Droits des enfants et des jeunes : les assurances du préfet du Borgou

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Droits des enfants et des jeunes : les assurances du préfet du Borgou

Préfet_BorgouPréfet_Borgou

Initié par l’Unicef, le relais de plaidoyer des enfants et des jeunes lancé, vendredi 19 novembre dernier à Natitingou, a atteint Parakou, mardi 23 novembre. Après avoir écouté et reçu les messages de Miracle Océni et Barikis Yessoufou qui représentaient les enfants et les jeunes du Borgou, le préfet Djibril Mama Cissé a réaffirmé son engagement pour la promotion de leurs droits et épanouissement.

LIRE AUSSI:  Solidarité au profit des populations lacustres de Sô-Avâ : La Fondation Etisalat et l’Ong Faith apportent de la joie aux populations de Kintô

Après ses collègues de l’Atacora, de l’Alibori et de la Donga, c’était au tour du préfet du Borgou, Djibril Mama Cissé, mardi 23 novembre à Parakou, d’accueillir la caravane organisée à travers le relais de plaidoyer des enfants et des jeunes. Initiée par l’Unicef, l’activité s’inscrit dans le cadre de la célébration de son 75e anniversaire à Cotonou et du 31e anniversaire de la ratification de la Convention des Droits de l’Enfant par le Bénin.
En effet, chaque enfant a le droit de s’exprimer et d’être entendu. Tel que stipulé dans les articles 12, 13 et 14 de la Convention des Droits de l’Enfant, la participation des enfants dans les prises de décision les concernant est un principe fondamental. Ainsi, cette caravane qui vise à mettre en lumière les droits des enfants a également permis de rappeler au préfet du Borgou son engagement envers les générations futures.
Au nom des enfants du Borgou, Miracle Océni, 14 ans, a focalisé son plaidoyer sur la présence des enfants de moins de 14 ans dans les ateliers d’apprentissage et les carrières au niveau du département. Elle est également revenue sur le phénomène de la mendicité des enfants qui sévit. « Dans l’un et l’autre cas, leur place est à l’école », a-t-elle insisté, appelant à la création des centres ludiques de rééducation et de réinsertion sociale et professionnelle.

LIRE AUSSI:  Régina Mihami Byll-Cataria, première enseignante béninoise d’histoire à l’UNB :L’enseignement et la religion comme passions

Des plaidoyers de taille

A sa suite, la représentante des jeunes du Borgou, Barikis Yessoufou, 20 ans, a félicité le préfet pour l’attention qu’il n’a jamais cessé d’accorder à la jeunesse de son département. Toutefois, elle a plaidé pour la création des conditions favorables à l’accessibilité et à la disponibilité des services de santé sexuelle et reproductive pour les adolescents. C’est pour réduire les taux de grossesses non désirées et d’avortements. Elle souhaite également la création des espaces conviviaux, de dialogue, d’apprentissage et de partage d’expériences, pour des changements de comportements au niveau des jeunes.
En réponse à leurs plaidoyers, le préfet du Borgou a tenu à apprécier cette belle initiative prise par l’Unicef. « Je suis toujours à mon aise, toutes les fois qu’il faut aborder les questions qui touchent les enfants et les jeunes. Il s’est réjoui de constater que les enfants et jeunes, venus pour le rencontrer, ont déjà une très bonne connaissance de leurs droits et des menaces qui planent sur ces droits dans son département. Le préfet les a rassurés qu’il est totalement acquis à la cause des enfants du Borgou. En témoignent les actions qu’il mène dans ce sens, avec par exemple, la mise en place du Comité départemental de protection de l’enfance dans le Borgou, sans oublier la prise d’un arrêté portant interdiction de la main-d’œuvre infantile. Il a fait la promesse que les efforts doivent se poursuivre et se renforcer, tant qu’il y aura des fléaux qui vont continuer à entraver l’épanouissement des enfants.
Représentant la représentante de l’Unicef au Bénin, la cheffe de la communication, Marion Desmurger, est revenue sur l’idée de ce relais. Il s’agit, selon elle, d’amplifier les messages des enfants et des jeunes, de créer et de faciliter le dialogue intergénérationnel avec les adultes autour de leurs droits, puis de les écouter et de prendre des engagements qui les aideront à atteindre leur plein potentiel.
Comme lors des trois précédentes étapes, une lettre de plaidoyer portant les messages des enfants et des jeunes a été remise au préfet. Ce dernier y a apposé sa signature et inscrit ses mots d’engagement. A la fin du relais le 1er décembre prochain, il y aura une compilation des 12 lettres de plaidoyer, avant leur transmission au représentant du chef de l’Etat, lors de la célébration officielle des 75 ans de l’Unicef au Bénin, le 8 décembre à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Epanouissement des enfants à l’école : une présence remarquée d’Educo