Dialogue national sur la gouvernance environnementale: L’heure du bilan et des projections

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Dialogue national sur la gouvernance environnementale: L’heure du bilan et des projections


Défi quotidien et universel, la gestion de l’environnement au Bénin fait depuis 2004 l’objet d’une gouvernance concertée pour laquelle s’allient l’Etat, les collectivités locales, la société civile, les acteurs privés, les organisations spécialisées, les partenaires techniques et financiers… Tous ces acteurs sont au rendez-vous du dialogue national sur la gouvernance environnementale qui se tient du mardi 23 au mercredi 24 mars à Cotonou. Les travaux ont été ouverts par le ministre du Cadre de vie et du Développement durable, Didier José Tonato.

LIRE AUSSI:  19e circonscription électorale: Jean-Claude Houssou du Br intensifie la campagne de proximité

Réunis dans un cadre d’échanges, les acteurs clefs de la gouvernance environnementale au Bénin réfléchissent autour des questions environnementales. Le dialogue national sur la gouvernance environnementale qui a démarré hier à Cotonou va constituer le point d’ancrage des acquis de la mise en œuvre des engagements en matière d’environnement et le point de départ pour une meilleure gestion environnementale.

Lors de ce dialogue national, les participants sont invités à évaluer la mise en œuvre de la Charte nationale sur la gouvernance environnementale au Bénin adoptée en mai 2004 et à proposer un dispositif de suivi de la mise en œuvre des recommandations. Plus spécifiquement, il s’agira de faire l’état des lieux de la gouvernance environnementale au Bénin, y compris l’évolution du cadre législatif, institutionnel et réglementaire en matière de gestion de l’environnement de 1990 à ce jour en ressortant les acquis, les défis et les perspectives ; de partager avec les participants au dialogue les résultats de l’étude sur l’évaluation de la mise en œuvre de la Charte nationale sur la gouvernance environnementale au Bénin. Puis de présenter les enjeux, les acquis et les perspectives de la mise en œuvre des engagements liés aux accords multilatéraux relatifs à l’environnement et auxquels le Bénin est partie; de proposer un dispositif de suivi de la mise en œuvre des recommandations issues du dialogue national.

Lors de la cérémonie d’ouverture des assises, le directeur général de l’Environnement et du Climat, Professeur Martin Pépin Aïna, coordonnateur des conventions relatives à l’environnement, s’est dit heureux de voir se tenir enfin ce dialogue. Il rappelle que depuis la tenue en janvier 2004 du Forum national sur la Gouvernance environnementale Etat, Communes et Société civile qui a permis de définir la partition de chaque acteur pour une synergie d’actions et dont la deuxième édition s’est déroulée en mars 2010; c’est onze ans après, soit en mars 2021 que se retrouvent à nouveau les parties prenantes pour un dialogue national. Pour le Représentant résident du Programme des Nations Unies pour le Développement, Aouale Abchir, cet événement est une opportunité inédite offerte aux parties prenantes du secteur de l’environnement d’échanger sur les différents défis qui se posent dans ledit secteur. « Le dialogue national organisé par le gouvernement est une initiative qui reçoit les encouragements des partenaires techniques et financiers », a déclaré le porte-parole des Ptf du secteur de l’environnement. Le Représentant résident du Pnud évoque ensuite avec admiration l’engagement du Bénin dans la sauvegarde de la biodiversité et la sécurité aux frontières.

LIRE AUSSI:  2è Session ordinaire de la HAAC: Huit conseillers boycottent la cérémonie d’ouverture

Aouale Abchir a également félicité le Bénin pour la signature de la convention tripartite Bénin – Burkina – Niger, relative à la sauvegarde des aires protégées. Des actions qui témoignent de l’intérêt que porte le Bénin à la bonne gouvernance environnementale. Le ministre du Cadre de vie et du Développement durable certifie : « Le cadre de vie peut se révéler comme un puissant levier de développement. C’est la vision du chef de l’Etat ». Il ajoute que cette vision du président Patrice Talon se traduit dans le Programme d’action du gouvernement en son pilier 3 et en son axe stratégique 7. Après avoir remercié tous les partenaires techniques et financiers et toutes les parties prenantes pour leur engagement constant, leur contribution et leur présence à ce dialogue, le ministre du Cadre de vie et du Développement durable, Didier José Tonato, a lancé les travaux dans l’espoir que ces assises favoriseront de fructueux échanges entre les acteurs clefs de la gouvernance environnementale au Bénin. Participent au Dialogue national, des parlementaires, des préfets, des autorités communales et locales, des cadres de l’administration, des experts, des représentants d’organisations de la société civile et d’institutions internationales, des enseignants chercheurs…

LIRE AUSSI:  Ramadan 2015: Intenses prières à la mosquée Tawakalitou de Maro militaire

Trouver des réponses aux questions qui préoccupent !

La prise en compte de la gestion de l’environnement dans toutes les initiatives de développement est devenue une exigence au plan mondial. Au Bénin, la gouvernance environnementale a évolué au fil des ans, entre continuité et scission. La gouvernance concertée reste encore un défi. Dans ce contexte, le dialogue national sur la gouvernance environnementale revêt une grande importance. La vision est claire, les objectifs sont définis, le ministre du Cadre de vie et du Développement durable précise: « Il faudra parvenir à une gouvernance moderne appliquée aux questions environnementales, une gouvernance nouvelle qui engage un renouvellement de l’articulation entre le temps et l’espace… Le dialogue devra apporter des réponses claires aux questions qui nous préoccupent tous : Quel modèle pour une gouvernance environnementale concertée et avec quels acteurs ? Quel
mécanisme d’évaluation de la gouvernance et des gouvernants ? Il faudra aussi se pencher sur l’évolution du cadre législatif, institutionnel et réglementaire», a indiqué aux participants le ministre José Tonato. Il ajoute qu’une gouvernance concertée du secteur passe aussi par la mobilisation des ressources financières, humaines, matérielles importantes. C’est pourquoi il a invité les participants à réfléchir sur les stratégies de mobilisation et de gestion optimales des financements.
Le dialogue national sur la gouvernance environnementale est une activité du Projet de renforcement des capacités nationales pour la gestion des conventions relatives à l’environnement en lien avec les Objectifs de développement durable et la mise en place d’un système d’informations statistiques (Prc). Financé par le Fonds pour l’Environnement mondial, l’Onu Environnement et le gouvernement béninois pour une période de trois ans, le Prc facilite la gestion et le suivi des engagements pris par le Bénin dans le secteur de l’environnement. A en croire le directeur général de l’Environnement et du Climat, grâce à ce projet, une valeur ajoutée a été apportée à la mise en œuvre des conventions. Il énumère plusieurs acquis satisfaisants, entre autres : l’organisation de différents ateliers et le renforcement des capacités des parties prenantes, l’internalisation du projet par toutes les parties prenantes jusqu’au niveau local, la formation sur les méthodes de collecte et de gestion des données, la formation des points focaux des conventions sur la mise en œuvre des Objectifs de développement durable…

LIRE AUSSI:  Commission béninoise des droits de l’Homme : Les deux députés membres désignés ce jour