Echauffourées dans l’arrondissement central de Boukombé: Les activités de chasse désormais interdites

Par Kokouvi EKLOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Echauffourées dans l’arrondissement central de Boukombé: Les activités de chasse désormais interdites


La chasse n’est plus autorisée dans les hameaux de Kouko-tchougou-Ouest et de Koukouan, dans l’arrondissement central de la commune de Boukombé, depuis les affrontements qui ont fait un mort et neuf blessés. Ainsi en a décidé le Conseil communal excédé par les tensions.

LIRE AUSSI:  Présentation du Programme d’actions 2017 de Direct-Aid Bénin: Lutter contre «le triangle de la terreur»

Le 15 avril dernier, on se rappelle que les populations des quartiers de Koukotchougou-Ouest et de Koukouan dans l’arrondissement central de la commune de Boukombé se sont affrontées. Né d’un différend domanial entre les populations des deux quartiers, cet affrontement avait fait neuf blessés et un mort.

La construction d’un module de trois classes au sein de l’Ecole primaire publique de Koukouan a été la pomme de discorde entre les deux parties.
En effet les populations de Koukotchougou-Ouest voyaient d’un mauvais œil la décision du Conseil communal d’implanter ce module dans cette école, pour faciliter les conditions de travail des apprenants et des enseignants, estimant que cette parcelle leur appartiendrait.
Depuis lors, la tension est montée d’un cran entre les différentes parties, chacune cherchant à sonner la vendetta. A plusieurs reprises, les forces de sécurité ont dû se mobiliser pour déjouer les diverses tentatives.
Face à cette ambiance malsaine qui n’est pas pour ramener la paix dans la cité des tatas, Philippe Gnamou, maire de la commune, a pris une décision que beaucoup d’observateurs jugent salutaire pour la quiétude des populations des deux hameaux. Ainsi est-il formellement interdit à tous les chasseurs de jour comme de nuit, d’entreprendre quelque acte de chasse que ce soit aux alentours et à l’intérieur du hameau de Koukouan. Aucun coup de feu n’est autorisé et tout contrevenant aux dites prescriptions s’expose aux rigueurs des dispositions sécuritaires en cours dans le hameau.

LIRE AUSSI:  Campagne pour l’élection à la Haac: Guy Constant Ehoumi pour une presse radieuse et professionnelle