Développement des infrastructures et des transports: L’éclosion de grands chantiers et des réalisations de routes

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Développement des infrastructures et des transports: L’éclosion de grands chantiers et des réalisations de routes


Dans le domaine des infrastructures et des transports, 42 projets dont 18 projets phares et 24 prioritaires sont prévus dans le Programme d’action du gouvernement du Bénin sur le quinquennat (2016-2021). Après deux ans, plusieurs chantiers ont démarré et sont en cours de réalisation sur toute l’étendue du territoire national.

LIRE AUSSI:  Dr Omédine Koukoui, enseignante, chercheur, membre de la Ligue des femmes de l’UN: « Inciter les femmes à mieux s’organiser et à revendiquer plus »

Deux années de gestion et déjà plusieurs chantiers prennent corps sur toute l’étendue du territoire national dans le domaine des infrastructures et des transports. C’est le cas de la Route des pêches. Un imposant joyau qui se dresse le long de l’océan Atlantique sur plus de 13 km entre Cotonou et Ouidah. Sur ce chantier, pas de répit. L’entreprise chargée du chantier travaille jour et nuit afin de respecter le délai contractuel, sous l’œil vigilant de la mission de contrôle : « Le marquage topographique montre que le noir est déjà autour de 4,16 km sur les 13,2 km, donc comme vous le constatez ça évolue considérablement », confie Mama Idrissou, le chef de contrôle.
Même constat sur le tronçon Calavi-Kpota-Cococodji qui a été redimensionné avant d’être lancé. «  C’est un marché dont nous avons hérité de l’ancien régime qui prévoyait une fois deux voies mais le chef de l’Etat Patrice Talon a estimé qu’Abomey-Calavi mérite mieux que ceci et a souhaité que la voie soit redimensionnée à deux fois deux voies avec un dédoublement au niveau du pont de Hêvié », a expliqué le directeur des Infrastructures, Jacques Ayadji. Sur ce chantier, l’entreprise en charge des travaux est à l’œuvre, à la satisfaction des riverains qui n’attendent que l’inauguration pour en jouir. « Cette route est une chance pour les populations de Calavi, Ouèdo et Hêvié qui pourront facilement atteindre Cococodji sans souci », a reconnu Eric Hounkpè, propriétaire terrien à Hêvié. Pour Jacques Ayadji, les chantiers évoluent considérablement à telle enseigne que sur les 24 projets phares, 15 sont en pleine éclosion.
De la même manière, le segment Ouèdo jusqu’à Tori-Bossito reçoit également son lot d’aménagement tel que souhaité par le chef de l’Etat qui a dû mobiliser des financements à la hauteur de ces grands travaux. Selon Jacques Ayadji, le chef de l’Etat souhaite avoir des routes plus modernes dans le pays. C’est ce qui a entraîné la suspension des travaux pendant quelques mois pour permettre le redimensionnement du projet pour le mettre à un niveau compatible avec les réalités et la vision du président. « Ce qui a induit un renchérissement des coûts. Des milliards de francs Cfa ont été mobilisés et les chantiers évoluent confortablement au Sud comme au Nord du pays. En témoigne la route Bétérou-Tchaourou avec la construction d’un pont.
A Parakou, avec le projet du transport urbain encore appelé Contournement et traversée de la ville, comme dans le Mono-Couffo avec le tronçon Comè-Lokossa-Dogbo, le gouvernement fait diligence pour conduire le projet à son terme.
En plus des projets prioritaires, d’autres ont été lancés par le gouvernement du Nouveau départ, c’est le cas de la route Boukoumbé-Korontière-frontière du Togo où l’entreprise en charge des travaux est à l’œuvre. « Nous pouvons affirmer que l’entreprise en charge des travaux est réellement en train d’exécuter avec les compétences requises. Nous partons d’ici avec satisfaction », a déclaré le ministre des Travaux publics, Cyr Koty, qui était en février dernier sur le chantier. Même diligence au niveau de l’entreprise en charge de la voie Covè-Banamè-Panhouian.
Les travaux des routes Dassa-Savalou-Bantè-Bassila- Djougou évoluent à grands pas, confie Ousmane Dicco, chef de contrôle de ce chantier.
La route Porto-Novo-Pobè-Adja-Ouèrè-Ouinhi n’est pas, non plus, du reste. Lancé le 25 juillet 2017, cet axe long de 35 km prend en compte la reconstruction de la route Porto-Novo-Akpro-Missérété et des travaux d’aménagement et de bitumage de la route Pobè-Adja-Ouèrè-Ouinhi. Après des piétinements au démarrage du chantier, les travaux évoluent normalement. « Il y avait des craintes mais l’entreprise avance bien actuellement », assure Jacques Ayadji.
Les autres aménagements routiers prévus pour le compte de Porto-Novo évoluent également. Il s’agit de l’aménagement et du bitumage de la Rocade de Porto-Novo (section 1) allant de « Beau rivage » au début du Boulevard du cinquantenaire en 2×2 voies prenant en compte le pont de Zounvi et de la rue des manguiers menant à l’Assemblée nationale, le tout d’une longueur totale de 9,55 km.

