Echange de vœux à la Cour suprême: Ousmane Batoko dénonce ses collaborateurs absentéistes

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Echange de vœux à la Cour suprême: Ousmane Batoko dénonce ses collaborateurs absentéistes


Le président de la Cour suprême, Ousmane Batoko, semble ne pas apprécier l’absentéisme au sein de son institution. A l’occasion de la cérémonie de présentation de vœux du nouvel an, vendredi 25 janvier dernier, il a dénoncé les agents indélicats et les a exhortés au respect des règles de l’administration publique béninoise.

LIRE AUSSI:  Ecole primaire publique de Togbadji: Un modèle d’établissement à cantine scolaire

La Cour suprême n’est pas exempte de certains maux qui gangrènent l’administration publique béninoise. Certains agents cultivant ces tares au sein de la haute juridiction ont été dénoncés, vendredi 25 janvier dernier, par le président de l’institution, Ousmane Batoko, à la faveur de la cérémonie d’échange de vœux de nouvel an. Le président de la Cour suprême n’est pas allé du dos de la cuillère pour fustiger les retards quotidiens et les absences répétées au service de certains de ses collaborateurs. « Certains se sont même octroyé des jours hors-Cour en semaine ; d’autres font des déplacements à l’intérieur du pays, voire à l’extérieur, sans autorisation », dénonce Ousmane Batoko. Pis, poursuit-il : « des bureaux sont transformés en salle d’information et de consultation juridiques sur des dossiers pendants devant la Cour ; des dossiers juridictionnels sur lesquels on ne donne aucun souffle ni frémissement pendant plusieurs mois, voire des années durant ; des cadres ou des agents qu’on ne trouve presque jamais à leur poste…. ». Le président de la Cour suprême dit avoir cité ces quelques cas à travers lesquels il espère que chacun des concernés va se reconnaître pour changer de comportement.
Pour ce faire, Ousmane Batoko exhorte tous ses collaborateurs à faire preuve de perspicacité et davantage de responsabilité tout au long de cette année 2019. « Nous ne venons pas au service par plaisir. Nous sommes venus pour travailler. Chacun est utile et nécessaire, du plus petit au plus grand », insiste le président de la Cour suprême. « Certes, les habitudes sont difficiles à abandonner, mais si nous en prenons conscience et que nous nous engageons à nous en débarrasser, nous y parviendrons. C’est ce à quoi je vous convie, mesdames et messieurs, les membres et personnels de la Cour », souligne-t-il. Pour lui donc, ce n’est qu’à cette seule condition que le combat pour une justice béninoise, efficiente, efficace et plus proche du justiciable sera gagné à la Cour suprême. Il assure de jouer sa partition, notamment pour l’amélioration des conditions de vie et de travail à la Cour suprême. Ousmane Botako rappelle que c’est dans ce cadre qu’il a pris le 21 décembre 2018, une ordonnance pour mettre en place un comité technique chargé d’étudier les modalités de revalorisation du régime salarial des magistrats et du régime indemnitaire du personnel civil et militaire non magistrat. « Si ces régimes doivent être revus, avantageusement, nous devons le mériter. Engageons-nous donc dans cette perspective pour répondre avec efficacité à ce à quoi la nation nous a commis », invite le président de la Cour suprême. Il n’a pas manqué, par ailleurs, de féliciter le personnel de la haute juridiction pour les résultats obtenus en 2018. Ces résultats sont passés en revue, au début de la cérémonie, par le président de la Chambre administrative de la Cour suprême, Victor Adossou.
L’autre temps fort de la cérémonie de présentation de vœux a été la distinction de certains magistrats de la Cour suprême admis à faire valoir leurs droits à la retraite. Le président de la Cour suprême compte sur le chef de l’Etat pour que le vide créé par ces départs soit comblé, voire étoffé pour la bonne marche des activités au niveau de la haute juridiction.

LIRE AUSSI:  Grossesses précoces en milieu scolaire: Le préfet de l’Atacora appelle à sévir