Discours d’investiture de Patrice Talon: « Liberté, démocratie et bonne gouvernance », credo du quinquennat 2021-2026

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Discours d’investiture de Patrice Talon: « Liberté, démocratie et bonne gouvernance », credo du quinquennat 2021-2026


Durant les cinq prochaines années, le président Patrice Talon fera de son mandat celui de la « liberté », de la « démocratie » et de la « bonne gouvernance ». Le chef de l’Etat l’a fait savoir dans son discours d’investiture, ce dimanche 23 mai à Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Satisfaction des attentes des usagers de la Fonction publique :Les grandes orientations pour une administration publique de qualité

La devise du nouveau quinquennat du président Patrice Talon est « liberté, démocratie et bonne gouvernance ».
Au dire de l’ancien-nouveau locataire de la Marina, il s’agit là de son « credo » pour le mandat présidentiel dont qui a commencé il y a 48 heures.
En effet, le chef de l’Etat Patrice Talon, dans son discours d’investiture, a annoncé la poursuite des actions entamées et d’autres réalisations supplémentaires durant ce nouveau mandat. Lesquelles réalisations feront que le Bénin va davantage se révéler à lui-même et au monde entier. Et cette renaissance de la nation, dit-il, ne sera pas seulement pour satisfaire la gloire d’un instant. « Elle soutiendra un formidable élan de bien-être collectif et individuel durable dont nous pouvons jouir, ainsi que les générations à venir. », assure le chef de l’Etat. Et pour ce faire, ajoute-t-il, l’engagement commun sera d’œuvrer à consolider la démocratie et les libertés puis, d’instaurer durablement la bonne gouvernance, gage de la réalisation de toutes les ambitions.
« Ainsi, notre autre devise ne devrait-elle pas être désormais liberté, démocratie et bonne gouvernance », indique Patrice Talon qui, par la suite, explique que ces trois mots constituent en réalité son « credo » pour le quinquennat 2021-2026. Cette autre devise « (…) définit le credo qui sera le mien tout au cours du mandat ; c’est-à-dire le bien-être de chacun, en particulier celui des plus vulnérables d’entre nous », précise-t-il avant de partager son désir personnel avec l’assistance prêtant une oreille attentive au discours du premier magistrat. Ce désir de Patrice Talon est qu’il veut mériter largement, à la fin de son mandat en 2026, le surnom fon que le peuple béninois lui a attribué.
« Mon souhait en ce qui me concerne personnellement, c’est qu’il soit établi à la fin du mandat, que j’ai donné le meilleur de moi-même pour notre satisfaction commune et que véritablement, je mérite d’être appelé Agbonnon »,
déclare l’ancien-nouveau locataire de la Marina, d’un air souriant et sous les ovations de l’assemblée. Patrice Talon a la conviction que lui et le peuple, tous ensemble, à l’heure du bilan en 2026, auront de réels motifs de satisfaction et de fierté. Telle est donc l’ambition du chef de l’Etat qui compte sur Dieu, les mânes des ancêtres et l’âme du pays afin que ce rêve devienne réalité. « Puissent Dieu, les mânes de nos ancêtres, notre âme commune, l’âme du Bénin, m’accorder la lumière et le génie nécessaires pour réaliser cet objectif. », affirme-t-il.
Le président de la République dit avoir la certitude que ces paroles qu’il a prononcées en ce dimanche de Pentecôte, un jour spirituellement particulier, sont déjà exaucées.

LIRE AUSSI:  Le chef de l’Etat à l’endroit du nouveau médiateur de la République: « Je voudrais espérer que vos qualités seront un atout pour le dialogue »