LIRE AUSSI:  Couffo: Sylvain Dahouè, nouveau maire par intérim d’Aplahoué

Du rêve à la réalité

L’aménagement du tronçon Toffo-Lalo-Agbangnizoun- Abomey-Djidja est lancé en mars dernier. Pour le maire d’Agbangnizoun, Gaspard Gboli-Honon, c’est un rêve de longue date qui vient d’être concrétisé par le président Patrice Talon. Selon lui, cette voie mettra fin au calvaire des populations.
Le préfet du Zou, Firmin Kouton, estime que la réalisation de ces axes routiers est un grand coup d’accélérateur au désenclavement de ces régions du Bénin qui ont longtemps souffert de leur position géographique. Il s’agit là d’un investissement de 98 365 025 171 francs Cfa Ttc y compris les coûts nécessaires aux prestations de contrôle et de surveillance, au déplacement des réseaux (Electricité, Eau et Téléphone).
Le maillage du réseau routier se met en place avec les ponts de Womey (Abomey-Calavi) et de Tovègbamè, (Adjohoun) qui sont en cours de réalisation pour soulager les populations.
A la fin des travaux, dans quelques mois, les populations de Womey pourront rejoindre celles de Cocotomey facilement et vis-versa. Démarrés en février 2017, les travaux sont prévus pour finir et entrer en service en décembre prochain. Une mission composée du ministre des Infrastructures et des Transports, Cyr Koty, du préfet de l’Atlantique, des autorités communales et des directeurs techniques du ministère est allée évaluer l’état d’avancement des travaux en février dernier. Ainsi, le taux d’avancement et d’exécution du projet à cette date est de 28 % pour un taux de consommation financier de 20 % à 25 %.
Dans le secteur du transport ferroviaire, les contentieux notés dans ce domaine sont en train d’être levés grâce au leadership du chef de l’Etat, selon le ministre Cyr Koty. Il s’agit du contentieux entre les groupes Pétrolin et Bolloré et du contentieux entre l’Etat béninois avec le groupe Pétrolin. Le président Patrice Talon a d’ailleurs trouvé comme solution de dessaisir les groupes Pétrolin et Bolloré du chantier pour le choix d’une autre entreprise capable d’exécuter le projet de la boucle ferroviaire.
Autre action importante à souligner, c’est la mise sous mandat de gestion du Port autonome de Cotonou. Un processus qui s’est achevé le 2 janvier dernier avec la signature du contrat de mandat de gestion avec le Port d’Anvers International. Grâce à cette réforme, le gouvernement pose les jalons d’une meilleure performance du Port autonome de Cotonou.
Dans le domaine du transport aérien, la construction de l’aéroport de Glo-Djigbé, un projet vieux de plusieurs décennies est lancé et sera enfin réalisé. Le maire d’Abomey-Calavi, Georges Bada, se réjouit de l’avancement des travaux préliminaires avec l’ouverture des voies et l’indemnisation des propriétaires terriens sur le périmètre aéroportuaire.
Par ailleurs, le Conseil des ministres a décidé, le 7 février 2018, de la création d’une société des infrastructures routières du Bénin, en vue de la gestion optimale des postes de péages. Cette nouvelle société aura à charge non seulement de gérer, de développer et d’entretenir les infrastructures routières et autoroutières, mais aussi d’améliorer leur qualité.
A tout cela, s’ajoutent les études réalisées dans le cadre d’autres projets que sont : le contournement Nord de Cotonou, l’extension du Port de Cotonou et du projet autoroutier qui va quitter le carrefour Sèmè pour Porto-Novo avec la construction du deuxième pont de la ville capitale.