Dg de l’Omc: Huit candidats pour un fauteuil

Par Collaboration extérieure,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Dg de l’Omc: Huit candidats pour un fauteuil


Le processus pour l’élection du nouveau Directeur général de l’Organisation mondiale du Commerce (Omc) commence le 15 juillet prochain. Huit candidats sont en lice pour occuper le siège de chef de l’institution internationale qui traverse actuellement une profonde crise existentielle aggravée par l’apparition de la pandémie du COVID-19.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale : Une session extraordinaire pour examiner le budget 2021 du Parlement

Le 14 mai dernier, en plein confinement, l’actuel directeur général de l’Omc, Roberto Azevedo, a informé les 164 membres de l’organisation de son intention de quitter pour des raisons personnelles ses fonctions un an avant le terme de son second mandat, soit le 31 août 2020. La nouvelle a fait l’effet d’une bombe car d’une part, aucun signe avant-coureur n’avait permis d’anticiper la décision du Brésilien et, d’autre part, l’institution déjà fragilisée par la montée du protectionnisme se voit forcée d’identifier rapidement la personnalité idéale pour restaurer sa crédibilité et relever de multiples défis.
L’échéance pour le dépôt des candidatures s’est terminée le 8 juillet à minuit. Huit candidats sont désormais en compétition pour diriger le gendarme du commerce international.Trois Africains (Egypte, Kenya, Nigeria), deux européens (Moldavie, Royaume-Uni), une Asiatique (République de Corée), un Arabe (Royaume d’Arabie Saoudite) et un Sud-américain (Mexique). Ils effectueront leur présentation devant l’ensemble des membres de l’Omc les 15-16 et 17 juillet.
Le président du Conseil général, l’ambassadeur néo-zélandais David Walker, a annoncé le 10 juillet le calendrier des prochaines étapes du processus de sélection visant à choisir un successeur au Directeur général sortant. Après discussion avec les Etats membres, il a été décidé que la durée de la campagne serait raccourcie d’un mois. Cela signifie que les candidats auront jusqu’au 7 septembre pour se faire connaître des membres de l’Omc. A partir de cette date, le processus entrera dans sa troisième et dernière phase qui est celle durant laquelle un consensus devra être trouvé autour d’un candidat. Cette période ne devrait pas aller au-delà du 7 novembre. En attendant, un dirigeant provisoire, désigné parmi les directeurs adjoints, assurera certainement l’intérim quand Roberto Azevedo partira fin août.
Il faudra alors préparer la ministérielle, décalée d’un an en raison du Covid-19. Cette réunion «sera terriblement importante» et devra aboutir à une «feuille de route» sur l’agenda et le processus de réforme de l’organisation, souhaitée notamment par les Etats-Unis qui ont menacé à plusieurs reprises de quitter celle-ci.
Elle devra encore redonner une direction aux négociations, d’abord avec un accord sur les subventions illégales à la pêche et ensuite en avançant sur le commerce électronique, sur les Pme ou aussi sur la facilitation de l’investissement. Il restera aussi à résoudre le blocage américain du tribunal d’appel de l’institution.
Pour contourner celui-ci, l’Ue et 18 pays et territoires, dont la Suisse, ont lancé fin avril une cour d’appel temporaire. Comme d’autres, M. Mahmoud souhaite que ce mécanisme n’entrave pas la discussion d’une réforme du mécanisme permanent.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale : Une session extraordinaire pour examiner le budget 2021 du Parlement

Pour en savoir plus sur l’Omc: www.wto.org

————————- ——————————-

Qui sont les candidats au poste de Directeur général de l’Organisation mondiale du Commerce (Omc) ?

Egypte

Hamid Mamdouh, 67 ans, de nationalité suisse, juriste de formation, possède une expérience de plus de 35 ans comme négociateur puis comme haut fonctionnaire à l’Omc. Depuis son départ de l’institution, il a rejoint un cabinet d’avocats genevois spécialisé sur les questions commerciales. Il faisait partie d’une liste de trois personnes validée par l’Union Africaine en vue des élections supposées avoir lieu en 2021.

Kenya

Amina Mohamed, 58 ans, membre du barreau à Nairobi, experte de l’Omc dont elle a présidé les trois organes les plus importants lorsqu’elle était ambassadeur à Genève auprès de l’Onu et de l’Omc (2000-2006). Ancienne Secrétaire générale adjointe de l’Onu, elle a dirigé la diplomatie kényane jusqu’en 2018. Candidate malheureuse lors de l’élection pour la direction de l’Omc en 2013, elle est à l’heure actuelle ministre des Sports, du Patrimoine et de la Culture.

LIRE AUSSI:  Dernières consultations sur les Finances publiques béninoises: Les recommandations du Conseil d’administration du FMI au Bénin

Nigéria

Ngozi Okonjo-Iweala, 66 ans, fonctionnaire à la Banque mondiale pendant 25 ans, ancienne ministre des Finances (2002-2006 & 2011-2015). Elle apparait régulièrement dans les classements des personnes les plus influentes au monde. Elle préside actuellement Gavi, l’Alliance mondiale pour le vaccin et la vaccination. Elle pilote aussi l’un des programmes de l’Oms pour lutter contre le Covid-19.

Moldavie

Tudor Ulianovschi, 37 ans, ancien ambassadeur, entre autres, auprès de l’Onu à Genève et de l’Omc (2016-2018), ancien ministre des Affaires étrangères (2018-2019). Il est un familier de l’organisation du commerce.

Royaume-Uni

Liam Fox, 58 ans, médecin généraliste de formation, membre du Parti conservateur et du parlement britannique, ancien Secrétaire d’Etat au Commerce (2016 à 2019).

République de Corée

Yoo Myung-hee, 53 ans, membre du barreau de New York depuis 2003, elle possède 25 ans d’expérience comme négociatrice commerciale surtout en matière d’accords bilatéraux de libre-échange. Elle est actuellement ministre du Commerce en Corée du Sud et première femme à occuper la fonction.

LIRE AUSSI:  Sensibilisation sur les emballages biodégradables: Sachets plastiques, un danger pour la faune et la flore

Royaume d’Arabie Saoudite

Mohammad Maziad al-Tuwaijri, pilote de l’armée de l’air de formation, après une longue carrière de banquier, il a été ministre de l’Economie et du Plan (2016-2020). Il occupe depuis mars 2020 le poste de Ministre-conseiller en stratégie économique auprès de la cour royale saoudienne.

Mexique

Jesus Seade Kuri, 76 ans, de nationalité libanaise, possède une grande expérience des organisations internationales (Banque mondiale, Fonds monétaire international, Omc), ancien chef négociateur pour l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena) entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique. Ancien Directeur général adjoint de l’Omc, il a aussi occupé des fonctions académiques durant 10 ans (Chine & Hong Kong). Sa carrière lui a également régulièrement permis de collaborer avec de nombreux pays africains. Depuis le 1er décembre 2018, il occupe la fonction de Secrétaire d’État pour l’Amérique du Nord auprès du Ministère mexicain des Relations extérieures (Sre).

Par Catherine Fiankan-Bokonga (Correspondante accréditée auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, Suisse)