Ecole du patrimoine africain : Dix archivistes du Burundi, du Rwanda et de la RDC en recyclage

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Ecole du patrimoine africain : Dix archivistes du Burundi, du Rwanda et de la RDC en recyclage


L’Ecole du patrimoine africain (Epa) à Porto-Novo renforce les capacités de dix archivistes provenant des administrations publiques du Burundi, du Rwanda et de la République démocratique du Congo (RDC). La formation se déroule du 14 août au 22 septembre prochain.

LIRE AUSSI:  Village dans l’antre de Grand-Popo : S.o.s. Vodomé sombre !

« N’est pas archiviste qui veut. C’est nous qui conservons ce qui permet aux autres d’avancer. Nous devrons en être fiers ». Ces propos de Franck Ogou, coordonnateur du pool Patrimoine de l’Ecole du patrimoine africain (Epa), et un des animateurs de la formation, montre toute l’importance du séminaire de renforcement des capacités de dix archivistes provenant des institutions publiques de l’Afrique centrale, précisément du Burundi, du Rwanda et de la République démocratique du Congo (RDC). Il s’agira pour les participants d’actualiser et de remettre à niveau leurs connaissances aussi bien dans les domaines théoriques que pratiques de l’exercice de la fonction d’archiviste. En d’autres termes, la formation permettra d’offrir à ces derniers un enseignement spécifique devant contribuer à l’amélioration de la gestion des fonds d’archives du Burundi, de la République démocratique du Congo et du Rwanda. Aussi, le recyclage leur permettra-t-il d’acquérir des connaissances et compétences requises pour améliorer l’état de conservation et de diffusion du patrimoine archivistique de leurs pays respectifs.
Ainsi, pendant les six semaines de cours, les stagiaires seront formés sur les concepts, les principes, les méthodes et les techniques relatifs au bon traitement et à la bonne gestion des archives. « Les principes de traitement et de gestion des archives sont universels. On ne classe pas les archives n’importe comment. Le classement répond à des principes qu’il faut respecter notamment le principe de respect des fonds qui nécessite qu’il soit tenu compte de l’institution productrice de chaque document pour les ordonner et y permettre un accès facile », insiste Alphonse Labitan, ancien directeur des Archives nationales et membre du trio formateur engagé pour la tâche. Il exhorte les participants à tirer le maximum de cette formation et à mettre en application les enseignements reçus une fois de retour chez eux. Une exhortation que fait sienne chacun des participants qui a exprimé ses attentes à l’ouverture des travaux. Ils se disent tous fiers de prendre part à cette formation pouvant leur permettre de disposer désormais des arguments actualisés pour convaincre davantage leurs responsables hiérarchiques de ce que le développement des archives doit être inscrit également au rang des priorités dans l’administration publique. Johnny Foélo Kunsévi, archiviste au Conseil des archivistes en République démocratique du Congo, se réjouit de l’organisation de cet atelier. Il promet de mutualiser avec ses autres collègues au pays les enseignements qu’il recevra au cours de cette formation organisée par le Musée royal d’Afrique centrale en collaboration avec les Archives générales du royaume (Agr) et l’Ecole du patrimoine africain (Epa)?

LIRE AUSSI:  Repositionnement dans l’univers politique: Le Rassemblement Nouvelle conscience rallie le Bloc progressiste