Développement durable de la filière apicole au Bénin: L’accompagnement du gouvernement pour une production du bois énergie

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Développement durable de la filière apicole au Bénin: L’accompagnement du gouvernement pour une production du bois énergie


Le ministre de l’Energie, Dona Jean-Claude Houssou a visité, vendredi 14 mai dernier, le centre d’apiculture écologique de Komiguéa, à N’Dali. C’est dans le cadre de la mise en œuvre du projet Pana-Energie soutenu par le gouvernement.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale/8e législature: Encore des lettres de félicitations étrangères à Louis Vlavonou

En fin d’après-midi, du vendredi 14 mai dernier, le ministre de l’Energie, Dona Jean-Claude Houssou, était au centre d’apiculture écologique de Komiguéa, à N’Dali. A travers son département ministériel, le gouvernement soutient le projet Pana-Energie qui vise l’appui au développement durable de la filière apicole grâce à la création d’emplois verts, durables, générateurs de revenus et bénéfices au profit des jeunes et femmes en milieu rural.
« Je me sens très bien, puis heureux d’avoir fait une activité différente de ce que j’ai l’habitude d’accomplir, en communion avec la nature, les abeilles et l’ensemble des participants », a indiqué le ministre, après avoir visité les ruches à Komiguéa. Le projet Pana-Energie consiste, selon lui, à mettre en place des dispositifs qui permettent d’atténuer les effets du changement climatique sur la nature et l’environnement. A terme, assure-t-il, ce projet contribuera également à encourager la production des énergies renouvelables. Le préfet du Borgou, Djibril Mama Cissé, est quant à lui revenu sur le rôle important que jouent les abeilles.
Très honoré d’accueillir la délégation du ministère de l’Energie, le responsable du projet, Yantannou Sarki, a tenu à établir un lien entre l’apiculture et le bois énergie. « Les abeilles sont des vecteurs sexuels des plantes. Une plante peut ne pas donner des fruits et des graines, si les abeilles ne sont pas attirées par les nectars de ses fleurs. Grâce à ces bestioles, les graines de pollen quittent les fleurs mâles pour celles femelles. Il s’ensuit la fécondation », a-t-il expliqué. Ainsi, informe-t-il, les études ont montré que 80 %
des essences sont produites grâce aux abeilles et 70 % de la production mondiale suite à la pollinisation qu’elles favorisent.
« Lorsque vous voulez produire du bois et que vous n’avez pas assez d’abeilles, vous serez confrontés à toutes les difficultés »,
prévient-il.
Le projet Pana-Energie encourage l’exercice d’activités d’adaptation aux variabilités climatiques. Il offre la possibilité aux 750 acteurs mobilisés pour la circonstance d’oeuvrer à la mise en place de réserves en bois énergie, pour pouvoir développer le secteur des gros combustibles.

LIRE AUSSI:  Mise en œuvre du Ravip dans l’Atacora-Donga: Abdoulaye Bio Tchané satisfait du bilan à mi-parcours