Dr Patrick Joël Adjivessodé, au sujet du 30 novembre dans l’histoire du Bénin : « L’immortalisation de cette date va générer des sentiments contrastés dans le pays »

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Dr Patrick Joël Adjivessodé, au sujet du 30 novembre dans l’histoire du Bénin : « L’immortalisation de cette date va générer des sentiments contrastés dans le pays »

Dr_Patrick_Joël_Adjivessodé

C’était un jour de gloire et de célébration de l’unité nationale. Mais depuis l’avènement du renouveau démocratique, le 30 novembre est devenu une date comme toutes les autres, sans intérêt pour le grand public. Dans cet entretien, Dr Patrick Joël Adjivessodé, enseignant d’Histoire et Chef adjoint du Département d’Histoire et d’Archéologie de l’Université d’Abomey-Calavi, rappelle le sens de cette date et ses contours.

LIRE AUSSI:  Pose de première pierre à Porto-Novo:Bouygues annonce de grands travaux d’infrastructures

La Nation : Le 30 novembre rappelle aux Dahoméens aujourd’hui Béninois les trois glorieuses. Dites-nous ce que sont les trois glorieuses.

Patrick Joël Adjivessodé : Les trois glorieuses symbolisent trois événements qui se sont déroulés à la même date mais à des années différentes. Il s’agit du 30 novembre 1972, 30 novembre 1974 et 30 novembre 1975. Le 30 novembre 1972 est marqué par la proclamation du discours-programme. Le 30 novembre 1974, c’est la publication du discours d’orientation nationale à Goho, avec le choix du socialisme comme voie de développement et du marxisme-léninisme comme guide philosophique. Puis, le 30 novembre 1975, c’est la création du Parti de la Révolution Populaire du Bénin (Prpb), avec le changement du drapeau tricolore choisi à l’indépendance et du nom Dahomey en Bénin.
L’expression « les trois glorieuses» dérive de ces trois dates qui ont changé le cours de l’histoire du Dahomey devenu Bénin.

Vous venez de le dire. Le 30 novembre 1975, le Dahomey est devenu Bénin. Pourquoi ce changement de nom ?

LIRE AUSSI:  Le président Patrice Talon à cœur ouvert: « J’ai la volonté de rentrer autrement dans l’histoire de mon pays »

Ce changement de nom pour les révolutionnaires s’explique pour trois raisons. La première est que ce nom de Dahomey est de fabrication coloniale, imposé aux populations soumises par la force, dans le cadre de la constitution d’un empire, celui français.
La deuxième est que le royaume du Danxomè ne couvrait pas, avant l’immixtion française, tout le territoire de l’actuelle république du Bénin. Il couvrait une portion de la partie méridionale de notre pays.
La troisième raison pour les révolutionnaires est que, selon leurs termes : « il s’agit tout simplement de donner un nouveau nom à notre pays, nouveau nom qui ne rappellera aucun contenu vexatoire parce que débarrassé de tout préjugé ».

Quel est alors le sens du nom « Bénin » ?

C’est dans le but de donner un nom neutre à notre pays mais porteur de sens pour nous que la dénomination de Bénin a été choisie. Ce nom est choisi par référence à l’ancien royaume du Bénin dans le Nigeria actuel. C’est au regard de la brillante civilisation développée par ce royaume, civilisation qui fait la fierté de l’Afrique, que la république du Dahomey est désormais appelée république populaire du Bénin.

LIRE AUSSI:  Du primaire et du secondaire: Une délégation gouvernementale rencontre les syndicalistes demain

Comment peut-on désormais marquer cette date du 30 novembre et ne plus la laisser passer sous silence ?

L’immortalisation de cette date va générer des sentiments contrastés dans le pays. Les idéaux prônés par les révolutionnaires pouvaient être salutaires pour notre pays. Mais la répression politique, la confiscation des libertés, bref, la chasse aux sorcières a laissé de nombreuses familles dans le deuil. Par ailleurs, les révolutionnaires aussi ont fini par faire sombrer le pays dans une crise économique et sociale sans précédent. Tout n’a pas été mauvais cependant au cours de cette période. Immortaliser cette date, relève d’une question de volonté politique.

Parlant des modifications, qu’est-ce qui a motivé que la fête nationale soit désormais célébrée le 1er août plutôt que le 26 octobre ?

La fête nationale était célébrée le 26 octobre plutôt que le 1er août parce que les révolutionnaires considéraient le 26 octobre, jour de leur prise du pouvoir, comme la date de libération nationale, libération du néocolonialisme, libération de tous les carcans notamment l’instabilité politique, le repli identitaire, la mauvaise gestion… qui entravent le développement de notre pays. Selon eux, la vraie indépendance, c’est à partir du 26 octobre 1972.

LIRE AUSSI:  Disparition d’un proche : Boni Yayi inconsolable

Un mot pour conclure cet entretien

Le coup d’Etat du 26 octobre 1972 a marqué une césure dans l’histoire de notre pays, puisqu’il a inauguré une nouvelle période dans son évolution politique, économique et sociale. La Révolution a semé des roses et des ronces.