elles cofinancent les plans d’affaires générés dans le cadre de la mise en œuvre du Padaam », explique Olivier Serge Akpovo, chef du projet. Il indique aussi que la rencontre permettra d’assurer la formation de suivi de tous les participants initialement formés en février dernier qui appuieront les entrepreneurs et de valider des plans d’affaires réels présélectionnés. « Il est important que les plans d’affaires soient élaborés avec une méthodologie harmonisée et avec le même logiciel pour tous les conseillers d’entreprise appuyant les porteurs de projet dans l’élaboration de leurs plans d’affaires suivant une approche participative et simple », ajoute le chef de projet.

LIRE AUSSI:  Concours de révélation en dessin et d’orientation des enfants : Le lauréat de mars récompensé

Elément clé

Il est soutenu dans ses explications par Sikirou Oloulotan, coordonnateur du Programme cadre des interventions du Fida en milieu rural au Bénin (ProCar) pour qui l’adoption de cette méthodologie permettra d’avoir des plans d’affaires solides.
Pour sa part, Isaias Angue Obama Oyana, représentant résident de la Fao au Bénin montre toute l’importance de renforcer les capacités des acteurs agricoles dans l’élaboration des plans d’affaires. « L’appui aux Petites et moyennes entreprises et aux organisations de producteurs dans la préparation des plans d’affaires est un élément clé de réussite », informe-t-il. Il rappelle certaines formations déjà dispensées dans le cadre de cette convention, en l’occurrence la formation sur la méthodologie et l’élaboration participative avec l’outil Ruralinvest au profit des utilisateurs finaux dans le cadre du Padaam, la formation en gestion d’entreprises associatives rurales agroalimentaires, la formation sur la finance rurale, etc. Il rassure du soutien constant de son institution à la vision gouvernementale de développement du secteur agricole.
Présidant la cérémonie, Dossa Aguèmon, directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, a relevé un avantage particulier du logiciel. « L’outil m’intéresse parce que tous les acteurs de la chaîne sont là… Nous pourrons parler le même langage et nous assurer que le long de la chaîne, les risques de rejet vont probablement être minimisés », a-t-il déclaré. Mieux, poursuit-il, l’expertise en matière d’élaboration de plans d’affaires au niveau plan national pourra s’élargir. Pour finir, il convie les participants à appliquer au mieux ce qui leur sera enseigné en tenant compte des réalités du terrain.
Il faut préciser que le Projet d’appui au développement agricole et à l’accès au marché (Padaam) appuie trois filières que sont le riz, le maïs et le manioc. Il contribuera à combler le déficit alimentaire en ce qui concerne la demande intérieure en riz et de réduire la dépendance du pays vis-à-vis du riz massivement importé du marché asiatique. Le projet vise également à maintenir et à accroître la valeur ajoutée pour le maïs et le manioc en lien avec le secteur privé, tout en développant des échanges commerciaux avec le marché sous-régional.