Développement de la pisciculture: Des équipements et matériel roulant aux acteurs

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Développement de la pisciculture: Des équipements et matériel roulant aux acteurs

Les bénéficiaires recevant du matériel roulant

La production piscicole se renforce au Bénin. Ce mercredi 8 février à Cotonou, les acteurs de la pisciculture ont reçu des mains de Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, du matériel roulant et des équipements piscicoles. Ce geste entre dans le cadre du Projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale (Provac 2).

LIRE AUSSI:  Interdiction d’importation des œufs de table réfrigérés:Les acteurs de la filière avicole dénoncent le blocage de l’arrêté

Douze tricycles 4×4 au profit des pisciculteurs producteurs d’aliment local et d’alevins de grande taille pour faciliter le transport des intrants, 10 pirogues au profit des pisciculteurs exploitant les cages flottantes pour faciliter le déplacement et le convoyage en sécurité des produits, 35 gilets de sauvetage et 100 poches de filet de 5m x 5m x 2m munies de filet de couverture au profit des pisciculteurs producteurs d’alevins et de poissons marchands. D’une valeur de 155 millions 238 mille 987 F Cfa, ces équipements remis aux pisciculteurs est une preuve tangible de la volonté du gouvernement à travers le Projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale (Provac 2) de renforcer non seulement leurs capacités techniques mais aussi les accompagner dans l’augmentation de la production locale de poisson.
Dans son mot de bienvenue, Aron Brito, directeur de la Production halieutique et chef du programme Pêche aquaculture, a réitéré son engagement à accompagner les acteurs à relever ensemble le défi de la production locale du poisson à travers la pisciculture. Il a aussi témoigné sa gratitude au gouvernement pour les efforts déployés pour l’atteinte des objectifs du sous-secteur de la pêche et de l’aquaculture.

… et des équipements

Tout en saluant l’intervention permanente de l’Etat béninois au niveau de la production halieutique, Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, a fait savoir que ce geste est devenu réalité grâce au budget national. « Si avec insistance, le gouvernement, chaque année, fait des gestes du genre en direction d’une catégorie donnée, c’est qu’il attend de vous des résultats. Les besoins en produits halieutiques sont énormes mais l’essentiel de ce que nous faisons aujourd’hui vient de la pêche et de l’aquaculture. Nous devons nous battre chaque jour pour exceller dans ce domaine», a-t-il martelé.

LIRE AUSSI:  Interdiction d’importation des œufs de table réfrigérés:Les acteurs de la filière avicole dénoncent le blocage de l’arrêté

Souveraineté alimentaire

Sélectionnés suivant des critères rigoureux, les acteurs sont exhortés à faire en sorte que le Bénin réduise son importation de poisson afin de mieux stabiliser son économie. Il rappelle aussi que des travaux d’assainissement ont été faits sur les plans d’eau afin qu’ils soient propres, sans engins prohibés pour permettre aux acteurs de mener sans difficulté l’activité de production et la navigabilité. « Nous travaillons à ouvrir les chenaux pour que la migration des poissons de mer vers les eaux continentales puisse se faire et qu’au-delà des poissons, on ait aussi les autres produits de mer », confie Gaston Dossouhoui.
Il annonce aux bénéficiaires que le Provac ne sera pas le seul projet pour les accompagner. «D’autres projets le feront parce que nous voulons concentrer nos efforts sur ce que nous sommes capables de faire pour relever le défi de la sécurité et pourquoi pas, de la souveraineté alimentaire », assure-t-il. L’autorité ministérielle met aussi l’accent sur l’aliment de poisson qui est le déterminant le plus important dans le prix du poisson et qui doit être produit en qualité. Sur ce, Gaston Dossouhoui promet d’accompagner tous ceux qui sont dans la dynamique pour permettre au Bénin de briser les mythes de la gouvernance du marché par quelques élites et que l’aliment du poisson puisse être bien diversifié.
Au nom des bénéficiaires, Dominique Kpossou a remercié les autorités pour leurs actions à leur endroit et promet de faire un bon usage du matériel reçu.