Disputes intempestives au sein des ménages : les enfants, ces victimes innocentes !

Par La Redaction,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Disputes intempestives au sein des ménages : les enfants, ces victimes innocentes !

Disputes parentales

Les disputes répétées et abusives au sein des foyers contribuent au déséquilibre observé chez certains enfants sur les plans éducatif et comportemental. « Les disputes des parents peuvent être source de traumatisme chez l’enfant », signale Vital Godovo, psychologue clinicien. Selon lui, les disputes installent une ambiance violente et agressive qui provoque chez les enfants l’angoisse, l’inconfort et l’anxiété. Un enfant angoissé et stressé ne possède pas l’entièreté de ses ressources ; ce qui crée chez lui des difficultés comportementales au plan social. Le psychologue informe aussi que l’enfant peut avoir une perturbation importante dans son développement psycho-affectif. « A un âge donné, même pour ce qu’il devrait être capable de faire en termes de comportement, de conduite, de raisonnement, de réflexion, il se trouve limité juste à cause des disputes parentales fréquentes au sein desquelles il se retrouve », explique Vital Godovo.

Egalement, poursuit-il, lorsque les disputes en présence des enfants deviennent récurrentes, l’autorité des parents est bafouée aux yeux des enfants. Ce qui crée en retour d’autres problèmes d’éducation. Les parents ne peuvent plus s’imposer puisque l’enfant développe un caractère d’opposition et devient réfractaire à l’éducation qu’ils essaient de lui inculquer. A en croire le spécialiste de la santé mentale, des problèmes de santé d’ordre physique peuvent s’y ajouter. « Un enfant toujours angoissé peut développer des troubles psychosomatiques », souligne-t-il. Les conflits conjugaux peuvent aussi avoir de graves répercussions sur le rendement scolaire des enfants. « Les parents ont l’obligation de protéger leurs enfants. Il est donc nécessaire de maintenir les enfants à l’écart des disputes car leur maturité psychologique ne leur permet pas encore de comprendre que les disputes font partie de la vie de couple », conseille-t-il. Puis il suggère de privilégier le dialogue avec les enfants en cas de disputes en leur présence afin de leur éviter de garder des séquelles ou des rancœurs susceptibles de développer chez eux des attitudes de violence ou de normaliser l’agressivité.

LIRE AUSSI:  Ecole primaire publique d’Agondozoun à Akpro-Missérété: De matériels et kits de promotion de croissance offerts aux écoliers

Par ailleurs, Vital Godovo pense qu’en dehors des parents, l’enseignant a aussi un rôle à jouer pour corriger partiellement les conséquences de ces disputes parentales sur l’enfant. « L’enseignant a pour rôle d’éduquer l’enfant à la vie pacifique et à la tolérance », conclut Vital Godovo.

 

Sources des disputes au sein des foyers

« Les causes des disputes sont de deux ordres, nous avons l’objet des disputes et les facteurs propres aux deux conjoints», indique le psychologue clinicien Vital Godovo. L’objet des disputes peut être les mésententes, les frustrations, les incompréhensions autour de certaines questions du ménage, à savoir les questions d’ordre financier, de conduite, de l’attitude éducative par rapport aux enfants mais surtout un manque crucial de communication au sein des couples. Dr Godovo explique qu’il est bien possible d’être confronté à ces genres de problèmes en situation de couple sans en arriver aux disputes. Et c’est d’ailleurs là qu’interviennent les facteurs propres aux conjoints dont il faisait référence plus haut. « Si ces problèmes virent tout le temps aux disputes, c’est parce que les individus concernés ont eux-mêmes des caractéristiques, des traits ou des insuffisances qui facilitent la survenance de ces disputes », fait-il savoir. Il appelle à une tolérance mutuelle au sein du couple. Chaque partenaire doit être en mesure de développer la tolérance face à la frustration et surtout apprendre à garder son calme. Il y va de l’harmonie au sein du foyer mais aussi du bien-être des enfants.

LIRE AUSSI:  Examen du BEPC 2018: Près de 17 000 candidats au charbon dans le Borgou

Par Mathilde ASSOGBA (Stag.)