Drame à Parakou: Un père et ses deux enfants décèdent d’une intoxication

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Drame à Parakou: Un père et ses deux enfants décèdent d’une intoxication


Quatre victimes : un père et ses deux enfants décédés et la mère de la famille admise dans un état critique au Centre hospitalier départemental (CHD-Borgou). C’est le triste bilan du drame survenu dans la nuit du lundi à hier mardi Thian dans le 1er arrondissement de Parakou. Les intéressés, originaires de Glazoué selon des proches, ont présenté des signes de vomissement et de diarrhée.

LIRE AUSSI:  Journée internationale des familles: Parents et enfants face aux nouvelles technologies

Avant d’aller au lit, ils ont consommé du riz au gras préparé dans la chambre, a confié la survivante à Monique G., infirmière au centre de santé de Tourou où a elle été admise avant d’être référée au CHD-Borgou. La victime a entendu les cris de son petit garçon aux environs de zéro heure et s’est levée pour aller vers les enfants mais prise de vertige, le mari lui aurait demandé de se recoucher. Le matin, la femme dit avoir réveillé en vain son mari et parvient difficilement à sortir de la chambre pour appeler au secours. « Vers 9h15, la femme est venue taper à la porte. Elle a demandé de venir voir, qu’elle ne sait pas ce que son mari a, qu’elle le réveille en vain. Elle-même ne se tenait pas bien debout. On l’a gardée. Je me suis approché du mari et j’ai appelé son nom mais il n’a pas répondu. J’ai ouvert la fenêtre et j’ai constaté qu’il avait vomi sur lui. Je l’ai touché ensuite et j’ai vu qu’il ne vivait plus. Puis, on a regardé les enfants qui étaient couchés au salon et on a constaté qu’eux aussi avaient vomi et chié et qu’ils étaient morts », raconte Kassim, un voisin de la maison qui a alerté aussitôt les autorités locales.
Aux dernières nouvelles, le pronostic vital de la mère ne serait pas engagé suite aux soins intensifs à elle administrés, mais elle reste affaiblie. Les causes de ce drame sont encore inconnues. Il faut souligner qu’il n’y a ni contusion ni brûlure encore moins des blessures qui témoigneraient d’éventuelles violences sur les corps. En attendant la confirmation des résultats des analyses sur le repas, les vomissures et les selles prélevés dans un laboratoire, l’on soupçonne une intoxication alimentaire, un phénomène récurrent dans le département du Borgou. Mais aussi, la mort pourrait-elle provenir d’une asphyxie au monoxyde de carbone puisque, pour réchauffer la chambre, ils ont fait du feu à l’intérieur de la pièce avec du charbon avant d’aller se coucher.

LIRE AUSSI:  Coopération sino-béninoise: La Chine offre une école de l’Amitié à Grand-Popo

Claude Urbain PLAGBETO A/R Borgou-Alibori