Développement de la filière mangue: la campagne des variétés Kent et Amélie lancée à Covè

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Développement de la filière mangue: la campagne des variétés Kent et Amélie lancée à Covè

Développement de la filière manguePouvoir augmenter en qualité et en quantité la production

La campagne de plantation de manguiers de variétés Kent et Amélie au titre de cette année a été lancée, jeudi 16 juin dernier, dans le village Koussingo dans la commune de Covè où la pratique de l’arboriculture fruitière est une réalité.

LIRE AUSSI:  3e édition du salon international de l’immobilier: Une semaine d’exposition des matériaux de construction

A Koussingo dans la commune de Covè, c’est une exploitation de trois hectares appartenant à Apollinaire Amoussou, qui a accueilli la campagne de plantation de manguiers de variétés Kent et Amélie au titre de l’année 2022. Le choix de cette ferme qui a bénéficié pour la circonstance de plants greffés subventionnés est une source de motivation pour les producteurs qui ont commencé par s’investir dans cette filière afin de pouvoir augmenter en quantité et en qualité la production de cette commune. Cette campagne qui en est à sa deuxième édition est la preuve que la filière mangue trouve toute sa pertinence dans la diversification des produits d’exportation du Bénin. Le but visé est de conjuguer au passé le spectacle désolant des pertes post-récoltes énormes de mangues dont les conséquences économiques sont importantes et de développer une filière mangue à l’exportation, couplée à une transformation locale de grande envergure. Selon le ministère de l’Agriculture, le défi est d’atteindre à l’horizon 2024,
4 000 ha de plantations pour une production annuelle de 24 000 tonnes de mangues de variétés Kent et Amélie et d’en exporter
5 000 tonnes.

LIRE AUSSI:  Ramassage gratuit des ordures dans le Grand Nokoué: Les ménages appelés à l’écocitoyenneté

La mangue, 2e fruit tropical

Procédant au lancement de la campagne, Sylvestre Fandohan, conseiller technique à la recherche, à l’agriculture et à l’alimentation (Ctraa) et représentant du ministre de l’Agriculture, a fait observer que la mangue est le 2e fruit tropical après la banane et comporte d’innombrables chaînes de valeur ajoutée. Mieux, précise-t-il, en Afrique, le Bénin est parmi les pays les mieux lotis en matière de production de mangue. Malheureusement, il ne compte même pas parmi les cinq premiers producteurs en Afrique de l’Ouest.
Il explique que c’est pour inciter les Béninois à s’intéresser à la mise en place de vergers de manguiers greffés que le gouvernement a subventionné l’achat des plants à hauteur de 60 %. Au titre de la campagne 2022-2023, le gouvernement, souhaitant toujours voir une forte implication des acteurs, a encore décidé de prendre en charge
80 % du prix d’un pied de manguier greffé, c’est-à-dire qu’au lieu de 500 F, le plant est cédé à 100 F, annonce Sylvestre Fandohan.
A Covè, plusieurs agriculteurs intervenant dans cette filière naissante se sont mobilisés pour afficher tout l’intérêt qu’ils portent à la filière mangue. Le plus heureux, c’est Apollinaire Amoussou dont le site a accueilli le lancement de la campagne et qui a témoigné des nombreuses qualités des variétés Kent et Amélie et leur capacité à résister aux mouches de fruits. Il a par ailleurs encouragé tous ceux qui avaient des doutes à s’y mettre. « J’avais déjà 1 ha de plantation. L’expérience est belle. Je la renouvelle avec les 3,5 ha. Je suis persuadé que dans trois ou quatre ans, j’en aurai un grand sourire », assure l’homme de Koussingo n

LIRE AUSSI:  Cop 26 : Les négociateurs sous pressions

Des opportunités pour la filière fruit

Lors du lancement de cette campagne, Sylvestre Fandohan du ministère de l’Agriculture a levé un coin de voile sur les ambitions du gouvernement pour cette filière naissante. Il a annoncé que « l’objectif est de hisser le Bénin au niveau des pays comme le Mali, le Sénégal et d’aller au-delà comme nous avons su le faire en ce qui concerne le coton ». A cet effet, il est prévu sur les ressources du Programme de la filière arboriculture fruitière l’acquisition et la mise en place de 1 500 kits de pièges au profit des planteurs pour la lutte contre les mouches de fruits dans les vergers de manguiers et d’agrumes; la mise en place de 25 hectares d’unités pilotes de modèles d’irrigation soutenables et rentables dans les vergers de manguiers; l’acquisition d’équipements au profit de 7 brigades de service pour l’installation et l’entretien de nouvelles plantations de manguiers. A l’horizon 2026, la combinaison de ces différentes actions permettra de faire passer la production de mangue de 16 610 tonnes l’an à 22 160 tonnes dont au moins 8 % seront transformées en différents dérivés avec le respect des normes de qualité et 25 % exportées vers le marché international.