Ecole primaire publique de Togbadji: Un modèle d’établissement à cantine scolaire

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Ecole primaire publique de Togbadji: Un modèle d’établissement à cantine scolaire


Située dans un hameau, à environ 14 km de la ville de Lokossa, l’école primaire publique de Togbadji, créée en 2007 ne fait pas parler d’elle que par rapport aux ses taux d’admission de 100 % enregistrés à différentes sessions du Certificat d’études primaires (Cep). L’établissement scolaire retient aussi l’attention de par son appropriation de la nouvelle approche de gestion des cantines scolaires.

LIRE AUSSI:  Après les incidents du 14 octobre 2014:Le roi Sinagonrigui Kpé Sourou retourne à Ouassa-Péhunco

A Togbadji, dans le village de Mèdéhounta, trois modules de salles de classe semblent perdues dans un champ de maïs. Mais en franchissant le décor, mardi 29 mai dernier, on s’est vite aperçu que l’ensemble constitue la 

superficie de l’Epp Togbadji, dans l’arrondissement de Ouèdèmè. Le champ de maïs étant une initiative des apprenants de l’école bâtie sur un domaine de 0,80 ha, non clôturé. Entre les pieds de maïs, poussent quelques plants de manioc. Sous la supervision de leurs enseignants, les écoliers se sont également essayés à la production maraichère. Tomate, grande morelle et piment sont quelques-unes des spéculations qui y sont cultivées. L’activité ne laisse pas indifférents les riverains de l’école. Constituée de pêcheurs et d’agriculteurs, la communauté de Togbadji contribue à sa manière à la réussite de l’initiative.
Le président de l’association des parents d’élèves, Agnikponhoundé Sovissi, pour sa part, a pris quelques dispositions pour sécuriser le périmètre cultivable.
L’avènement du jardin et du champ scolaires très salué est pourtant loin d’être une initiative isolée d’Alphonse Sognigbé, directeur de l’Epp
Togbadji, et ses collaborateurs. Ces activités agricoles, en milieu scolaire, s’inscrivent dans le cadre de la nouvelle approche de gestion des cantines.
L’Epp Togbadji fait partie, en effet, des 151 écoles dotées de cantines dites gouvernementales dans le Mono et le Couffo. Lesquelles cantines sont désormais passées sous le contrôle du Programme alimentaire mondial (Pam) qui a changé les normes et promeut une autre organisation pour la gestion.

LIRE AUSSI:  Financement des projets de développement: Le portefeuille de la Banque mondiale au Bénin s’agrandit

Organisation

La nouvelle organisation est inclusive et fait appel à une participation prépondérante de la communauté. « Il ne s’agira plus seulement de venir faire la cuisine, mais c’est la communauté qui prendra en charge la cantine sous tous les aspects que ce soient les aspects d’hygiène, nutritionnel avec les éléments intégrés tels que le jardin scolaire et le champ scolaire », a expliqué David Adomahou, représentant du Pam. C’était au cours d’une séance de sensibilisation des acteurs du système éducatif organisée, le lundi 18 septembre 2017 à l’Epp Togbadji, en prélude à la reprise des activités de la cantine. Depuis lors, tous les acteurs de l’Epp Togbadji se serrent les coudes. « Nous nous mettons, tous, à la tâche, chaque fois, quand sonne l’heure des travaux champêtres », indique le directeur de l’Epp Togbadji, Alphonse Sognigbé. « Les apprenants prévoient d’autres tenues que leur kaki pour ces travaux qui démarrent après les jours ouvrables », a-t-il poursuivi tout en appelant à une meilleure implication des parents d’élèves. Le président de l’Ape, Agnikponhoundé Sovissi, assure que son bureau fait de son mieux pour mobiliser la communauté à la cause. « Nous faisons gongonner dans tout le village pour appeler les parents à participer aux travaux du jardin et du champ scolaires », a-t-il indiqué. Outre cette contribution, ajoutera-t-il, les efforts de sensibilisation de son équipe permettent d’obtenir des tas de bois de feu, des noix de palmier servant à faire la sauce graine et bien d’autres produits. Presque tous les jours, complète Agnikponhoundé Sovissi, un panier est également déposé à la berge en vue de recueillir des dons de poissons auprès des pêcheurs du village. Lesquels poissons servent à agrémenter le repas offert aux apprenants de l’Epp Togbadji. « Le gouvernement ne pouvant tout embrasser à la fois, nous sommes fiers de contribuer à ce qui se fait sur le volet de l’alimentation scolaire », se félicite le président de l’Association des parents d’élèves.

LIRE AUSSI:  Accès des zones enclavées à l’électricité hors-réseau: L’Aberme et Mca-Bénin II signent l’accord de mise en œuvre

Innovation

Grâce aux diverses contributions de la communauté ajoutées aux dons de vivres périodiquement servis par le Pam et aux produits du jardin et du champ scolaires, les apprenants disposent, mieux que par le passé, de provisions. Le directeur de l’établissement Alphonse Sognigbé gage qu’au moins un repas se donne aux 154 écoliers, courant midi, tous les jours de classe. A rappeler que l’effectif au départ était de 174 apprenants avant de se comprimer à 154 écoliers. « Avant ce repas du midi, complète le président du Comité de gestion de la cantine, Bienvenu Tossou, les écoliers prennent parfois la bouillie de maïs en guise de petit déjeuner ».Telle la cerise sur le gâteau, l’introduction de la bouillie dans le menu est une innovation rendue possible grâce au champ de maïs. « Les précédentes récoltes effectuées dans le champ nous permettent de disposer de maïs pour offrir cette bouillie », souligne Bienvenu Tossou. Les produits de la culture maraîchère, poursuit-il, entrent aussi dans la composition des repas servis. Ce qui allège, selon lui, les charges pécuniaires tout en nourrissant convenablement les enfants.
Les écoliers Carine Zandaffo et Innocent Assouto ainsi que leurs camarades peuvent alors bien suivre les enseignements. Candidats à la session du Cep prévue pour le 2 juillet prochain, Carine Zandaffo et Innocent Assouto se disent déjà prêts pour affronter les épreuves. Le responsable de l’établissement, Alphonse Sognigbé, qui tient la classe du Cm 2 confirme que le taux d’exécution des différents programmes oscille entre 98 et 100 %. C’est dire que la perturbation de l’année scolaire, durant plus de trois mois de fronde sociale, n’a rien émoussé de l’assiduité à l’Epp Togbadji. « Nous comptons relever, cette année encore, le défi de 100 % d’admission de nos candidats », promet Alphonse Sognigbé. Jamais épinglé au cours des contrôles de gestion des vivres destinés aux cantines, ce dernier détient les rênes de l’Epp Togbadji depuis 2013.

LIRE AUSSI:  Cérémonie d’adieu à l’état-major général des armées: Les hommages de ses frères d’armes au colonel Vincent Guézodjè