Développement de l’ananas pain de sucre: La FAO installe une unité de production de rejets au Cra-Sud de Niaouli

Par La Redaction,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Développement de l’ananas pain de sucre: La FAO installe une unité de production de rejets au Cra-Sud de Niaouli


Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Gaston Dossouhoui, et le représentant par intérim de la Fao-Bénin, Mphumuzi Sukati (côte-à-côte) ont présidé la cérémonie de remise de l’Unité de multiplication de rejets de base d’ananas pain de sucre, le 3 Décembre 2019 au Centre de recherches agricoles Sud (Cra-Sud) à Niaouli.

LIRE AUSSI:  Gestion des ressources pastorales au Bénin: La Fao forme des cadres en système d’information géographique (SIG) et télédétection

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) a mis en place une unité de multiplication de rejets de base d’ananas pain de sucre dans l’enceinte du Centre de recherches agricoles Sud (Cra-Sud) à Niaouli, dans la commune d’Allada, dans le cadre du projet Tcp/Ben/3602 «Amélioration de la productivité, de la compétitivité et développement d’une indication géographique de l’ananas pain de sucre du Bénin». L’ouvrage a été réceptionné par le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Gaston Dossouhoui, le 3 décembre 2019, en présence des cadres de son ministère, du représentant par intérim de la Fao-Bénin, Dr Mphumuzi Sukati, des responsables du Cra-Sud et de l’Institut national des recherches agricoles du Bénin (Inrab). L’unité de production semencière contribuera à assurer aux producteurs la disponibilité des rejets certifiés d’ananas pain de sucre afin de promouvoir les chaînes de valeur de la filière.

Aménagée sur un terrain de 1,5 hectare niché au cœur d’un riche couvert d’arbres forestiers du Cra-Sud à Niaouli, dans la commune d’Allada, l’unité de multiplication de rejets de base d’ananas pain de sucre est le fruit d’une collaboration entre l’Inrab et la Fao, dans le cadre du projet Tcp/Ben/3602 «Amélioration de la productivité, de la compétitivité et développement d’une indication géographique de l’ananas pain de sucre du Bénin», dont l’objectif est de contribuer à la diversification des exportations par l’amélioration de la production, de la mise en marché de l’ananas pain de sucre du Bénin et en faisant de ce fruit un label de qualité reconnu mondialement. Dotée d’un système intégré d’irrigation et de panneaux solaires qui lui confèrent un fonctionnement autonome durant toute l’année, l’unité d’un coût global de 45 millions de FCfa environ permettra la production de 900.000 rejets de base d’ananas pain de sucre sur un cycle de 30 mois.«La création d’une unité de production de rejets de base d’ananas pain de sucre est l’ultime solution au problème d’hétérogénéité des calibres des fruits et pour assurer la disponibilité des rejets de base de qualité. Les rejets de base issus de cette unité serviront à emblaver 20 hectares pour une production de semences de qualité. Cette production de 20 ha de semences impactera 400 producteurs de fruits d’ananas Pain de sucre», a souligné dans son allocution le représentant par intérim de la Fao-Bénin, Dr Mphumuzi Sukati.

LIRE AUSSI:  Lancement de l’examen national du Master 2018: Les candidats planchent depuis hier

Au moins 20 ha de rejets

«A partir de cette parcelle de production de rejets d’ananas Pain de sucre homogénéisés, installée selon les normes les plus avancées parce que densité optimale, irrigation au point, fumure normale, nous allons passer progressivement de 1 ha à au moins 20 ha de rejets homogénéisés de deuxième génération. Et à partir de cette étape, chaque hectare est capable de nous donner en milieu paysan au moins 10 à 15 ha. De cette manière, nous allons organiser l’épuration du matériel végétal pour avoir pendant 3 à 4 ans des plants sains», a renchéri le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Gaston Dossouhoui. Il a fait remarquer que d’ordinaire, quand les paysans se mettent à faire le calibrage pour trouver les fruits aux normes du marché, «c’est à peine 20 % de fruits normés qu’ils trouvent et les 80 % sont hors type». «Avec les rejets issus de cette unité, l’approche de production utilisée permet d’avoir 80 % de fruits aux normes. C’est une grande avancée qui permet de gagner 4 fois de plus. Si en plus on accompagne ces rejets homogénéisés d’un entretien végétatif convenable, c’est à peine qu’on aura 5 % de fruits à rejeter», a-t-il assuré. «Nous avons désormais l’assurance qu’avec les résultats de cette unité de multiplication de rejets de base d’ananas pain de sucre, le Bénin pourra produire dans les prochaines années 500.000 tonnes d’ananas, et ce sera rien que des fruits aux normes, capables de répondre aux exigences des divers marchés sur lesquels nous nous positionnons. De cette façon, l’ananas pain de sucre du Bénin pourra conquérir les marchés. L’indication géographique sera une réalité. Nous allons combattre la malnutrition, la faim et la pauvreté en milieu rural», a déclaré le ministre en charge de l’Agriculture, à l’adresse des producteurs d’ananas de la commune d’Allada, venus nombreux assister à la cérémonie de réception de l’unité de multiplication des rejets de base d’ananas pain de sucre. Il entend faire signer des contrats au groupe de vingt producteurs semenciers constitué et formé par le projet pour la production de semences de qualité, «afin d’éviter que le matériel ne soit dispersé», et répliquer la technologie dans les zones de couverture de l’Agence territoriale de développement agricole (Atda) du pôle 7 (Ouémé, Atlantique, Mono). «J’ai été émerveillé devant l’unité de multiplication des rejets de base d’ananas pain de sucre que nous venons de réceptionner. C’est pourquoi je prends la décision que l’Atda du pôle 7 aménage d’ici mars 2020, au moins un demi-hectare de parcelle semencière d’ananas à Abomey-Calavi et identifie deux porteurs de projets géographiquement bien positionnés que nous allons accompagner chacun pour l’installation d’une parcelle toute irriguée d’un demi-hectare. Nous allons également proposer des sites à la Fao pour solliciter encore deux parcelles semencières de ce genre», a confié à ce propos M. Dossouhoui.
En vue d’assurer le développement de l’indication géographique de l’ananas Pain de sucre du Bénin, le projet Tcp/Ben/3602 a également réalisé l’enregistrement du Groupement de défense de l’IG ananas pain de sucre du Plateau d’Allada ;la délimitation de l’aire géographique de production de l’ananas Pain de sucre au Bénin; l’élaboration du cahier des charges et le Plan de contrôle pour l’enregistrement de l’IG ananas pain de sucre ;et le renforcement des capacités des acteurs sur le processus de la mise en œuvre de la démarche IG, notamment les producteurs, les commerçants, les exportateurs et les membres du Comité national de mise en place des indications géographiques (Conamp-Ig).

LIRE AUSSI:  Utilisation des blogs: Un outil de communication singulier

Source : FAO