Développement des télécommunications et des Tics au Bénin: Les leviers d’action en marche

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Développement des télécommunications et des Tics au Bénin: Les leviers d’action en marche


Développement des télécommunications et des Tics

Le gouvernement du Nouveau départ travaille à transformer le Bénin en une plateforme numérique d’ici 2021. Plusieurs actions sont menées au niveau des structures sous tutelle de la Présidence et du ministère en charge de l’Economie numérique et de la Communication pour atteindre les objectifs contenus dans le Programme d’action du gouvernement.

LIRE AUSSI:  Ramadan: Le jeûne musulman démarre ce jour (« Une école », selon l’imam Mouhamadou Kabirou Garba)

Le développement du secteur des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication préoccupe le gouvernement. Ainsi, les structures sous tutelle de la Présidence ou du ministère de l’Economie numérique et de la Communication sont de plus en plus, chacun en ce qui le concerne, actifs pour accomplir le vœu du chef de l’Etat de transformer le Bénin en une plateforme numérique d’ici 2021. 

Selon le secrétaire général du ministère de l’Economie numérique et de la Communication, Serge Edgard Koudjo, ce sont deux années de grandes réalisations qui viennent de s’écouler dans le secteur des télécommunications et des Tic. « Depuis le changement de dénomination, c’est une révolution numérique qui est amorcée dans tous les secteurs au sein du ministère ». Selon lui, quelques actions phares ont meublé les deux ans du gouvernement dans ce secteur. Entre autres, il cite : le nouveau document de politique du secteur numérique, le Projet de développement des infrastructures des télécommunications et des Tic (Pdi2t), le déploiement de la boucle ouest, l’avancement des travaux dans le cadre de la télévision numérique terrestre. « Depuis janvier 2018, le signal est perçu sous les plateformes méridionales du pays (Cotonou, Gbéhoué, Abomey-Calavi) où les sites sont en émission et bientôt la diffusion sur toute l’étendue du territoire national », fait-il remarquer. Ce projet dont l’objectif est le passage de l’analogie à la radiodiffusion numérique terrestre, est très avancé. « Plusieurs autres projets sont en cours d’exécution et d’autres en préparation pour densifier et favoriser l’éclosion de l’économie numérique au Bénin », ajoute Serge Koudjo. A l’en croire, le gouvernement du président Patrice Talon, à travers le ministère de l’Economie numérique et de la Communication, a renforcé le cadre juridique du secteur du numérique de telle sorte que tous les textes sont pris pour favoriser l’application du Code du numérique au Bénin.

LIRE AUSSI:  Tabaski 2018: Exhortations à la paix à Lokossa

La mise en marche du haut débit

Djalil Assouma, directeur général de Bénin Télécom Infrastructures, confirme les grands investissements effectués dans le secteur en faveur du renouvellement des infrastructures du réseau de télécommunications et la mise en marche du haut débit effectif pour tous. « Au 31 mars 2018, l’avancement global du projet Pdi2t est de 83 % réalisé sur 15 des 18 mois que durera le projet », a-t-il déclaré. Ce niveau d’avancement a permis de mettre en fonctionnement opérationnel et commercial les sous-éléments du projet qui sont prêts et en conséquence, du fait de l’accessibilité de la capacité, en particulier sur les dorsales.
Selon lui, le projet Pdi2t constitue un vaste chantier de développement d’infrastructures pour assurer l’émergence de nouveaux services numériques contribuant ainsi à « Transformer le Bénin en la plateforme de services numériques de l’Afrique de l’Ouest pour l’accélération de la croissance et l’inclusion sociale ».
La première phase de ce projet a été planifiée en tenant compte des besoins des opérateurs nationaux et internationaux, et des besoins des populations béninoises. Il s’agit de: la réhabilitation de la dorsale Cotonou-Malanville sur 1060 km, la construction d’un nouveau réseau national de transport haut débit à fibre optique sur 974km, la construction d’une boucle métropolitaine de 222 km dans Cotonou et environs, la construction de 235 km de fibre optique pour le raccordement des abonnés (FTTX : arrivée de la fibre optique directement sur ou au plus près des bâtiments des usagers), la construction de 30 nouveaux sites d’accès à internet haut débit 4G/LTE, essentiellement sur Cotonou et ses environs, qui fera passer le total des sites dans le Bénin de 78 à 108 sites.
« La mise en œuvre d’un système de gestion et de configuration (Cœur de réseau IMS et Cœur de réseau IP/MPLS) permettra d’offrir des solutions avancées de voix, internet et plus tard de télévision par internet », a-t-il expliqué.
Ce projet est réalisé avec l’expertise de grandes sociétés internationales : la société chinoise Huawei, sous le contrôle de la société française Sofrecom et supervisé par les cadres de Bti, Bts et de l’Adn, permettra à Bénin Télécoms Services d’offrir de nouveaux services numériques à valeur ajoutée tels que la voix sur IP à partir d’un téléphone fixe ou des services vidéos directement au domicile et au bureau.

LIRE AUSSI:  Eliminatoires Can U-20: Les Ecureuils juniors à nouveau en stage

Des services et systèmes d’information pour tous

Placée sous la tutelle de la Présidence de la République, l’Agence des services et systèmes d’information a réussi à rendre opérationnels des programmes et des projets qui entrent dans le cadre des stratégies de développement de services et systèmes d’information numériques sécurisés au Bénin. Selon son directeur général, Maximilien Kpodjèdo, plusieurs projets relatifs à l’administration intelligente ont été réalisés ou sont dans leur phase finale. Entre autres, on peut citer : l’élaboration d’un schéma directeur national du système d’information qui constitue, selon lui, un document de stratégie et d’opération qui permet d’orienter la mise en place des projets structurants et sectoriels au niveau du Bénin. La mise en place des outils de productivité de l’administration caractérisée par l’installation des outils pour améliorer la productivité et les performances de l’administration et les projets tels que e-identité, e-signature, e-visa, e-conseil, data centrer national, la sécurité des données ou le système d’information pour le payement des bourses et secours universitaires sont, entre autres, programmes également en cours de réalisation.