Durabilité du cadre de vie: Cap sur l’écocitoyenneté !

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Durabilité du cadre de vie: Cap sur l’écocitoyenneté !

Ecocitoyenneté

Plus de 2 000 milliards sont investis ces cinq dernières années pour l’amélioration du cadre de vie et l’assainissement. Et pour consolider ces efforts en cours, beaucoup d’acteurs appellent à l’écocitoyenneté.

LIRE AUSSI:  Gestion des déchets solides ménagers dans le Grand Nokoué: Atteindre un taux de collecte de 90 %

Cotonou se réveille désormais dans un cadre propre. Dans la métropole du Bénin, les artères reçoivent des coups de balai incessants. C’est une tâche confiée à des agents de la Société de Gestion des déchets et de la Salubrité du Grand Nokoué (Sgds-Gn). De loin, Siméon M., instituteur à la retraite à Abomey-Calavi, y voit une faille dans la responsabilité de chaque citoyen à assainir son cadre de vie. « Si chacun veillait à ce que son cadre de vie soit assaini, l’Etat n’aura pas à dépenser autant pour ça. Nous avons perdu beaucoup de valeurs, dont celle d’assurer notre propre propreté », s’indigne-t-il. Des récriminations pareilles, il n’est pas rare de les entendre, surtout dans le rang des acteurs de défense de l’environnement.
Mais certains n’hésitent pas à reconnaître le retard qu’a pris le pays à intégrer l’environnement dans le processus de développement. « Nous ne devons pas trop nous autoflageller parce que c’est seulement après la démocratie qu’il y a eu les premiers ministères sur l’Environnement du point de vue institutionnel. Et depuis 30 ans, chaque pays fait son chemin. Nous ne sommes pas à la hauteur des pays européens qui ont connu cette notion depuis très longtemps», martèle Patrice Sagbo, président de l’Ong Aded.

LIRE AUSSI:  Utilisation des pesticides et fertilisants chimiques de synthèse: Les écosystèmes terrestres et aquatiques en péril

Responsabiliser chaque citoyen

Plus de 2 000 milliards de F Cfa ont été investis par le gouvernement pour la modernisation et l’assainissement de notre cadre de vie. Mais le besoin de responsabiliser le citoyen se fait de plus en plus sentir pour la durabilité. « Nous devons apprécier à sa juste valeur la dénomination actuelle du ministère de l’Environnement. Le cadre de vie rattache l’Environnement à l’individu, à la famille, à la maison pour que chacun puisse cerner le contenu. Lorsque vous vous levez, vous devez balayer la devanture de votre maison. Il faut planter des arbres et les entretenir, etc. L’ensemble de ces actions au niveau d’un quartier donne une ville propre et verte », déclare Patrice Sagbo.

Eduquer pour l’avenir

Joséa Dossou Bodjrènou, directeur de l’Ong Nature Tropicale, estime qu’il y a lieu que les Béninois s’approprient davantage l’article 27 de la Constitution. Cette disposition stipule que toute personne a droit à un environnement sain, satisfaisant et durable et a le devoir de le défendre. « Il faut travailler pour que le citoyen puisse comprendre qu’il a vraiment un rôle à jouer. Le forestier n’est pas dans tous les villages pour constater tous les problèmes qui se posent. Il faut pour le citoyen qui est proche et qui constate un problème soit en mesure de lui faire recours. Mais que les gens ont peur de se plaindre aussi. Ce n’est pas l’Etat qui viendra au village le faire à notre place », déclare Joséa Dossou Bodjrènou.
Le ministère du Cadre de vie et du Développement durable met aussi le cap sur l’éducation environnementale. La Direction de la Promotion de l’Ecocitoyenneté (Dpe) travaille à ce que chaque citoyen ait conscience de son milieu de vie, de la nécessité de le maintenir propre et de développer au quotidien les bons gestes écocitoyens. « On aura à partager les expériences modèles, recenser les pratiques écocitoyennes les plus en vue et les ériger en exemples », renseigne Oloufounmilayo M. Olloudé, Cheffe service des stratégies et programmes d’Informations et d’éducation à la Dpe. Pour Joséa Dossou Bodjrènou, transformer les individus pour en faire des gardiens de l’environnement, c’est le défi du futur.

LIRE AUSSI:  Assainissement et accès à l’eau potable à Djougou :La question préoccupe les élus locaux et partenaires