Diplomatie: L’image du Bénin redorée

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Diplomatie: L’image du Bénin redorée


Le président de la République, Patrice Talon, réhabilite l’image du Bénin sur la scène mondiale. Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération est revenu non seulement à sa dénomination originelle, mais aussi joue désormais son rôle d’acteur principal dans la mise en œuvre de la politique extérieure béninoise. 

LIRE AUSSI:  Coopération Bénin – Etats-Unis d’Amérique: Revue à mi-parcours pour évaluer les projets

En sa qualité de chef du Gouvernement, le président de la République est revenu à l’occasion de la formation de son Gouvernement à la dénomination première du ministère en charge des Affaires étrangères de notre pays des années 1960, qui couvre l’essentiel de ses attributions sans superflu encombrant, en y nommant un « ministre des Affaires étrangères et de la Coopération ». Celui-ci recouvre ses attributs de gestionnaire des actions de coopération en relation avec les ministères sectoriels.
Depuis, le rôle qu’il confère à ce ministère et à son locataire ne cesse d’étonner plus d’un de nos concitoyens qui manifestent leur surprise, leur étonnement, au regard de la pratique diplomatique de ces dernières années. Dans un passé récent, il a été noté un mélange des genres et une confusion, un populisme outrancier aussi, dévoyant le contenu de la coutume diplomatique de ses valeurs communément admises.
L’occasion de la visite officielle de la présidente de la Confédération suisse a permis de découvrir réellement l’intention et la volonté du chef de l’Etat de faire jouer à son ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, son rôle de chef de la diplomatie béninoise, sous son œil de maître de la politique extérieure de notre pays. L’accueil de la présidente suisse, délicatement assumé par le ministre Aurélien
Agbénonci, et sa présence à ses côtés tout au long de son programme de séjour jusqu’au départ, est assurément la preuve que désormais le Nouveau départ n’exclut aucun pan de l’action gouvernementale.
L’autre changement remarquable de l’image positive de cette visite a été le déroulement de l’audience au Palais de la Présidence de la République, et la conférence de presse qui l’a sanctionnée, au regard du décor soigneusement traité suivant les consignes du président de la République qui, visiblement, accorde une place de choix à la qualité de l’environnement de travail et de vie. Il semble que le palais de la République est en train de refaire peau neuve, à l’image du nouveau standing de notre pays.
On comprend donc l’étonnement et les questionnements de nos compatriotes, qui ont été habitués aux accueils populaires, voire populistes à l’aéroport, accueils dont l’organisation donnait à manger et à boire à tout un monde et conduisait à la présence quasi permanente du chef de l’Etat aux côtés de ses hôtes. Mais il fallait bien une réforme là aussi pour permettre de savoir distinguer désormais dans notre pays, une visite de travail d’une visite officielle ou d’une visite d’Etat.
D’ailleurs, tous les professionnels de la matière savent que la présidente de la Confédération suisse a dû être agréablement surprise de ce niveau d’organisation, de la qualité de l’accueil à elle réservé, tant le zèle affiché souvent par nos chefs d’Etat est de nature à agacer aussi nos hôtes non habitués à ces rituels purement africains. L’essentiel pour des pays comme le sien réside dans le contenu et le suivi des conclusions.
En élevant le débat à ce niveau, en montrant que notre pays peut aussi faire les choses de façon civilisée, le président Patrice Talon et son ministre des Affaires étrangères contribuent à impulser une véritable doctrine à la diplomatie béninoise. Ils œuvrent pour un Bénin grand et digne, qui se veut un partenaire majeur sur la scène internationale, se faisant respecter et non plaindre.
C’est cela aussi la Rupture et c’est tout à leur honneur.
Désormais donc, il est clair que les choses se font et se feront davantage suivant les normes. Comme à l’interne, on le voit de mieux en mieux, le président préside, le ministre administre, le directeur dirige, le chef de service sert… Le président de la République n’est plus partout et nulle part à la fois.
A cette allure, s’il ne se laisse décourager par les incompréhensions, s’il tient ferme, le président Patrice Talon aura fait passer un cap à notre pays, en bien évidemment. Ce sera tout à son honneur.

LIRE AUSSI:  Débat budgétaire à l’Assemblée nationale: Ousmane Batoko insatisfait du budget de la Cour suprême